En 1978, Réjean Genois causait la première surprise de l’histoire de Flushing Meadows!

En 1978, Réjean Genois causait la première surprise de l’histoire de Flushing Meadows! 

 

Bien sûr qu’il y aura encore des surprises cette année à Flushing Meadows, mais qui a causé la toute première de l’histoire?

C’était en 1978, le tournoi venait de déménager de Forrest Hills (sur la terre battue) pour s’installer sur le ciment pas très loin du Stade Shea et de l’aéroport de LaGuardia.

Si on pose la question, c’est que l’auteur du tout premier revirement historique face à une tête de série est d’ici, au Québec.

Vous voulez un indice?

Il est aujourd’hui président de Tennis Québec.

Cela ne rajeunira personne, mais Réjean Genois battait, en ce lundi d’ouverture il y a 34 ans, l’Américain Sandy Mayer alors 10e tête de série et 11e mondial.

« Les comptes avaient été de 7-6 et 6-3 », se souvient encore très bien le principal intéressé.

À l’époque, les rencontres étaient des deux de trois.

Genois avait fait la manchette de Sports Illustrated avec une de ses citations concernant le festival du bruit avec les jets qui atterrissaient sur le court ou presque.

Il fallait de la ouate dans les oreilles pour regarder à la télé tellement c’était infernal.

Imaginez sur place…

« Les appareils passent si bas qu’une balle sur mon lancer au service est restée coincée dans les roues d’un appareil », avait-il dit en conférence de presse.

Genois rit encore de sa boutade. Nous aussi.

Bien sûr que la situation a changé.

« New York a eu un maire mordu de tennis qui a pris les mesures avec les autorités de LaGuardia pour que le trafic aérien évite les descentes au-dessus de Flushing Meadows pendant la quinzaine de tennis », explique Genois.

***

 

Bien avant Milos Raonic et les autres jeunes, Réjean Genois avait connu un très bon tournoi. Son meilleur au Grand Chelem, soit dit en passant.

Après Mayer, demi-finaliste à Wimbledon un an plus tôt, il avait éliminé Alvaro Betancour.

Il avait atteint le troisième tour contre Johan Kriek, qui était aussi son partenaire de double.

Impressionnés par la performance de leur ami, Claude Laliberté et André Marois avaient fait le voyage de Québec en Renault. Ils avaient conduit toute la nuit pour aller l’encourager.

« Après le trajet, après avoir garé leur “bolide” et avoir acheté leur billet, mes deux voyageurs sont arrivés dans le stade au moment précis que je serrais la main de Kriek pour le féliciter de sa victoire », raconte Genois, encore crampé de rire.

Aujourd’hui directeur des ventes chez Duracel, Laliberté se souvient très bien.

« Comme nous n’avions pas dormi, Réjean avait promis de conduire au retour. Mon œil! Il s’est couché dans le fond de l’auto sur ses gros sacs de raquettes pour ne se réveiller qu’une fois le pont de Québec franchi », ajoute Laliberté en riant aux larmes.

***

Pour ses trois tours en simple et son autre en double avant sa défaite face aux numéros un Fred McNair et Sherwood Stewart, Genois a amassé quelque 3 000 $.

Cette année, une qualification au tableau principal rapporte 23 000 $ avant d’avoir frappé la première balle.

Réjean Genois avait néanmoins obtenu le plus haut classement de sa carrière (76e) la semaine après Flushing Meadows, avant de connaître une séquence victorieuse en Coupe Davis.

 

ALEKS EXPRESS!

Devinez quoi? Les Internationaux des États-Unis se sont amorcés comme l’an dernier, c’est-à-dire sous la pluie.

La météo n’a toutefois pas empêché Aleksandra Wozniak de remporter son match de premier tour après une longue attente.

Les pointages ont été de 6-0 et 6-3.

Classée 48e mondiale, Aleks affrontait Alexandra Catandu. Sans être Serena Williams, la Roumaine est quand même 68e.

Aleks ne lui a concédé que huit points en première manche. Pas surprenant que le match ait duré moins d’une heure.

Elle s’est prise pour Milos Raonic avec 10 aces contre aucune double faute.

Faut le faire!

À moins d’une surprise, sa prochaine adversaire sera Lucie Safarova. Cela se compliquera, car cette dernière est la 15e tête de série.

 

DIRECTION REPENTIGNY

Pour voir les champion(ne)s de demain, on vous recommande Repentigny.

Les Internationaux du Canada chez les juniors y sont disputés cette semaine.