EN FR
Home   Nouvelles   « Gêné et honteux », Shapovalov regrette son geste

« Gêné et honteux », Shapovalov regrette son geste

05 Fév 2017
written by: Tennis Canada
written by: Tennis Canada

C’est un Denis Shapovalov les yeux rougis qui a affronté les médias, dimanche soir, à Ottawa, pour exprimer son profond regret pour l’incident qui a mené à sa disqualification lors du cinquième match de la Coupe Davis contre la Grande-Bretagne.

« Je tiens tout d’abord à m’excuser auprès de l’arbitre et des officiels de l’ITF et même de tous les officiels », a déclaré Shapovalov soutenu par la présence du capitaine de l’équipe canadienne Martin Laurendeau.

Après avoir concédé son service à Kyle Edmund à la troisième manche du cinquième match décisif, Shapovalov a démontré sa frustration en frappant une balle qui a accidentellement touché l’arbitre de chaise à l’œil gauche. Conformément aux règlements de la Fédération internationale de tennis, le Canada a été disqualifié, perdant ainsi le match et la rencontre dont le pointage était de 2-2 après les quatre premiers matchs.

Shapovaolv, qui est âgé de 17 ans, était parfaitement conscient de la gravité de la situation et comprenait que la priorité était l’arbitre de chaise.

« Je suis retourné parler à l’arbitre de chaise pour m’excuser. Heureusement, il allait bien. »

L’arbitre, le Français Arnaud Gabas, a immédiatement obtenu de l’aide médicale et des tests seront effectués pour favoriser son rétablissement.

Shapovalov n’a pas cherché d’excuses pour son erreur.

« C’était évidemment un comportement inacceptable et honnêtement, j’en suis gêné et honteux. Je me sens terriblement mal d’avoir ainsi laissé tomber mon équipe, mon pays, et d’avoir agi de la sorte. »

Le capitaine Laurendeau n’a pas vu l’incident, mais quand il a été au courant de ce qui était survenu, il connaissait la suite des choses.

« J’ai tout de suite su (que le Canada serait disqualifié). Les règles sont les règles, il faut jouer selon les règles », commentait Laurendeau, qui a poursuivi en expliquant que l’adolescent allait en tirer une bonne leçon.

« Je ne crois pas que c’était un geste intentionnel. Il apprendra de cette erreur. Comme vous pouvez le constater, c’est encore un enfant. Il accepte ses responsabilités, il n’essaie pas de se désister. C’est un joueur très talentueux et il commence à peine sa carrière. Il tirera une bonne leçon de ceci. »

Shapovalov est une étoile montante dont la feuille de route comprend le titre junior de Wimbledon de 2016. Toutefois, le talent sera complété par la maturité.

« S’il veut gagner sa vie avec ce sport, il devra probablement apprendre à gérer ses émotions. Tu ne peux pas concourir sans un contrôle émotionnel et cette leçon lui servira pour le reste de sa carrière et pour le reste de sa vie, bien sûr. »

Visiblement honteux, Shapovalov a formulé une promesse à la fin de son point de presse.

« Je promets que c’est la dernière fois que cela se produit. J’ai eu ma leçon et je vais apprendre de cela. Je suis chanceux que l’arbitre n’ait rien de grave, mais c’est quand même inacceptable de ma part », admettait le jeune Canadien.

Laurendeau est convaincu que Shapovalov deviendra une meilleure personne sur le terrain et à l’extérieur des courts.

« Souhaitons que cela fasse grandir Denis en tant qu’être humain et joueur. C’est déjà un bon garçon. »