• EN
  • FR
EN FR
Home   Nouvelles   2017 : le succès du mouvement jeunesse de Tennis Canada

2017 : le succès du mouvement jeunesse de Tennis Canada

24 Nov 2017
written by: Mario Brisebois
written by: Mario Brisebois

Qui a dit que le sport à Montréal se portait au plus mal avec les Alouettes qui n’ont gagné que trois matchs, l’Impact qui a raté les séries et que dire du Canadien qui n’est justement plus le… Canadien ?

Il ne s’agit assurément pas de l’équipe de Tennis Canada, laquelle rencontre les médias cette semaine, au Stade Uniprix, pour faire le bilan de l’année.

« Une année plus que satisfaisante ! », commente Louis Borfiga avec raison.

Sachez que le vice-président de l’élite et créateur du programme du Centre national de Montréal, il y a dix ans, est aussi modeste qu’efficace.

Vrai que Milos Raonic a littéralement « déboulé », passant du 3e au 24e rang en raison de multiples blessures. Vrai aussi qu’Eugenie (81e) se cherche toujours.

Cela admit, les chiffres pris individuellement sont néanmoins fortement impressionnants et en voici un aperçu agrémenté des commentaires du « patron » Borfiga.

Malgré la disette de Milos et d’Eugenie, 44 titres ont été remportés au tennis canadien.

« La nouvelle génération a frappé un grand coup. On parle de nos jeunes partout sur les circuits mondiaux », mentionne-t-il à propos des percées de Denis Shapovalov, Félix Auger-Aliassime et Bianca Andresscu.

Et parmi les observateurs très intéressés, il y a Roger Federer. Le plus grand de tous les temps a invité Félix et son mentor Guillaume Marx aux Émirats arabes pour s’entraîner en sa compagnie en décembre.

AVEC LES GRANDES NATIONS

 

Photo : Kyle Clapham

Il y a maintenant 11 talents canadiens parmi les 200 premiers, dont six pour la première fois, ce qui montre la force du mouvement jeunesse.

« On savait que les jeunes possédaient le talent, la motivation et la passion pour aller loin et ils ont convaincu les derniers sceptiques. Avec sept gars parmi les 200 premiers, le Canada se situe 7e. On a une belle profondeur aussi avec quatre filles parmi les 200 premières. Pas de doutes qu’on commence à concurrencer les plus grandes nations », révèle-t-il.

Cela se confirme avec la promotion des filles qui fait du Canada un des rares pays à appartenir au Groupe mondial autant à la Fed Cup qu’à la Coupe Davis.

D’autres réalisations méritent une attention et des félicitations spéciales.

– trois championnats de Grands Chelems pour le Canada avec Gabriela Dabrowski en double mixte à Roland-Garros, de même que Bianca Andresscu et Carson Branstine à Garros aussi et en Australie.

– des 44 succès, 24 ont été obtenus en simple et réalisés par 14 talents différents.

– dans les prix de fin d’année, « Shapo » est honoré par l’ATP deux fois plutôt qu’une à titre de joueur le plus amélioré et d’étoile de demain.

« Cela est beaucoup la récolte du fruit du travail de tout le monde, ce qui démontre que le système et la philosophie fonctionnent », déclare Louis Bofiga.

LES JEUNES VONT AIDER MILOS À REVENIR ET AUTRES OBJECTIFS EN 2018    

Pour la suite, Louis Borfiga aborde 2018 avec optimisme.

À propos de Milos, il estime qu’on le reverra au Top 10 une fois la santé revenue.

« Milos voudra rester le “boss” et Denis et Félix le motiveront avec leurs succès », précise-t-il.

Il faut rester patient avec Eugenie malgré une autre baisse de calibre.

« Il faut rester optimiste. Elle s’entraîne bien, mais elle réfléchit trop, ce qui la place dans le doute en situation de match », commente-t-il.

En passant, Sylvain Bruneau est en processus de grand ménage dans son entourage immédiat, ce qui va plus loin que l’entraineur.

À propos des objectifs de 2018, Louis Borfiga ajoute : « Ce serait bien que Denis demeure parmi les cinquante premiers et que Bianca et Félix franchissent la barrière des cent meilleurs même s’ils sont toujours d’âge junior. Chez la relève, la jeune Fernandez (Leylah-Anne) est très compétitive. Elle vient de gagner deux tournois (en Israël) à 15 ans. »

Voilà une perspective d’avenir à très court terme de Tennis Canada qui a de quoi rendre envieux tout le sport à Montréal et ailleurs.

Précisons que 2018 commence tôt.

En plus de Félix, invité par Roger Federer, tout le monde reprend le travail dès le 9 décembre avec un camp d’entrainement féminin à Boca Raton, en Floride.

 

Photo en vedette : Pascal Ratthé