• EN
  • FR
EN FR
Home   Nouvelles   Avant Milos, Isner à joué… avec le 87 ; le métier rentre pour la jeune Leylah Annie ; Winnipeg et plus

Avant Milos, Isner à joué… avec le 87 ; le métier rentre pour la jeune Leylah Annie ; Winnipeg et plus

11 Juil 2018
written by: Mario Brisebois
written by: Mario Brisebois

Dans les mondanités à Wimbledon, il y a eu le passage de Sidney Crosby, qui s’est fait plus discret que PK coiffé de son grand chapeau de cowboy.

Un passionné de tous les sports, John Isner racontait en entrevue avoir frappé quelques balles avec le célèbre numéro 87 des Penguins de Pittsburgh durant au moins quinze minutes avant son affrontement de mercredi contre Milos.

« Il était impressionné au début, mais ensuite, il a sorti des coups droits bien appuyés. Et quelle paire de jambes il a ! », de dire Isner.

Le très grand Isner (6’10 et 238 livres) aime bien rencontrer les athlètes des autres sports.

« Les questionner sur leur façon de faire permet d’apprendre des choses qui peuvent t’aider à améliorer tes performances personnelles », poursuit-il.

À QUELLE HEURE ?

Photo : Mauricio Paiz

Les autorités ont placé le match Isner-Milos, respectivement 9e et 13e chez les têtes de série, en deuxième sur le Court 1 de la séance qui commence à 13 h, à Wimbledon. N’oubliez pas la différence de cinq heures avec Montréal.

Pas de danger d’attraper un torticolis en raison des échanges sans fin, il y aura beaucoup de points courts, de 7-6 et donc des jeux décisifs entre ces deux bras bioniques au service.

« Ce sera une affaire de deux ou trois petits points ici et là. La marge va vraiment être petite à la fin », commentait Milos.

Il est intéressant de savoir qu’Isner en est à son premier quart de finale à Wimbledon, même s’il possède le style parfait pour le gazon, alors que Milos disputera son quatrième.

Dans le haut du tableau, l’autre quart de finale mettra en vedette Roger Federer et Kevin Anderson.

PAS AVANTAGÉE PAR LA SURFACE

Photo : Mauricio Paiz

Il n’y a surtout pas à se faire de souci avec la défaite de 6-2 et 6-4 de Leylah Annie Fernandez au 2e tour chez les juniors.

Je comprends que nous étions tous très heureux de la voir en demi-finale à Roland-Garros sur la terre battue, mais il faut tenir compte de certaines réalités.

Les terrains gazonnés sont plutôt rares au Québec.

Son bagage sur la surface se limitait à deux matchs à Roehampton la semaine dernière. En revanche, sa rivale Emma Raducanu avait nettement l’avantage du terrain étant de la Grande-Bretagne, le royaume du gazon.

Bref, c’est le métier qui rentre, ce qui est normal à 15 ans.

Il reste le double à disputer. Tennis Canada lui a très certainement gardé un laissez-passer pour le Challenger de Gatineau la semaine prochaine, si elle revient à temps, ou sinon à Granby.

BELLE RECONNAISSANCE ENVERS WINNIPEG

Les deux endroits commencent par W et dans un bel hommage à Winnipeg, Louis Borfiga a choisi d’assister au Challenger Banque Nationale en cours cette semaine.

En passant, l’autre choix était… Wimbledon.

« J’aime ça, Winnipeg. Je trouve le tournoi sympathique », me disait-il lors d’un récent entretien au Stade IGA.

Quinze talents de Tennis Canada, dont la très grande majorité sont passés par le programme du Centre national qu’il a bâti de toutes pièces, sont aussi à Winnipeg et cela permet de rencontrer beaucoup de monde, notamment les entraineurs souvent en tournée.

DERNIÈRE HEURE

Une preuve que Leylah Annie Fernandez apprend vite est qu’elle a gagné son double en deux manches de 6-2 en compagnie de l’Américaine Gabriella Price.

Gabriela Dabrowski et le Croate Mate Pavic ont été éliminés 6-3 et 6-4 au troisième tour du double mixte. Ils étaient les favoris.

Gaby était déjà qualifiée pour les quarts de finale du double féminin en compagnie d’Yifan Xu

À demain avec Milos !

 

*Photo en vedette : John Isner