• EN
  • FR
EN FR
Home   Nouvelles   Eugène explique et le… clan Halep comprend et prendra le jet privé offert

Eugène explique et le… clan Halep comprend et prendra le jet privé offert

12 Août 2018
written by: Mario Brisebois
written by: Mario Brisebois

Si on décernait trois étoiles à la Coupe Rogers comme au hockey, Eugène Lapierre en aurait eu une.

Même si Eugène ne joue pas, il a été un homme de grands services — pour utiliser un vocabulaire de tennis.

Ç’a brassé, vendredi soir, au deuxième étage du Stade IGA où se trouve la salle des joueuses.

Vous avez lu, vu ou entendu les propos de Simona Halep, mais il n’existe pas de formules magiques lors de soirées annulées par la pluie (2), même pour une numéro un mondiale et une championne à Montréal (2016), ce qu’elle est dans les deux cas.

Mettons ça sur le compte de la fatigue… Simona était en beau siffleux. Son entraîneur Darren Cahill aussi.

La situation est allée jusqu’au point où Halep a refusé sur le coup la très intéressante proposition d’un généreux amateur de Montréal qui lui offrait gentiment son jet personnel pour la transporter à son prochain tournoi à Cincinnati.

« Pour les horaires, c’est compliqué. La WTA, comme l’ATP, me fait approuver. Alors, techniquement, c’est moi qui donne le feu vert. Il faut toutefois respecter les règlements du circuit, lesquels sont forcément incomplets parce qu’on ne peut pas reproduire les milliers de situations qui peuvent arriver », mentionne Eugène.

Dans le cas qui a préoccupé vendredi, ce n’était pas uniquement une affaire d’heure pour les matchs.

« Il s’agit davantage d’un problème de communication. Simona et Darren ont été pris devant le fait accompli et cela n’aurait pas dû arriver. Je m’en suis excusé auprès de Darren ce matin, en lui disant aussi que j’ai suggéré à la WTA d’imiter l’ATP en se dotant d’un “Tour Manager” qui recueille les demandes des joueuses principalement en ce qui a trait à l’horaire des matchs », raconte Eugène Lapierre, actif dans les comités à l’international.

Il faut bien préciser que les critiques étaient dirigées vers la WTA.

TOUT A FONCTIONNÉ DEUX FOIS PLUTÔT QU’UNE 

L’opération bonne entente a fonctionné sur toute la ligne.

De retour au jeu de meilleure et même joyeuse humeur à 13 h, samedi, Simona est vite passée en finale en disposant d’Ashleigh Barty en deux manches de 6-4 et 6-1.

À propos de l’entraîneur Cahill, lequel est aussi connu à titre d’analyste de tennis à ESPN dans le cadre des Grands Chelems, il est également plus serein.

« En plus d’être devenus de bons chums, il y a eu révision de décision et Simona prendra le jet privé », mentionne Eugène « Première étoile » Lapierre.

MONTRÉAL SAIT RECEVOIR

Il faut se réjouir que la situation ait tourné au mieux.

Eugène, l’équipe de Tennis Canada à Montréal et les quelque 1200 bénévoles se démènent tellement pour faire rayonner Montréal.

On va plus loin que les hôtels, les crevettes et les chauffeurs ; on va maintenant dans le détail comme offrir des billets au spectacle de Shakira au Centre Bell ou transformer un coin du vestiaire pour le bébé de Serena.

En grande nouveauté, Eugène Lapierre a nolisé un jet afin que les demi-finalistes de la Coupe Rogers puissent se reposer à Cincinnati dès dimanche.

Ces attentions surpassent définitivement un malentendu en raison de dame Nature.

UNE FINALE ÉTIQUETÉE GRAND CHELEM              

Les jeux sont maintenant faits.

À 13 h 30 dimanche, la finale opposera la Roumaine Halep à l’Américaine Sloane Stephens.

Stephens a eu le dessus 6-3 et 6-3 devant Elina Svitova dans un match qui aurait pu très bien être la finale, les deux étant 3e et 5e à la WTA.

Le match de championnat en sera un de niveau Grand Chelem. Simona Halep a gagné Roland-Garros au début de l’été alors que Sloane Stephens est titulaire de Flushing Meadows.

Couronnée à Toronto l’an dernier, Svitolina voyait donc sa série de victoires au Canada s’arrêter à neuf.

Quoique les gradins n’étaient pas bondés, il y a eu une autre bonne foule qui ferait l’envie partout au circuit WTA.