• EN
  • FR
EN FR
Home   Nouvelles   Le jour du seigneur, bravo Gabriela et un modèle pour Eugenie

Le jour du seigneur, bravo Gabriela et un modèle pour Eugenie

29 Jan 2018
written by: Mario Brisebois
written by: Mario Brisebois

Le prix du titre d’article par excellence dans tout ce qui s’est écrit pendant les deux semaines des Internationaux d’Australie revient aux gens de L’Équipe avec leur jour du seigneur pour acclamer Roger Federer, qui améliore sa marque personnelle en vertu de ce 20e titre du Grand Chelem et en égale un autre avec un sixième à Melbourne, se joignant ainsi à Novak Djokovic et à Roy Emerson.

Les amis du football américain sont aveuglés par Tom Brady qui défie les années. Je précise que Federer, à 36 ans, dispute quatre, et non pas un, Super Bowl par année si jamais il décide de retourner à Roland-Garros.

ET DE DEUX POUR GABRIELA

Avec la promesse de revenir sur Federer, il s’impose de prendre quelques moments afin de féliciter Gabriela Dabrowski, couronnée championne du double mixte en compagnie de Mate Pavic.

Huitième tête de série, le tandem de Gabriela a effacé une balle de match avant de l’emporter 2-6, 6-4 et 11-9 devant les cinquièmes têtes d’affiche Timea Babos et Rohan Bopanna.

Même si on n’organise nulle part des défilés dans les rues pour acclamer les « héros » en paire, cela n’empêchera pas ici de souligner la très belle carrière que la gentille joueuse de 25 ans, d’Ottawa, qui s’illustre en double. Ce sacre est son deuxième en Grands Chelems après Roland-Garros en juin dernier.

Gabriela aura été aussi la seule représentante canadienne à participer à la deuxième semaine des Internationaux d’Australie, ce qui ne s’était pas vu depuis 2010, à Melbourne.

AU MOINS, IL Y A EU UN MATCH CETTE FOIS

Au nom de toutes et tous les inconditionnels du tennis sortis du lit à 3 h 30 — et je sais que je n’étais pas le seul — il faut se réjouir du « marathon » de 6-2, 6-7 (5), 6-3, 3-6 et 6-1 qu’ont livré Federer et Cilic.

Rappelons-nous leur duel précédent en finale de Wimbledon, l’an dernier.

Quoique que Cilic ait encore été littéralement débordé dans les vingt dernières minutes et bien que Roger aurait dû en finir en quatre manches – il n’aurait jamais dû laisser filer son avance de 3-1 —, les noctambules de la raquette peuvent au moins affirmer qu’elles et ils ont eu droit un match, cette fois.

Au sujet de la controverse à l’effet que le toit était fermé en raison de la chaleur a favorisé Federer, oubliez ça.

S’il est tout à fait vrai que Melbourne est un tournoi extérieur et non en salle, l’autre grande vérité est que Roger est le meilleur de la planète tennis, n’étant maintenant plus qu’à une poignée de points (155) de son ami Rafa au sommet.

SIMONA MÉRITAIT AUSSI DE GAGNER

Une finale très forte en intensité a été celle entre les deux ex-championnes de la Coupe Rogers de Montréal qui est allée à la faveur de Caroline Wozniacki 7-6 (2), 3-6 et 6-4 même si Simona Halep aurait aussi mérité de triompher.

Les deux ont dû livrer de bonnes batailles au cours de la quinzaine, s’étant toutes les deux trouvées au bord du gouffre lors des premiers tours.

ESPN raconte que la vaillante finaliste aurait passé quatre heures dans un hôpital de Melbourne après sa finale tellement elle était déshydratée.

Les deux joueuses ont rehaussé l’intérêt envers le tennis féminin en dépit de l’absence de Serena.

Quant à Caroline, le public ne pourra dorénavant plus l’identifier comme étant une numéro un n’ayant jamais enlevé un Grand Chelem, ce qu’elle a accompli à 27 ans et à sa troisième tentative.

Toujours à propos de « Caro », il faut mettre en valeur deux de ses grandes qualités.

A : Il ne fait aucun doute qu’elle sait saisir les occasions. Elle sait que ses chances de triompher dans les Grands Chelems deviendront plus rares après le retour au jeu de Serena, qui devrait, d’ailleurs, reprendre la compétition dans deux semaines pour la Fed Cup.

B : Et que dire de sa résilience ? La revoilà reine du tennis après avoir songé à la retraite à la suite de sa dégringolade au 70e rang mondial.

Eugenie Bouchard peut-elle trouver une inspiration et un modèle ?

TENNIS CANADA SUIT LA SITUATION

Avant de conclure, sachez qu’on se rejaser tôt de tennis cette semaine.

Avec Équipe Canada déjà en Croatie pour le premier tour de la Coupe Davis, du 2 au 4 février, il faudra voir dans quel état reviendra le joueur numéro un croate Marin Cilic, les Grands Chelems laissant toujours des séquelles.

Alain Beaupré est aux aguets.

Et elle, Simona Halep, comment sera sa cheville endolorie en plus de son problème de déshydratation ? Il faut aussi ajouter que le Canada disputera le premier tour de la Fed Cup dans deux semaines, en Roumanie.

Bravo aussi à Vasek. Il a dominé Ricardas Berankis 6-1 et 6-2 en finale du Challenger de Rennes, en France. Cette victoire lui permet de réintégrer le Top 100.

 

Photo en vedette : Michael Dodge / Getty Images

instagram takipçi satın al

Depresyon Nedir?

Ansiyete Bozukluğu