EN FR
Home   Nouvelles   Le pari de Félix Auger-Aliassime

Le pari de Félix Auger-Aliassime

19 Juin 2018
written by: Tennis Canada
written by: Tennis Canada

Le week-end dernier, alors que la plupart des joueurs amorçaient leur saison sur le gazon, Félix Auger-Aliassime était occupé à défendre son titre à Lyon sur une surface qu’il affectionne beaucoup, soit la terre battue rouge. Félix avait assurément beaucoup de pression sur ses épaules puisqu’il devait défendre ses points chèrement acquis l’an dernier. Il a toutefois su gérer cette pression tel un vétéran et a enchaîné les victoires pour ainsi remporter le troisième titre de sa carrière sur le Circuit Challenger de l’ATP.

Au-delà du trophée, c’est aussi un début de victoire sur le pari qu’a pris Félix. En effet, le jeune athlète de 17 ans a choisi de faire l’impasse sur la saison sur l’herbe et de jouer plusieurs tournois sur l’argile. Même si une première présence au tableau des qualifications de Wimbledon était tentante, Félix prône une vision à long terme. Ses objectifs de carrière sont ambitieux et il sait très bien que pour arriver à les atteindre, les années qu’il vit présentement sont cruciales pour son développement.

Photo : Hugo De Piccoli

« J’ai récemment fait une tournée de huit semaines sur la terre qui s’est conclue à Roland-Garros. Malgré tout le travail effectué, les résultats n’ont pas été à la hauteur de mes attentes. Pourtant, j’ai senti que mon jeu s’améliorait et qu’on était en train de bâtir quelque chose de bien avec mon équipe, autant sur le plan physique, tennistique, que sur le plan mental. Ce travail que je juge inachevé, je veux donc le poursuivre, car je crois que je pourrai en récolter les fruits dans les prochaines semaines. »

C’est dans cette optique qu’il a fait le dur choix de poursuivre sur l’argile, même si cela signifiait qu’il devait rater le troisième Grand Chelem de l’année ainsi que des tournois canadiens, soit les Challengers de Winnipeg, de Gatineau et de Granby.

« Ce n’était évidemment pas un choix facile et ce n’est pas une décision que nous avons prise à la légère », a déclaré Félix. « J’ai toujours aimé jouer des tournois à la maison devant ma famille, mes amis et les amateurs de tennis canadien. J’ai vécu de très beaux moments dans des épreuves du Circuit Challenger disputées au Canada et ces tournois ont été importants dans mon développement. C’est à Drummondville et à Granby que j’ai notamment eu la chance de réellement lancer ma carrière chez les professionnels. »

Photo : Hugo De Piccoli

En effet, en 2015, alors qu’il n’était âgé que de 14 ans, Félix avait surpris la planète tennis en se qualifiant pour le tableau principal du Challenger Banque Nationale de Drummondville. Il en avait rajouté quelques mois plus tard à Granby en devenant le plus jeune joueur de l’histoire à atteindre les quarts de finale d’un Challenger.

« Cette année, j’avais l’impression d’avoir une mission à terminer sur la terre battue. Ce sera une autre longue tournée qui me mènera jusqu’à la Coupe Rogers. C’est un tournoi que j’ai évidemment bien hâte de disputer puisqu’une blessure m’avait empêchée d’y prendre part l’an dernier, à Montréal. »

Plusieurs personnes auraient peut-être fait un choix différent s’ils avaient été à sa place. Certains diront que lorsqu’on a la chance de jouer à Wimbledon, on y va. Toutefois, la vie nous apprend aussi qu’il faut se faire confiance et se fier à son instinct. Que parfois, prendre des risques calculés, ça peut être payant. Et Félix sait très bien que s’il continue de faire les bonnes choses, il y en aura plusieurs autres Wimbledon !