fbpx
  • EN
  • FR
EN FR
Home   Nouvelles   Avant Shania, Shapo a fait son « show »

Avant Shania, Shapo a fait son « show »

29 Août 2017
written by: Mario Brisebois
written by: Mario Brisebois

Il n’y a pas que Shania Twain, invitée par la USTA pour donner le spectacle d’ouverture cette année, qui a fait son « show », lundi, à New York chez les talents canadiens. Ajoutez donc Shapo.

Poursuivant sur la lancée après sa demi-finale à la Coupe Rogers à Montréal, Denis Shapovalov, 69e mondial, a remporté son match de premier tour des Internationaux des États-Unis en des comptes 7-5, 6-1 et 6-2 devant le 54e Daniil Medvedev.

Une petite heure et trente-six minutes de jeu et c’était terminé à la ferveur de notre junior âgé de 18 ans contre le tombeur du 4e mondial Stan Wawrinka en lever de rideau à Wimbledon.

Le géant de 6’6 » était bien petit sur le court. De fait, Shapo y a occupé toute la place en enregistrant 104 points comparativement à 66 pour le Russe.

Après un bris de service au 12e jeu de la première manche, tout a déboulé si vite qu’à peine trois heures et demie après début du match, l’entraîneur Martin Laurendeau et la nouvelle coqueluche étaient déjà dans leur limo en route vers l’hôtel, douche prise et entrevues terminées lorsqu’on les a joints un peu avant 19 h 30.

« Denis a complètement démoli son rival. Compte tenu des sept bris de service qu’il a réalisés, les comptes auraient dû être 6-1, 6-1 et 6-2 sauf qu’il a été brisé à la première manche », me disait Martin.

QUEL FEU DE PAILLE ?

Il ne fait aucun doute que le surdoué de Richmond Hills, en banlieue de Toronto, est très solide.

« Le défi était de taille, en commençant par les qualifications jamais faciles en Grand Chelem. Après le brio de Montréal, Denis aurait pu tomber, comme cela arrive souvent », reconnaissait Martin.

« Mais non. Non seulement Denis a gagné ses trois matchs en qualification la semaine passée, mais cette victoire prouve que son brio à Montréal n’était pas un feu de paille ».

Lors de la prochaine sortie mercredi, son opposant sera la 8e tête de série Jo-Wilfried Tsonga.

« Il n’y a rien d’impossible », d’admettre Martin Laurendeau.

Ce ne sont pas Juan Martin del Potro, ni Rafa qui vont prétendre le contraire après leur mésaventure contre Shapo à Montréal !

EUGENIE ET VASEK EN MÊME TEMPS OU PRESQUE

Pour la suite mardi, place à l’entrée en scène d’Eugenie Bouchard contre Evgeniya Rodina et Vasek Pospisil face à Fernando Verdasco.

Rien d’évident pour Eugenie (76e alors que la Russe est 89e) et Vasek (78e tandis que l’Espagnol est 43e) sur le terrain et dans nos salons.

L’explication est que les deux joueront le deuxième match sur les Grandstand et le court 14.

Ce qui va garder Yvan, Hélène et surtout le réalisateur de RDS bien occupés, le trio devant se promener d’un terrain à l’autre pour ne rien rater.

VOILÀ GABRIELA AU TOP VINGT MAINTENANT

En plus de Shapo, Gabriela Dabrowski en est une autre qui se présente à New York sur une très belle lancée.

Dans une nouvelle passée trop inaperçue, la joueuse d’Ottawa, âgée de 25 ans, a remporté le titre du double du tournoi de New Haven (avec la Chinoise Yifan Xu) la fin de semaine dernière.

Oui, Gabriela va très bien.

Ce titre de double est son deuxième de l’année après Miami et même son troisième si on ajoute son succès en double mixte à Roland-Garros (en compagnie de Rohan Bopanna). Elle est d’ailleurs devenue la première Canadienne à remporter un trophée d’un Grand Chelem.

Mine de rien, Gabriela Dabrowski franchit cette semaine une autre étape dans les classements de la WTA en se glissant sous la barre des Top 20 avec sa 19e place.

UN CANADIEN GARANTI AU 2E TOUR ET… EUGENIE EN DOUBLE

Toujours en double, sachez qu’un Canadien est déjà assuré d’une place au 2e tour. C’est que le tirage a fait que Vasek Pospisil (Nenad Zimonjic) affrontera son partenaire de Coupe Davis Adil Shamasdin (Andres Motelni) en ouverture.

Dans les autres nouvelles, Daniel Nestor (Dominic Inglot) est toujours actif à une semaine de célébrer ses 45 ans.

Fait plutôt rare, Eugenie Bouchard est aussi inscrite en double avec Jelena Ostapenko, surprenante gagnante de Roland-Garros. Eugenie a fait la finale à Washington en juillet.

LA GROSSE NOUVELLE DU JOUR

Ouf ! Après l’hécatombe causée par l’absence des numéros 2, 4, 5, 10 et 11e du monde, aucun grand nom ne s’est retiré depuis deux jours.

DESTINATION… REPENTIGNY

Il n’y a pas qu’aux Internationaux des États-Unis où qu’il se joue du bon tennis. Les étoiles de demain sont réunies toute la semaine à Repentigny dans le cadre des Internationaux de tennis junior Banque Nationale du Canada.

Comme la météo annonce du beau temps cette semaine, allez faire votre tour.

Il ne se passe jamais une année sans qu’on y découvre des talents qui perceront à l’ATP ou à la WTA peu de temps plus tard.

 

Photo en vedette : Mark Masters (TSN)