fbpx
  • EN
  • FR
EN FR
Home   Nouvelles   Belle occasion ratée pour Eugenie, Vasek inquiète, Shapo redouté et même favorisé

Belle occasion ratée pour Eugenie, Vasek inquiète, Shapo redouté et même favorisé

31 Août 2017
written by: Mario Brisebois
written by: Mario Brisebois

Double honneur tenant du jamais vu au tennis canadien lors de ce « super mercredi » aux Internationaux des États-Unis.

Malgré l’horaire surchauffé de 87 matches en raison des reports causés par la pluie de la veille, deux talents canadiens se sont retrouvés « en vedette » dans le grand stade Arthur-Ashe.

Si Denis Shapovalov avait été choisi pour conclure le programme de la soirée contre Jo-Wilfried Tsonga, ce qui représente la grosse affaire à New York, la USTA avait aussi opté pour Eugenie Bouchard afin d’y lancer les activités à 11 h.

La marque de confiance aurait pu ramener Eugenie dans ses très heureux souvenirs de 2014, alors qu’elle avait été finaliste à Wimbledon et demi-finaliste à Melbourne et Roland-Garros, mais non. Elle s’est inclinée 6-7 (2) et 1-6 devant Evgeniya Rodina dès le premier tour.

L’occasion était pourtant belle pour Eugenie, classée 76e après avoir été 5e peu après les Internationaux des États-Unis de 2014.

D’autres éléments étaient réunis aussi. En plus d’avoir l’avantage dans les classements, la Russe étant 89e, elle affrontait une autre fille en panne qui n’avait gagné aucun match depuis le mois de juin.

Même si elle semblait aussi plus en forme que son opposante, qui demandait des reprises vidéo malgré les balles largement à l’extérieur pour se donner le temps de reprendre son souffle, et même si elle a fabriqué les plus beaux points — qu’elle doit réapprendre à terminer — et qu’elle a conservé une bonne attitude dans les moments de frustration, Eugenie à deux trucs à régler, lesquels commencent par un c.

Elle doit trouver une façon de refaire la fusion avec la confiance et la constance. On ne gagne pas de match avec 46 fautes directes qui détruisent 26 coups gagnants.

On reverra Eugenie à New York en double en compagnie de Jelena Ostapenko, la championne de Roland-Garros, avant la Coupe Banque Nationale de Québec, à compter du 11 septembre.

VASEK N’A PU TERMINER

 

Une manche de 6-2 et 34 minutes de jeu ont signifié la fin de Vasek Pospisil, qui a abandonné mercredi devant Fernando Verdasco.

Il faudra maintenant voir la suite en double de même qu’à la Coupe Davis (contre l’Inde) à Edmonton, après New York.

SHAPO-TSONGA VU EN FRANCE ET… À NEW YORK

Sur le site Europort.fr. Laurent Verge écrit ; « tout un test pour Tsonga…, et, inversement ».

Il précise que Jo-W. n’a que trois victoires à ses cinq derniers tournois.

« Il (Shapo) n’est qu’un puceau à ce niveau, mais il (Jo-W., 32 ans) a toutes les raisons d’être sur ses gardes. Il (Shapo encore) n’est pas n’importe quel sieur de 18 ans. »

Dans ses prédictions du jour sur Tennis.com, Steve Tinor a choisi son gagnant : Shapo.

DU PARC SAINT-LUC… AU GRAND STADE ARTHUR-ASHE

Frances qui ? Les amateurs de tennis de Granby le connaissaient bien ce Frances Tiafoe, qui a donné toute une frayeur à Roger Federer, mardi soir.

Le recordman aux 19 Grands Chelems a été poussé à la limite avant d’avoir le dernier mot in extremis 4-6, 6-2, 6-1, 1-6 et 6-4 face au garçon de 19 ans.

De quoi rendre fier le président Alain Faucher et sa vaillante équipe puisque Tiafoe, 70e mondial, mais alors 147e, a été le champion de leur Challenger Banque Nationale cela aussi récemment que l’an passé, ce qui fait beaucoup de « millage » parcouru entre des terrains municipaux du parc Saint-Luc et le grand stade Arthur-Ashe en si peu de temps.

Dans le cas de Roger, qui possède un trois titres majeurs cette année et pourrait retourner au premier rang mondial à 36 ans, il s’agissait de son premier match depuis sa finale de la Coupe Rogers à Montréal.

Compte tenu des longues soirées qui caractérisent New York, voici ce qu’il a confié à ESPN.

« Ma préparation n’a pu être la même cette fois. Peut-être ai-je aussi été un peu trop inquiet pour mon dos au début, mais c’est parti. »

« Pour gagner des cinq sets, il faut être en forme et vous savez, je suis à New York pour vivre des choses comme ça », a-t-il poursuivi.

Pas sûr du tout que son entourage pense comme lui, mais bon…

UNE ANCIENNE CHAMPIONNE À SAGUENAY ALLERGIQUE AU 1er RANG

Un autre talent dont l’apprentissage est passé par le tennis d’ici pour qui la carrière va moins bien est Angelique Kerber. Son passage au sommet du classement n’aura pas été très heureux.

Après sa défaite au premier tour de Roland-Garros, la championne en titre de Flushing Meadows perdait d’entrée pour une deuxième fois.

Elle n’a mis la main sur aucun titre cette année et n’a gagné aucun match contre des joueuses du Top 10.

Angelique Kerber a été deux fois titulaire du Challenger Banque Nationale de Saguenay, soit en 2006 (en finale contre Valérie Tétreault) et en 2007.

Tout en félicitant Caroline Delisle et son papa toujours très investis dans l’organisation après toutes ces années, un rappel sur les dates du Challenger qui aura lieu du 23 au 29 octobre, avec une bourse haussée à 60 000 $.