fbpx
  • EN
  • FR
EN FR
Home   Nouvelles   Bianca se fait une spécialité des numéros un et trois changements de règlements en 2019

Bianca se fait une spécialité des numéros un et trois changements de règlements en 2019

08 Jan 2019
written by: Mario Brisebois
written by: Mario Brisebois

Parlez-moi d’un début d’année pour le tennis canadien, notamment pour Bianca Andreescu.

La joueuse fait fi de son jeune âge (18 ans et donc encore junior) et de son classement (152e) pour continuer d’élargir sa collection de victoires surprises face à d’ex-premières mondiales.

Après Caroline Wozniacki (6-4 et 6-4) jeudi, Bianca en a rajouté vendredi en éliminant la légendaire Venus Williams en des pointages de 6-7(2), 6-1 et 6-3 pour atteindre avec brio son premier carré d’as de la WTA à la Classique ASB d’Auckland, en Nouvelle-Zélande.

Les médias néo-zélandais surnomment la révélation de Mississauga, issue des qualifications, la « Giant Killer ».

Très habille à répondre à la puissance de Venus et capable de répliquer pour être plus expéditive, ayant pris une avance de 5-0 en troisième manche grâce à une séquence de onze jeux remportés consécutivement, elle a montré du cran en ravissant le service de l’Américaine de vingt ans son aînée.

« Je ne sais pas trop quoi dire tellement la sensation en ce moment est incroyable », a été la réflexion d’après match de Bianca, maintenant entraînée à temps plein en compagnie de Sylvain Bruneau.

Dans toute sa glorieuse carrière, Venus n’a perdu que sept fois devant une raquette au-delà du 100e rang.

EUGENIE ÉTAIT SI PROCHE…

Très franchement, Eugenie Bouchard aurait mérité sa place en demi-finale à Auckland. Elle menait 3-0 devant Julia Goerges à la manche finale.

La championne en titre, qui occupe le 14e rang mondial, a de plus dû essuyer une balle de match avant de s’en tirer de justesse 3-6, 6-3 et 7-6(6) après une bataille intense de 2 h 24.

… MILOS ET GABRIELA AUSSI

En Australie, Milos Raonic, qui avait également capturé le premier acte, a été victime d’un marathon de trois manches lors de son quart de finale à Brisbane à la faveur de Danill Medevev dans une confrontation entre la quatrième et la cinquième tête de série.

Le service de Milos allait superbement bien, comme l’indique sa mitraille de 29 aces jusqu’à ce qu’il se fasse briser à 4-4 à la troisième manche, ce qui ne pardonne pas aussi tardivement.

Toujours à Brisbane, où le tournoi est mixte, Gabriela Dabrowski et sa partenaire Yifan Xu ont raté de peu leur place en finale du double en s’inclinant 8-10 au jeu décisif.

PRÉSENCE CANADIENNE GARANTIE DIMANCHE

Bonne nouvelle pour les amateurs : il y aura du tennis à suivre tout au long de la fin de semaine si vous vous couchez ou levez tôt en raison du décalage.

Dans un autre choc jeunesse-expérience, Bianca sera de retour sur le court central d’Auckland samedi pour croiser le fer avec Hseih Su, une Taïwanaise de 33 ans classée 22e mondiale.

Une présence canadienne est néanmoins assurée en prévision des matchs de championnats, dimanche. Après son simple, Eugene est retournée en action pour gagner 10-8 au bris et faire sa place en finale du double en compagnie de Sofia Kenin.

2019 SOUS LE SIGNE DU RENOUVEAU

Vous avez pris vos résolutions du Nouvel An ? Le tennis va plus loin en y allant dès le début de 2019 avec une nouvelle réglementation qui transforme la manière de faire depuis toujours.

C’est le cas des Internationaux d’Australie, où les autorités de la première étape du Grand Chelem ont officiellement adopté le super bris d’égalité de dix points pour trancher à la manche ultime, qui est la 5e chez les messieurs et la 3e chez les dames.

Sachez que ceci est la modification la plus importante depuis la transition du gazon au ciment en 1987.

Annoncé juste avant Noël, après avoir pris le temps de consulter les joueuses et les joueurs, les anciens, les arbitres et les gens de la télévision, le changement entre en vigueur dès le 14 janvier, soit le jour un des matchs à Melbourne.

Vous direz que Wimbledon avait donné le ton avec l’introduction du bris à 12-12, mais quand même, la dernière manche était décidée à la différence de deux jeux depuis 1905 à Melbourne.

Une institution encore plus vénérable ayant été crée en 1900, la Coupe Davis se met aussi en phase « nouvelle ère » en réduisant ses rencontres de cinq à trois manches aussitôt que les 1er et 2 février alors que le Canada ira affronter la Slovaquie.

Dans les autres nouveautés de 2019, le tennis devient un sport chronométré. De concert, l’ATP et la WTA confirment que leurs rendez-vous du Circuit Masters (hommes) ainsi que ceux de catégorie Premier (femmes), ce qui comprend la Coupe Rogers de Montréal et de Toronto, installeront un cadran visible sur les courts.

L’échauffement sera limité à cinq minutes avec une minute additionnelle seulement pour retourner à sa chaise avant d’entreprendre le jeu. La limite de temps entre les points est de 25 secondes pour le serveur.

L’été dernier, les tournois du Circuit US Open menant aux Internationaux des États-Unis avaient servi de laboratoire.

DÉJÀ À MELBOURNE EN PRÉPARATION POUR LES QUALIFICATIONS

De retour au tennis canadien, on apprend que Rebecca Marino, qui représentait un point d’interrogation jusqu’à tout récemment en raison d’une blessure qui lui a fait rater la saison automnale, a effectué le voyage à Melbourne et sera donc des qualifications des Internationaux d’Australie la semaine prochaine en compagnie de Bianca Andreescu.

Avant son hiatus de cinq ans, elle avait atteint le 4e tour à ce Grand Chelem.

Après ses deux victoires en préliminaires et son premier tour (contre Ivo Karlovic) au tournoi de Pune, en Inde, Félix Auger-Aliassime est sur place pour se préparer.

 

Photo en vedette : Peter Figura