fbpx
  • EN
  • FR
EN FR
Home   Nouvelles   Djoko : Ce n’est pas son ménage du printemps qui étonne, mais le moment de le faire!

Djoko : Ce n’est pas son ménage du printemps qui étonne, mais le moment de le faire!

16 Mai 2017
written by: Mario Brisebois
written by: Mario Brisebois

Vrai qu’il est encore tôt et que la météo de saison tarde à arriver, mais Novak Djokovic est largement en avance cette année dans le championnat du plus grand ménage du printemps.

Dans ce qu’il a lui-même qualifié de « thérapie-choc », il a congédié tout son monde au début de mai, dont Marian Vajda, qui est derrière l’ensemble de ses succès depuis 2006.

Malgré ses 12 titres de Grands Chelems, dont trois conquêtes la même année à deux reprises, et toutes ses semaines, mois et années au sommet du classement, il ne faut être trop surpris par ce nettoyage en règle.

Force est de reconnaître que Djoko n’était plus l’ombre de lui-même, et pas seulement que son palmarès de 2017 ne comprend qu’un titre récolté en début d’année, à Doha, et que son meilleur résultat depuis se limite à sa demi-finale à Madrid, le week-end dernier. Très franchement, le passage à vide est en cours depuis l’été dernier avec une défaite au troisième tour à Wimbledon et une élimination encore plus expéditive au premier tour des Jeux olympiques.

À bientôt 30 ans — qu’il célèbrera le 22 mai, il ne peut être au bout du rouleau et veut retrouver ce qu’il appelle « l’étincelle ».

Ce n’est pas tant la manière de procéder qui est en cause chez Djoko.

De fait, on ne pourra certainement pas l’accuser d’être le président du cimetière d’entraîneurs, ce remplacement s’avérant son premier en onze ans comparativement à trois pour Roger Federer et Milos Raonic — quatre en comptant le passage de John McEnroe. Même chose dans l’ensemble du sport.

Pour votre info, le Canadien a changé neuf fois de mentor depuis Mario Tremblay en 2006 et Claude Julien dans la dernière étape menant aux séries cette année en comptant Bob Gainey, Michel Therrien et Julien, lesquels sont tous revenus une deuxième fois.

Cela n’empêche très certainement pas les amateurs de se questionner sur le moment choisi par Djoko.

Pourquoi avoir attendu l’approche de la saison des Grands Chelems pour changer l’air autour de lui ?

Sûrement que le brio de Rafa récemment redevenu… Rafa en délestant son oncle Tony de certaines responsabilités refilées à Carlos Moya a fait réfléchir.

Après avoir entrepris son opération vadrouille en tassant Boris Becker en décembre, pourquoi ne pas en avoir profité pour faire dès lors maison nette ?

Le grand risque de Djoko est de ne pas être prêt à défendre son titre à Roland-Garros à compter du 29 mai, ce qu’il n’était définitivement pas à Madrid en se faisant tailler en pièces 6-2 et 6-4 par Rafa après avoir enlevé les sept affrontements précédents sans concéder une seule manche, faut-il préciser.

UNE ANCIENNE GLOIRE POUR LA SUITE ?

Présentement, Novak Djokovic opère « en orphelin » à l’ATP.

« J’ai assez d’années sur le circuit pour fonctionner seul, ce qui me laissera plus de temps pour identifier la meilleure personne avec qui travailler, ma préférence allant vers quelqu’un qui a connu un parcours de haut niveau pour que je puisse puiser dans des connaissances », a déclaré Djoko.

Maintenant que les enfants ont grandi, Andre Agassi serait sur la liste des candidats potentiels, dit-on.

LA SAGE DÉCISION DE ROGER

Une autre nouvelle qui ne constitue pas une surprise est la décision de Roger Federer de renoncer à Roland-Garros même si le spectacle écope.

À 35 ans, le gagnant du premier tournoi majeur de 2017, en Australie, doit déterminer ce qu’il y a de mieux pour lui et dans son cas, il s’agit de garder sa forme en prévision de Wimbledon, son tournoi de prédilection qu’il a remporté sept fois, et les surfaces dures à l’été, d’autant plus qu’il veut poursuivre encore après cette année.

AUTRES NOUVELLES D’ICI…

Un match Bouchard-Sharapova II devra attendre, Eugenie ayant choisi de travailler son jeu à l’entraînement en prévision de Roland-Garros plutôt que de se soumettre aux qualifications à Rome.

Elle y avait vaincu Angelique Kerber l’an dernier.

Grâce à son quart de finale à Madrid la semaine passée, elle gagne huit rangs au classement pour se retrouver 52e. Eugenie a besoin de tous les points possibles pour éviter de se buter aux préliminaires au cours de l’été.

***

Après cinq semaines en Chine et en Corée, Félix Auger-Aliassime revient ces jours-ci de sa première tournée asiatique. Il y a obtenu une fiche de 11-5, ce qui est tout à fait réussi à seulement 16 ans.

***

Oui, oui, le vétéran Daniel Nestor est toujours actif. À 44 ans, il affiche une finale et un carré d’as en double et son dossier de 11-11 lui procure le 18e échelon dans la spécialité.

***

Fausse la rumeur que Louis Borfiga devient le prochain président du club des partisans de PK malgré sa fierté qui n’a d’égale que celle de l’animateur Paul Arcand.

… ET D’AILLEURS SUR LA PLANÈTE

Comme Andy Murray a célébré son 30e anniversaire de naissance lundi, Novak Djokovic est le dernier joueur du Top 5 à encore faire partie de la vingtaine, mais pas pour longtemps. Djoko deviendra trentenaire à son tour aussitôt que lundi prochain.

***

Grâce à Serena Williams, qui ne fera que perdre des points en ne jouant plus en raison de sa grossesse, Angelique Kerber, dont la fiche est de 19-11, reprend la tête du classement de la WTA.

***

Coucou ! Devinez qui a fait la présentation du trophée à la championne de Madrid, dimanche? Personne d’autre que… Ilie Nastase.

Président de la WTA, Steve Simon est en beau fusil de la présence de Nasty, suspendu indéfiniment par la Fédération à la suite de son expulsion pour langage abusif et plus encore comme capitaine de la Fed Cup le mois passé, ce qui tout sauf un hasard.

La gagnante Simona Halep et le promoteur et vieux rusé Ion Tiriac sont aussi de la filière roumaine.