fbpx
  • EN
  • FR
EN FR
Home   Nouvelles   Fed Cup : le tirage, Eugenie jase et autres choses

Fed Cup : le tirage, Eugenie jase et autres choses

21 Avr 2018
written by: Mario Brisebois
written by: Mario Brisebois

Parce que la Fed Cup reste une affaire collective et non un spectacle solo, allons-y avec l’annonce des matchs de la rencontre de ce week-end, au Stade IGA, entre le Canada et l’Ukraine, qui décideront quelle nation restera au Groupe mondial II en 2019.

Le tirage au sort a décidé que ce sera Françoise Abanda (127e) contre Lesia Tsurenko (41e) en lever de rideau, à 13 h. Eugenie suivra contre Kateryna Bondarenko (78e).

Les rivales et l’ordre des rencontres seront inversés dimanche avant le double opposant Gabriela Dabrowski et Bianca Andreescu à Bondarenko et à Olga Savchuck, si un cinquième affrontement devenait nécessaire pour briser l’égalité.

Bien que Gabriela soit 10e mondiale, les deux Ukrainiennes affichent un palmarès immaculé de six victoires à la Fed Cup.

« Leur équipe sera difficile. Elles sont de vraies compétitrices. Ce sera une vraie bataille », a analysé le capitaine canadien Sylvain Bruneau en parlant des rivales.

L’Ukraine se situe 15e au classement mondial des nations et le Canada 18e.

L’Ukraine a peut-être deux joueuses dans la trentaine et une autre de 28 ans qui ne craignent pas l’effort, mais très franchement et avec vraiment zéro parti pris, Eugenie et Françoise semblent avoir plus d’habiletés naturelles.

L’éternelle vérité du tennis est que les matchs se gagnent sur le court avec une bonne tête et non par les gérants d’estrade.

« SI JE L’AI DÉJÀ FAIT, JE PEUX LE REFAIRE » — EUGENIE

À propos d’Eugenie maintenant, commençons par un « scoop ».

Oui, elle a accepté de serrer la main de son opposante, ce qu’elle avait déjà refusé de faire dans le passé et cela avait causé tout un émoi.

Tout un monde de différence ! Permettez d’ajouter que c’est même Eugenie qui cherchait Bondarenko.

Et oui, elle a aussi tenu parole et a répondu aux questions des médias après avoir été silencieuse depuis son arrivée de Los Angeles mardi soir.

Lisez-moi bien, ce n’est pas demain et ni ce week-end qu’Eugenie va écrire sur son très actif compte Twitter que les journalistes de Montréal sont devenus ses plus grands amis, mais elle a néanmoins affronter la tempête.

* « Je suis contente d’être ici. C’est un choix que j’ai fait. J’aime l’ambiance d’équipe. Pouvoir jouer deux fois à Montréal (y compris la Coupe Rogers), c’est spécial pour moi. »

* « Je ne blâme jamais mes entraineurs lors des changements (lire départs). »

* « Je travaille fort et je me sens bien avec mon jeu. »

* « Oui, j’ai confiance de revenir (elle a été finaliste à Wimbledon et Top 5). Si je l’ai déjà fait, cela veut dire que je peux le refaire. D’ailleurs, je travaille pour cela. »

D’accord, ce n’est pas une grande confession.

Cela dit, plaçons-nous un instant dans la peau d’Eugenie. Pensez-vous que la fille trouve cela vraiment plaisant de se faire ramener les mêmes problèmes dont elle espère tant de sortir.

Pas nécessaire de demander à Marc Bergevin, je pense.

CITATIONS

« Je n’ai pas beaucoup joué cette année. J’aime toutefois évoluer à la maison. Quant à la pression (d’être en action en ouverture), je me dis qu’en fin de journée, il faut avoir joué notre match de toute façon ».

-FRANÇOISE ABANDA, tête d’affiche du Canada avec une fiche de 2-0 contre le Kazakhstan à la même période l’an dernier.

« Encore chanceux d’avoir trois joueuses, parce que nous aurions bien pu nous retrouver qu’avec deux.

– MIKHAIL FILIMA, capitaine de l’Ukraine au sujet de la complication que pose le recrutement alors que le circuit passe à la terre battue à cette période.

RETOUR DANS LE TEMPS…

Lors de l’affrontement précédent contre l’Ukraine, le Canada l’avait emporté 3-2, à Kiev, grâce au point arraché en double par la jeune Eugenie (à peine sortie des rangs juniors à 19 ans) et Sharon Fichman devant le tandem ukrainien qui comprenait Elina Svitolina, maintenant quatrième mondiale en simple.

ON L’APPELLE… GABRIELLE

Mon étoile va à la toujours très gentille spécialiste de double Gabriela Dabrowski.

À une question longue comme un train de Paul Rivard, de TVA Sports, elle a répondu dans un très joli français.

C’est décidé : on change son prénom pour Gabrielle en fin de semaine !

ON AJOUTE DES PLACES

Comment va la vente des billets ? La réponse est très bien, merci.

Les estrades comptent entre 1500 et 1600 sièges, mais la demande est telle qu’on ajoutait d’autres sièges vendredi soir.

LA TÉLÉ EST LÀ

Si vous êtes loin du Stade IGA, vous pourrez suivre les matchs du week-end sur TVA Sports 2.

Marie-Ève Pelletier, une ancienne de la Fed Cup, sera l’analyste en remplacement de son ex-coéquipière Valérie Tétreault, responsable des communications de Tennis Canada.

Sportsnet Now webdiffusera aussi la rencontre en direct.

 

*Photos : Pascal Ratthé