fbpx
  • EN
  • FR
EN FR
Home   Nouvelles   Le Futures de Sherbrooke fait plus d’un gagnant, Vasek est à Drummond… en attendant Félix-Milos en soirée

Le Futures de Sherbrooke fait plus d’un gagnant, Vasek est à Drummond… en attendant Félix-Milos en soirée

11 Mar 2018
written by: Mario Brisebois
written by: Mario Brisebois

L’Allemand Dominik Koepfer n’a pas été le seul gagnant du tournoi Futures Subaru de Sherbrooke en fin de semaine. Ajoutez donc les jeunes espoirs de la région.

Grâce à Tennis Sherbrooke, ce n’est rien de moins que la somme de 11 000 $ qui a été remise aux jeunes talents locaux lors d’une cérémonie spéciale tenue dimanche sur le court central, avant la finale.

Le vainqueur a touché 3 600 $ en devises américaines, mais quand même.

Il y a beaucoup de travail et plus encore comme l’a révélé Ricard Duval, président de Tennis Sherbrooke, qui compte 130 membres.

« Une somme de 5 000 $ provient du Futures », dit-il à propos du don à son organisation pour assurer le bon fonctionnement.

Le groupe n’est pas seulement actif lors des plus grands événements, il l’est en tout temps.

« Le reste provient des recettes des inscriptions aux tournois (juniors et adultes) que nous organisons ici durant l’année, ce qui finit par engranger un montant intéressant », ajoute le président.

C’est beaucoup de travail.

« Il faut aussi admettre que l’on fait cela parce qu’on aime le tennis », de raconter Richard Duval.

Ainsi donc, l’Allemand Dominik Koepfer, 5e tête de série et 234e mondial, est le titulaire 2018 du Future sherbrookois, mais le nom dont le public va se souvenir est celui du finaliste Michel Redlicki.

Non seulement le gaucher américain avait joué les trouble-fête en sortant, en quart de finale et au carré d’as, les Canadiens Filip Peliwo et Brayden Schnur, 2e et 3e têtes d’affiche, mais il était arrivé dans les Cantons sans classement, c’est à dire 1280e, ce qui est presque du pareil au même.

Malgré tout, Redlicki a poussé son rival à la limite de trois manches de 6-7, 7-5 et 6-2.

DES NOUVELLES DE LA 55

Un vrai feu roulant le tennis dans les Cantons et les environs. Alors que s’achevait dimanche le Futures de Sherbrooke, le Challenge Banque Nationale de Drummondville s’amorçait en même temps au Centre René-Verrier, à l’autre bout de l’autoroute 55.

Richard Quirion a gardé son rôle de directeur malgré ses fonctions accrues au bureau de Tennis Canada à Montréal.

Le temps de tenir les préliminaires et le tableau principal s’amorcera mardi.

VASEK MERCREDI ?

Meilleure nouvelle puisque le favori et 75e mondial Vasek Pospisil arrivera d’Indian Wells malgré la déception de sa défaite devant Félix Auger-Aliassime.

« Le vol de Vasek se pose à Dorval dimanche à 19 h. Nous aurons un chauffeur pour le conduire à Drummond. Il devrait être sur le terrain mardi pour se préparer », me mentionnait Richard, joint sur le site dimanche après-midi.

Comme le passage du ciment au gros soleil à une surface en salle demande une adaptation, attendez-vous à ce qu’il joue mercredi.

ZÉRO CADEAU CETTE FOIS

C’est colosse comme performance cette présence de cinq joueurs canadiens au tableau principal d’un Masters 1000 de l’ATP, ce qui représente un sommet au pays, selon Valérie Tétreault, directrice des communications à Tennis Canada.

D’Indian Wells, où il accompagne Denis Shapovalov, Martin Laurendeau mentionne que le tennis canadien a déjà eu cinq ou peut être même six de ses raquettes à la Coupe Rogers au STADE IGA il y a quelques années, mais qu’il y avait des invités de Tennis Canada alors que cette fois, tout le monde est là grâce à son mérite personnel dont les matchs gagnés en qualification.

FRED DE NOUVEAU PAPA

Si Frédéric Niemeyer a les yeux plus petits ces jours-ci, c’est qu’il est de nouveau papa depuis dix jours.

Bravo aux parents !

Oubliez le congé de paternité, Fred continue de suivre ses joueurs Filip Peliwo et Brayden Schnur. Après Sherbrooke, son ancien patelin, il sera aussi à Drummond cette semaine.

UN DIMANCHE SOIR CHAUD !

À ne pas en douter, l’événement dans le sport au Canada dimanche soir est le duel entre Félix Auger-Aliassime et Milos Raonic au deuxième tour à Indian Wells.

« Milos c’est un peu mon idole », a admis Félix, qui a grandi avec Milos comme modèle et source et motivation.

La confrontation sera la cinquième et dernière dans le stade numéro 3. Avec le décalage de trois heures avec la Californie et la durée des duels auparavant, le début devrait survenir entre 20 h, et 22 h.

Bon match !

 

*Photo en vedette : Yves Longpré