fbpx
  • EN
  • FR
EN FR
Home   Nouvelles   Le titre historique de Leylah Annie à Roland-Garros symbolise aussi la profondeur du tennis canadien

Le titre historique de Leylah Annie à Roland-Garros symbolise aussi la profondeur du tennis canadien

10 Juin 2019
written by: Mario Brisebois
written by: Mario Brisebois

Déjà qu’il fait l’envie avec trois talents de 20 ans et moins au Top 25 mondial, le tennis canadien est jalousé cette fois grâce à Leylah Annie Fernandez.

À 16 ans, la Lavalloise s’est révélée à la hauteur de son statut de favorite en devenant la première Canadienne de l’histoire à s’adjuger la palme à Roland-Garros dans une domination absolue.

On n’évoque pas ici seulement son couronnement en deux petites manches de 6-3 et 6-2 qui n’ont pris que 1 h 26 devant l’Américaine Emma Navaro, 8e tête de série, sur la plus célèbre terre battue.

Non seulement Leylah Annie, un autre espoir qui a transité par le Centre national bien qu’elle possède un programme personnel, n’a concédé aucune manche au cours de la semaine, mais elle a en remportées quatre à 6-0, dont deux de suite lors de son quart de finale.

Sa réussite met un baume sur une semaine très difficile pour le tennis au pays avec des blessures pour Félix Auger-Aliassime, Bianca Andreescu et Milos Raonic, tous obligés de se désister avant ou en cours de tournoi, de même que l’élimination au tour d’entrée de Denis Shapovalov et la défaite de Gabriela Dabrowski (lire plus bas) en finale du double mixte.

Leylah Annie symbolise la profondeur de tout ce qui gravite autour du Centre national de Montréal.

PREMIÈRE DEPUIS EUGENIE

Encore une fois, Leylah Annie, une gauchère installée en Floride avec sa famille, a impressionné avec son jeu et son grand calme malgré l’ampleur de l’enjeu.

« Cette année, le but était d’obtenir un titre majeur », a dit Leylah Annie.

Elle a réussi avec grand panache.

Des six titres de Grands Chelems détenus par des juniors canadiens depuis 2012, y compris ceux de Filip Peliwo (2), Shapo et Félix, celui-ci s’inscrit comme le premier chez les files depuis Eugenie Bouchard à Wimbledon.

Par ricochet, la championne a « vengé » Félix qui avait été vaincu lors de la finale de 2016 alors qu’il n’avait que 15 ans. C’est la fois que Yannick Noah avait traversé le terrain à la fin pour aller l’encourager.

Une très grande qualité chez Leylah Annie est qu’elle apprend vraiment très vite comme l’indiquent ses progrès.

Auteure d’une demi-finale l’an dernier à Roland-Garros, où elle a fait sa première percée sur la scène internationale, et d’une finale en Australie pour entreprendre 2019 avec brio, la voilà avec sa première grande récompense.

Martina Hingis (2 fois), Jennifer Capriati, Amélie Mauresmo et l’actuelle numéro un Simona Halep sont toutes d’ex-titulaires qui ont ensuite occupé le sommet du classement mondial.

PEUT-ÊTRE UN RETOUR EN PASSANT PAR GATINEAU ET GRANBY ? 

En passant, Leylah Annie devient aussi la première favorite à repartir de la Porte d’Auteuil avec les grands honneurs depuis 2004.

Sachez que cette victoire en finale représente sa 11e consécutive en ajoutant le tournoi préparatoire de Charleroi, en Belgique, qu’elle avait remporté la semaine précédente.

Il est certain que cette séquence prolongée va bonifier son actuelle 6e place aux classements juniors de la Fédération internationale de tennis. Ce qui est moins sûr est Wimbledon pour la suite.

Il faut savoir que juillet est aussi le mois des Challengers au Canada avec des présentations à Winnipeg, Gatineau et Granby. Il y a de précieux points WTA sur la table et on pourrait aussi décider de ramener Leylah Annie sur le ciment en préparation pour Toronto qui recevra le volet féminin de la Coupe Rogers en août.

À suivre….

1-1

Tel est le compte des finales canadiennes à Roland-Garros. À son troisième match de championnat consécutif, Gabriela Dabrowski, d’Ottawa, et Mate Pavic ont baissé pavillon 6-1 et 7-6(5) devant Lathisa Chan et Ivan Dodig.

Dans les autres résultats, une mention spéciale va à Taha Baadi pour son quart de finale chez les juniors. Aussi de Laval et du Centre national, le garçon en était à sa première expérience.

Photo : Mauricio Paiz

REVOICI FÉLIX ! 

Une très bonne nouvelle est que Félix, obligé de se retirer de Roland-Garros avant le début en raison d’une blessure, est guéri. Cette semaine, il participe au tournoi de Stuttgart sur le gazon.

Milos Raonic et Shapo sont là aussi dans un tournoi très canadien. Les trois sont classés 6e, 7e et 8e chez les têtes de série.