EN FR
Home   Nouvelles   L’étoile canadienne du mois : Bianca à l’assaut du classement

L’étoile canadienne du mois : Bianca à l’assaut du classement

02 Avr 2019
written by: Tennis Canada
written by: Tennis Canada

Pas de surprise ici, et ce n’est pas un poisson d’avril. Bianca Andreescu est notre étoile canadienne du mois pour toutes les raisons que vous pouvez imaginer. Gagner l’Open BNP Paribas à l’âge de 18 ans est assurément une très bonne raison.

Andreescu, qui occupait le 152e rang mondial aussi récemment qu’en décembre dernier, s’est hissée au 23e échelon en ce début du mois d’avril. On peut affirmer sans craindre de se tromper que le mois de mars 2019 sera grave à jamais dans sa mémoire, ainsi que dans celle des amateurs de tennis canadien du monde entier.

À l’aube du mois de mars, la native de Mississauga était la 71e meilleure raquette de la WTA, un statut très respectable à cet âge. Son parcours vers la finale de la Classique ASB d’Auckland et son carré d’as à l’Open du Mexique avaient déjà attiré l’attention, mais personne n’aurait alors pu prédire qu’elle serait la championne d’un tournoi Premier obligatoire quelques semaines plus tard.

View this post on Instagram

❤️

A post shared by Bianca (@biancaandreescu_) on

Avant de récolter le trophée à Indian Wells, elle avait éliminé quatre rivales du Top 20, notamment l’Allemande Angelique Kerber, huitième tête de série de l’épreuve, en des comptes de 6-4, 3-6 et 6-4, en finale. Ces triomphes aux dépens de Wang Qiang, Garbine Muguruza et Elina Svitolina sont également mémorables.

Andreescu semblait bien partie pour faire encore des vagues à l’Open de Miami. En route vers les huitièmes de finale, l’adolescente de 18 ans a indiqué la sortie à Sofia Kenin, la dernière joueuse à l’avoir battue, puis a signé un autre gain face à Kerber avant de devoir abandonner son duel face à Anett Kontaveit en raison d’une blessure à l’épaule.

Sans ce contretemps, qui sait si nous ne serions pas en train de parler d’une autre couronne de la Canadienne ?

Mentions honorables

MIAMI GARDENS, FLORIDA – MARCH 27: during the Miami Open Presented by Itau at Hard Rock Stadium March 27, 2019 in Miami Gardens, Florida.

Félix Auger-Aliassime, l’étoile canadienne du mois de février, a encore connu d’excellentes semaines. Au début du mois de mars, le Montréalais occupait le 60e échelon de l’échiquier mondial et est maintenant 33e.

Le jeune joueur de 18 ans a d’abord atteint le troisième tour de l’Open BNP Paribas, éliminant la neuvième tête d’affiche et ancien rival chez les juniors Stefanos Tsitsipas par 6-4 et 6-2 au deuxième tour. La semaine suivante, il écrivait une autre page de l’histoire en se taillant une place au carré d’as de l’Open de Miami.

Ce faisant, Auger-Aliassime est devenu le plus jeune demi-finaliste de l’histoire du tournoi. Malheureusement, une défaite crève-cœur de 7-6(3) et 7-6(4) aux mains de l’Américain John Isner le privait d’une participation à la finale. Ce fut néanmoins un mois extraordinaire pour FAA.

Photo : Mauricio Paiz

Même si Denis Shapovalov n’a grimpé que de cinq places au classement — bien qu’il faille mentionner que passer au 25e au 20e rang n’est pas une mince affaire — il rate lui aussi de peu la chance d’être nommé l’étoile canadienne du mois.

Une défaite en huitième de finale aux mains de Hubert Hurkacz à Indian Wells a rapidement été suivie par une présence en demi-finale à Miami. Son parcours vers le carré d’as comprend des gains aux dépens de Tsitsipas et de l’Américain Frances Tiafoe.

Ces victoires ont mis la table pour un duel avec son idole Roger Federer. Malgré une défaite de 6-2 et 6-4 face au détenteur de 20 couronnes de Grands Chelems, Shapovalov de faire un peu travailler le Suisse, surtout dans la deuxième manche qui s’est décidée par une seule balle de bris.

(Photos : Mauricio Paiz)