fbpx
  • EN
  • FR
EN FR
Home   Nouvelles   Milos redevient… Milos

Milos redevient… Milos

24 Jan 2020
written by: Mario Brisebois
written by: Mario Brisebois

Parlez-moi d’une belle façon de célébrer une dixième année de participation dans les Grands Chelems.

Pour la septième fois, Milos Raonic a assuré sa place pour la deuxième semaine des Internationaux d’Australie, à Melbourne.

Un autre gain contre Marin Cilic la prochaine fois et ce serait direction quarts de finale.

Les braves qui se sont levés à 3 heures ou qui ne s’étaient pas couchés du tout ne l’ont surtout pas regretté.

Dans une superbe performance, Milos, 29 ans, a clairement indiqué à Stefano Tsitsipas, chef de file de la nouvelle génération, qui était et restait le patron.

Trois manches et moins de trois heures ont suffi dans le stade Margaret Court bondé de 7 500 personnes pour passer le message.

Les comptes ont été 7-5, 6-4 et 7-6 (2) en 2 h 31, Milos s’avérant trop précis, trop fort et simplement trop bon.

« Ça fait longtemps ! », ont été les premiers mots de Milos en entrevue sur le terrain pour illustrer ses si nombreuses absences en raison des blessures qui l’ont relégué au 35e rang parce qu’il a trop souvent été incapable de jouer.

Milos avait d’ailleurs raté les Internationaux des États-Unis en septembre dernier.

QUELQUES MINUTES ONT FAIT LA DIFFÉRENCE

Milos n’a toujours pas concédé une manche en Australie, mais il vient de réussir de loin sa plus efficace sortie depuis une mèche.

Malgré ses 19 aces contre une seule double faute et une excellente note de 89 % (pour 56 points enregistrés en 63 occasions), le bombardier de Thornhill, en Ontario, n’a pas fait que servir.

Il a obtenu une fiche positive de 56-55 dans son ratio points gagnés/fautes directes.

Le match s’est vraiment décidé en quelques minutes.

Milos a inscrit le premier de ses deux bris à 5-5 de la manche initiale pour enlever celle-ci avant d’entreprendre le deuxième acte avec l’autre bris pour s’emparer de l’avance qu’il n’est même pas venu près de céder malgré les beaux élans de jeunesse de Tsitsipas.

« Je suis reconnaissant d’être ici », a déclaré Milos très fier.

Cette victoire contre Tsitsipas, gagnant des Finales de l’ATP réunissant les huit meilleurs à Londres, est une belle surprise, car le Grec a bien combattu dans un affrontement de qualité.

« Disons que j’ai vu Stefanos plus souvent à la télé que lui m’a vu », pour illustrer les succès de son jeune rival alors qu’il multipliait les visites dans les cliniques pour soigner ses bobos en série.

POURQUOI PAS LES QUARTS

À la suite des départs beaucoup trop hâtifs de Denis Shapovalov et de Félix Auger-Aliassime en début de semaine, Milos Raonic reprend donc le flambeau du tennis canadien qu’il porte bien haut.

Et ce n’est pas fini.

Dimanche à Melbourne, ce qui veut dire samedi soir ou dans la nuit à RDS2 et TSN, il affrontera Marin Cilic. Bien qu’ex-titulaire à New York, le Croate a ralenti et occupe maintenant le 39e échelon, à 31 ans.

D’ici là, bon dodo.

BYE BYE VASEK

Melbourne est maintenant un souvenir pour Vasek Pospisil. Après la défaite au premier tour du simple, il a été éliminé vendredi à ses débuts en double en compagnie du Polonais Hubert Hurkacz en deux comptes de 6-4 devant les Britanniques Murray et Skupski.

AUTRE CHANGEMENT POUR GABRIELA

 

Après le double qu’elle dispute avec la Lettone Jelena Ostapenko comme nouvelle partenaire, Gabriela Dabrowski change de complice pour le double mixte aussi, Mate Pavic étant absent. Il ne participe pas non plus au double masculin, ce qui est tout à fait imprévu.

Gaby joue donc plutôt avec le Finlandais Henti Kontibeb et cela a fonctionné au départ dans un gain de 6-4 et 6-2 devant la Tchèque Hrdecka et l’Allemand Krawiietz.

LES JUNIORS ARRIVENT

Bien qu’elle soit admissible à 17 ans, Leylah Annie Fernandez n’est pas du volet junior qui commence en fin de semaine. La Lavalloise y avait été finaliste l’an dernier.

Mélodie Collard, de Gatineau, et l’Ontarienne Jada Bui sont les représentantes canadiennes.

Mélodie y est classée 10e chez les têtes de série.

100

Cette formidable victoire de Roger Federer 10-8 au super jeu décisif de la cinquième manche devant John Millman, après avoir tiré de l’arrière 4-8, était la 100e de sa carrière en Australie.

« C’était un privilège de voir ça », ont convenu les frères McEnroe, John et Patrick, dans ce qui s’avère LA citation du jour.