fbpx
  • EN
  • FR
EN FR
Home   Nouvelles   Novak Djokovic décroche son premier titre à Roland-Garros

Novak Djokovic décroche son premier titre à Roland-Garros

05 Juin 2016
written by: Emna Achour
written by: Emna Achour

PARIS, France – La quatrième fois a finalement été la bonne pour Novak Djokovic.

Après avoir échappé la première manche, le Serbe a rappelé à tout le monde pourquoi il était le no 1 mondial, dimanche, en gagnant les trois sets suivants pour défaire le Britannique Andy Murray 3-6, 6-1, 6-2, 6-4 et remporter les grands honneurs à Roland-Garros pour la première fois de sa carrière.

Djokovic a ainsi été élu vainqueur d’un quatrième tournoi majeur de suite, complétant par le fait même son propre Grand Chelem en carrière en soulevant le seul trophée qui manquait à sa collection.

« Il y a beaucoup de choses qui me trottent en tête depuis que je suis arrivé à Paris, mais j’ai senti que cette année, c’était complètement différent des années précédentes, a-t-il déclaré. […] Évidemment, comme toutes les autres années, j’espérais que cette fois serait la bonne. Mais j’ai senti une connexion avec le public et le soutien et l’amour de la foule comme jamais auparavant. C’est ce qui m’a permis d’être assis ici aujourd’hui avec le trophée, ça ne fait aucun doute. Ce soutien était très présent au stade aujourd’hui. »

Le Serbe de 29 ans est devenu le premier joueur de l’Ère Open depuis Rod Laver en 1969 à détenir tous les titres majeurs en même temps. Il a également rejoint les Roger Federer, Rafael Nadal, Serena Williams et Maria Sharapova, eux qui ont aussi tous déjà gagné les Internationaux d’Australie, les Internationaux de France, Wimbledon et les Internationaux des États-Unis.

« C’est incroyable et très flatteur de savoir que Rod Laver était le dernier à avoir réussi l’exploit, a évoqué Djokovic. Il n’y a pas vraiment de mots qui puissent décrire ce que je ressens. C’est un des défis ultimes qu’essaie d’accomplir tout joueur de tennis.

« Je suis très fier et évidemment très excité. Mais c’est difficile pour moi de penser à ce qui est arrivé dans le passé et à ce qui surviendra dans le futur. Je suis tellement dépassé par les évènements à l’heure actuelle, tellement ébahi par le fait d’avoir ce trophée à mes côtés, que j’essaie simplement d’apprécier le moment présent. »

Murray a fait durer le suspense un peu plus longtemps au quatrième set, lui qui a réussi à briser le service de Djokovic afin de porter le pointage à 5-3 tout de suite après que le Serbe l’eut lui-même brisé pour prendre les devants 5-2 dans la manche.

L’Écossais de 29 ans a été en mesure de s’approcher jusqu’à 5-4, mais le no 1 au monde n’allait pas laisser le scénario de l’an dernier se répéter, lui qui avait dû s’avouer vaincu contre le Suisse Stanislas Wawrinka lors de l’édition 2015 du tournoi.

« Nous sommes tous humains alors arriver plus près que jamais dans ma vie de remporter ce trophée et finalement y parvenir, je le sentais, a avoué Djokovic. Je sentais la tension, l’excitation et toutes les émotions qui peuvent vous passer par la tête.

« Sur le dernier point, je ne me souviens même pas de ce qui s’est passé. C’était vraiment un de ces moments que tu essaies de vivre pleinement. C’est comme si mon âme avait quitté mon corps et qu’elle l’observait pendant les trois ou quatre derniers échanges. Je courais de droite à gauche en espérant qu’Andy fasse une erreur, et c’est ultimement ce qui est arrivé. »

C’était la première fois depuis 1984 qu’une finale de Grand Chelem opposait les première et deuxième raquettes au monde sans qu’aucun des deux joueurs n’ait déjà gagné ledit tournoi, alors que Murray était lui aussi à la recherche de son premier sacre à Roland-Garros.

Murray ne s’était auparavant jamais rendu plus loin que les demi-finales (2011, 2014, 2015) sur les terrains de terre battue de la porte d’Auteuil. Il n’avait également encore jamais perdu un match à Roland-Garros (26-0) lorsqu’il gagnait le premier set, et avait eu le dessus lors de 10 de ses 14 affrontements face à Djokovic lorsqu’il remportait la manche initiale.

Finaliste de l’Australian Open en janvier 2016, où il avait également dû s’avouer vaincu devant Djokovic, Murray a connu un difficile début de tournoi la semaine dernière à Paris. Il a amorcé son parcours aux Internationaux de France avec deux victoires exigeantes en cinq sets, dont une contre le Tchèque Radez Stepanek au premier tour au cours de laquelle il avait perdu les deux premières manches.

Mais Murray ne croit pas avoir eu un tournoi plus difficile que son opposant en finale, et ne pense pas que le fait qu’il ait passé environ cinq heures de plus que Djokovic sur le terrain depuis le début de la quinzaine ait été un facteur déterminant dimanche.

« Je pense que nous avons tous les deux eu des parcours assez difficiles jusqu’en finale, mais pour différentes raisons, a expliqué Murray. J’ai évidemment eu à disputer de longs matchs en début de tournoi, mais mon duel contre [Wawrinka en demi-finale] n’était pas si long. Et mon match contre Richard [Gasquet en quart de finale] n’a duré qu’un peu plus de trois heures je pense. Novak a quant à lui joué presqu’à tous les jours à cause de la pluie, même si ses matchs étaient un peu moins ardus, alors c’est différent.
« Mais je crois que les conditions ont été éprouvantes pour tous les joueurs. Les balles étaient très lourdes, les conditions étaient très, très difficiles. Si tu ne dictais pas les points, tu finissais par devoir courir partout et ce n’était pas évident. De mon côté, j’ai continué de me battre jusqu’au dernier moment. Mais au final, je n’ai pas réussi à jouer mon meilleur tennis quand il le fallait. »