fbpx
  • EN
  • FR
EN FR
Home   Nouvelles   Pourquoi vaut-il mieux gagner un prix d’excellence de Tennis Canada que de la WTA

Pourquoi vaut-il mieux gagner un prix d’excellence de Tennis Canada que de la WTA

18 Déc 2019
written by: Mario Brisebois
written by: Mario Brisebois

Déjà gagnant du trophée Jack-Donohue comme entraîneur par excellence de l’année au Canada, tous sports confondus, on pensait bien que Sylvain Bruneau allait enchaîner avec le même titre à la WTA.

Prendre une joueuse de 19 ans, 153e mondiale en janvier dernier, et l’amener au 5e rang en fin d’année avec quatre titres, dont celui des Internationaux des États-Unis devant Serena Williams en finale comme il l’a aussi fait en compagnie de Bianca Andreescu relève de l’exploit.

N’oublions pas que Bianca a dû s’arrêter plusieurs fois en raison de blessures en 2019 et qu’elle participait au Challenger Banque Nationale de Granby l’an dernier pour montrer qu’elle arrive de loin.

Toujours est-il que la palme est allée à l’Australien Craig Tyzzer.

On ne criera pas au voleur, sa protégée Ashleigh Barty ayant terminé numéro un.

Cela dit, c’est probablement une bonne affaire qu’il n’ait pas gagné. Avant l’annonce, Sylvain racontait qu’il avait effectué une recherche et voici ce qu’il a trouvé : des cinq finalistes de 2018, aucun, y compris le gagnant Sascha Bajin, sacrifié par Naomi Osaka, ne possédait encore son emploi. Comme quoi il est toujours bon de savoir choisir ses victoires et ses défaites !

ET LES GAGNANTS SONT…

Un autre honneur que n’a pas échappé Sylvain Bruneau est la sélection comme co-gagnant du prix Carmel-Derdeale pour l’excellence à Tennis Canada votée par le personnel dans une situation spéciale deux fois plutôt qu’une.

C’est toujours particulier d’être choisi par son monde et de terminer premier au scrutin à égalité avec Louis Borfiga, son patron.

Si vous ne le saviez pas, Louis a dû convaincre Sylvain de délaisser certaines fonctions, notamment le rôle de capitaine de la Fed Cup, pour travailler à temps plein auprès de Bianca Andreescu.

« Je dois ce qui m’arrive à Louis qui a eu la bonne vision », admet Sylvain Bruneau.

DERNIER HOMMAGE À MAURICE LECLERC…

François Godbout, Eugène Lapierre, Réjean et Marie Genois, Richard Legendre ainsi que son épouse Johanne Duplessis (auparavant de Tennis Canada), de même que Jean-François Manibal et Réjean Lévesque, de Tennis Québec, ont été vus en fin de semaine aux funérailles de Maurice Leclerc, membre du Panthéon des sports du Québec et du Temple de la renommée du tennis canadien.

Eugène Lapierre rappelait que Maurice téléphonait toujours à son ami Rod Laver pour son anniversaire, ce qui montre son très large cercle d’amis.

« Il est rare que quelqu’un qui a été arbitre (il a été aussi directeur) ait été tant aimé, ce qui en dit long sur la très bonne personne qu’était Maurice », d’observer Richard Legendre avec tellement de vérité.

 … ET À JEAN PAGÉ

La famille du tennis pourra rendre un dernier hommage cette semaine à Jean Page au Centre funéraire Côte-des-Neiges. Ce sera mercredi, entre 18 h et 21 h, de même que jeudi de 17 h à 21 h.

Pendant trois ans, Jean a été président de Tennis Québec et de l’Association de la région de Québec.

Dans les autres nouvelles chez nos « monuments » du tennis, François Godbout nous informe que Robert Bédard, gagnant trois ans de suite de l’Omnium canadien (maintenant la Coupe Rogers) est toujours actif sur les courts de la Floride à 88 ans, et ce, malgré une hanche usée.

« Robert m’a raconté que le médecin lui avait dit qu’il pouvait prendre jusqu’à six médicaments antidouleur chaque jour, mais qu’un seul suffisait, ce qui lui permet de jouer quotidiennement », mentionne François.

Chez nos vétérans, on se réjouit d’apprendre que Rolland Godin, un ancien de la Coupe Davis, recouvre la santé dans les Laurentides après une bonne frousse.

NOUVELLE À SUIVRE

Même si c’est la période des bilans, il y a une très, très forte possibilité du retour d’un tournoi professionnel ITF dans la couronne nord de Montréal. Chut ! Ce serait potentiellement à Laval. À suivre…

EUGENIE OUI, MAIS BIANCA PAS SÛRE

Si Eugenie Bouchard y est confirmée comme invitée, mes espions me disent qu’il est loin d’être certain en ce moment que Bianca effectue le voyage à Auckland pour le premier tournoi de 2020. C’est là que tout avait commencé l’an dernier avec une finale devant Julia Goerges.

LE QUIZ DES FÊTES BIENTÔT DE RETOUR

C’est le temps des rétrospectives, ce qui est d’autant plus intéressant au tennis canadien qui conclut la plus faste année de son histoire.

Combien de tournois Bianca a-t-elle gagnés ? Dans quelle ville Denis Shapovalov a-t-il enlevé son premier titre ATP ? Quel rang et combien de finales pour Félix Auger-Aliassime ?

Voilà combien d’années que Rafa termine numéro un ?

C’est avec ces réponses et bien d’autres que cette chronique vous reviendra aux Fêtes avec sa revue de fin d’année sous forme d’un quiz, lequel est intitulé « 2019 au tennis revisité en 19 questions ».

À très bientôt.