fbpx
  • EN
  • FR
EN FR
Home   Nouvelles   Qu’est-ce que le tennis a en commun avec le PQ, l’osstidcho, le CH et plus ?

Qu’est-ce que le tennis a en commun avec le PQ, l’osstidcho, le CH et plus ?

09 Mai 2018
written by: Mario Brisebois
written by: Mario Brisebois

L’année 1968 pèse lourd dans l’histoire en général et au tennis aussi.

Il y avait eu les grandes manifestations (Paris et Prague) en Europe, les assassinats de Martin Luther King et de Robert F. Kennedy aux États-Unis de même que le début de la Trudeaumanie au Canada avec le paternel Pierre-Elliott.

Au Québec, il y a eu la création du Parti Québécois par René Lévesque et de l’Osstidcho.

Il ne faut pas oublier le Canadien, plus glorieux à l’époque, alors qu’il avait gagné la finale de la coupe Stanley contre les Blues de Saint-Louis à l’an un de la première expansion.

L’ÈRE DES PROS

Photo : USTA

Un autre 50e anniversaire qui a changé le cours de l’histoire est le début de l’ère ouverte au tennis.

C’est le 22 avril 1968, à Bournemouth, en Angleterre, qu’a eu lieu le tournoi inaugural réunissant les professionnels et les amateurs sur les mêmes courts.

Sorti de la retraite pour l’occasion, Pancho Gonzalez avait été le premier pro à subir la défaite devant un amateur.

Pancho était âgé de 39 ans et avait été sorti par un étudiant de Cambridge du nom de Mark Cox.

Même si Cox deviendra un Top 10 mondial, il avait été corrigé le lendemain par Rod Laver.

Billie Jean King et d’autres joueuses avaient boycotté en raison de l’iniquité des bourses hommes-femmes.

PLUS JAMAIS PAREIL…

Ken Rosewall et Virginia Wade avaient été les vainqueurs.

Les foules avaient doublé, qu’on dit.

Mais l’essentiel est que tout a tant changé depuis.

Dans une citation qui allait devenir célèbre, Derek Hardwick, alors président de l’auguste Lawn Tennis, avait dit : « No way, on ne pourra plus jamais retourner dans le passé avec ce qui vient de se produire ».

Le tennis est devenu une immense business et comme preuve, la bourse de 2 400 $ à Ken Rosewall en 1968 passera à 3,6 millions aux titulaires de Wimbledon cette année pour le plus grand bonheur de Billie Jean puisque les $$$ hommes-femmes sont les mêmes, ce qui n’est pas le cas partout dans le sport et dans la vie.

UNE ÉTOILE D’ICI CHEZ LES UNIVERSITAIRES AUX ÉTATS-UNIS

Photo : NC State Athletics

Au tennis universitaire, une mention spéciale va à Alexis Galarneau pour sa sélection à la première équipe d’étoiles de la division Atlantic Coast de la NCAA.

Porte-couleur de l’Université de la Caroline du Nord, Alexis a compilé une de fiche de 14-12 en simple et 18-9 contre les joueurs les plus forts des autres écoles.

Le Championnat de la NCAA aura lieu la semaine prochaine pas très loin, soit à Wake Forest, aussi en Caroline du Nord, et Alexis y a été invité.

LE PLUS REDOUTABLE COUPLE AU TENNIS…

Dans la section potins, la Française Kristina Mladenovic confirme former un couple avec l’Autrichien David Thiem.

Bonne chance aux autres si jamais les tourtereaux décidaient de jouer le double mixte avec leurs classements respectifs de 22e à la WTA et 7e à l’ATP.

AVANT JETS-PREDATORS, IL Y AURA MILOS-SHAPO

Il y aura plus à surveiller que les Jets de Winnipeg et les Predators de Nashville au septième match de la finale de l’ouest au hockey, jeudi soir.

Un autre rendez-vous absolument à ne pas rater sera l’affrontement tout canadien entre Milos Raonic et Denis Shapovalov au 3e tour du Masters de Madrid plus tôt en journée.

La confrontation sera d’autant plus intéressante qu’il s’agira de la première entre les numéros un et deux du Canada.

Oui, RDS et TSN doivent diffuser le match. L’horaire sera sur ATP Tour mercredi en fin de journée.

EUGENIE N’A PAS JOUÉ

À Cagnes-sur-Mer, Eugenie Bouchard a dû se retirer avant sa rencontre face à Andrea Petkovic. Elle est blessée avant les qualifications de Roland-Garros qui approchent.