fbpx
EN FR
Home   Nouvelles   Tebbutt : Bianca/Simona – 1er tour

Tebbutt : Bianca/Simona – 1er tour

29 Oct 2019
written by: Tom Tebbutt
written by: Tom Tebbutt

Parfois, les matchs de tennis se réduisent à une toute petite marge dans les grands tournois.

Lundi, vers la fin de la deuxième manche de leur première rencontre du tournoi à la ronde des Finales de la WTA à Shenzhen, en Chine, Bianca Andreescu a possédé une balle de match contre Simona Halep. Elle a frappé un puissant revers en croisé que Halep a réussi à retourner avec un revers coupé à une main. Pendant un moment, alors que la balle flottait haut dans les airs, il a semblé que la balle allait être longue. Mais ce n’était pas le cas — elle a atterri juste à l’intérieur de la ligne de fond. La Roumaine a ensuite contre-attaqué avec un revers croisé en angle, forçant une erreur d’Andreescu.

Après ce sursis, Halep a ensuite remporté le jeu décisif 8-6.

Photo : WTA TV

L’allure du duel a changé au cours du changement de côté à la fin de la manche. Alors que la marque était d’une manche partout, Halep a demandé l’aide du soigneur pour un problème de gros orteil. Puis, de façon complètement inattendue, Andreescu a demandé le soigneur et a reçu un traitement pour le bas du dos (voir ci-dessous) pendant un autre arrêt médical.

Photo: WTA TV

À la reprise, Andreescu a brisé sa rivale pour prendre les devants 2-1. Le jeu suivant a peut-être été la clé du match. Il a duré sept minutes et demie et, malgré trois balles de jeu, Andreescu l’a perdu.

À 2-2, la double championne de Grands Chelems Mary Pierce, qui était commentatrice à la télévision, a fait remarquer qu’Andreescu ne semblait pas à l’aise dans ses mouvements.

Elle n’a gagné qu’un seul jeu de plus dans une défaite de 3-6, 7-6(6) et 6-3. Alors que Halep a très bien joué, il faut également tenir compte du fait qu’Andreescu n’a pas été en mesure de performer à son meilleur en raison de son dos.

« Oui, j’ai mal au dos », a-t-elle commenté après le match. Elle a jouté à propos de Halep et de la façon dont le match s’est déroulé : « Elle a tout d’abord commencé à mettre plus de balles en jeu. Puis, à la troisième manche, je ne veux pas mettre la faute sur mon dos, mais j’avais l’impression de ne pas avoir autant de puissance qu’à la première et à la deuxième manche. »

Photo : WTA TV

De nombreux adeptes de tennis n’aiment pas tenir compte des blessures lorsqu’ils expliquent le résultat d’un match. Mais j’estime qu’une évaluation précise doit comprendre l’examen du rôle qu’elles ont pu jouer. Aux Internationaux des États-Unis, Grigor Dimitrov a-t-il surpris Roger Federer uniquement en raison de son jeu – ou le Suisse était-il clairement limité par un problème de cou/épaule ? Et Stan Wawrinka a-t-il vraiment dominé Novak Djokovic dans sa victoire (sur abandon) à Flushing Meadows ou l’épaule gauche du Serbe a-t-elle été un facteur important dans l’issue de cette rencontre ?

Ce sont des questions auxquelles il est impossible de répondre avec précision — peut-être que seules les rencontres futures entre les joueurs nous donneront un meilleur aperçu de ce qui s’est passé.

Quant à l’affrontement de lundi entre Andreescu et Halep, la Canadienne de 19 ans a assurément été la meilleure joueuse à la première manche, la gagnant en remportant quatre jeux consécutifs après avoir tiré de l’arrière 2-3. Au deuxième acte, Halep a haussé son niveau, mais Andreescu la talonnait de près jusqu’à la balle de match fatidique à 6-5, avantage Andreescu sur le service de la Roumaine. Même au jeu décisif, Andreescu est parvenue à faire 6-6 avant de commettre deux fautes directes.

Il y a eu des séquences où Andreescu a dominé avec sa puissance et tout indique qu’elle sera une adversaire de taille pour Halep dans l’avenir.

Au sujet du match et de la possibilité de jouer à nouveau contre Halep, avec qui elle partage l’ascendance roumaine, en finale après le tournoi à la ronde, Andreescu a mentionné : « mon service et mes retours étaient bons aujourd’hui, du moins pour la majeure partie du match. Je ne me sentais pas du tout intimidée en entrant sur le terrain. »

« Je sais que je l’admire beaucoup, alors c’était plaisant de pouvoir l’affronter. Ouais, peut-être que j’aurai la chance de prendre ma revanche, ici. »

Cela dépendra de la façon dont son dos va réagir après une journée de congé mardi.

« Je me suis bien battue avec ce que j’avais à la troisième manche », a-t-elle poursuivi. « Je suis fière de ça, mais je suis quand même déçue. »

À savoir si elle avait déjà souffert du même problème, Andreescu a répondu : « Je ne veux vraiment pas parler de mon dos en ce moment. Mais non, je n’ai pas senti ça avant. »

Avant son match de mercredi contre Karolina Pliskova (2e), qui a perdu 7-6(12) et 6-4 face à la championne en titre Elina Svitolina, lundi, et qui s’était inclinée 6-0, 2-6 et 6-4 aux mains d’Andreescu en quart de finale de la Coupe Rogers en août, Andreescu a expliqué comment elle allait se préparer : « (une) tonne de traitements, me reposer le plus possible, bien manger, boire beaucoup. J’espère pouvoir m’entraîner un peu demain (mardi) pour travailler certaines choses. »

Après le forfait de Naomi Osaka, mardi, en raison d’un problème à l’épaule, ce serait un coup dur pour les Finales de Shenzhen si Andreescu devait également se retirer. La Canadienne et la Japonaise de 22 ans sont sans doute les plus grands noms de cette épreuve.

En tout et partout, il y a eu du tennis fascinant dans ce premier affrontement entre Andreescu et Halep. Tout comme la défaite de 5-7, 6-3 et 6-4 d’Andreescu contre Osaka à Pékin au début du mois nous a mis en appétit pour un match revanche, le résultat de lundi contre Halep suscite beaucoup d’intérêt pour l’avenir.

Les statistiques finales du duel de deux heures et 34 minutes montrent un ratio de 36/38 de coups gagnants et de fautes directes pour Andreescu, tandis que celui de Halep était de 23/31. Mais si on enlève la première manche, c’était plus favorable pour Halep –18/21 alors que c’était 21/28 pour Andreescu.

Tout cela n’est qu’un élément de réflexion pour le prochain match, qui pourrait avoir lieu plus tôt que tard.

RAONIC DANS LA COLONNE DES GAGNANTS

Photo : TennisTV.com

Lundi, Milos Raonic a atteint le deuxième tour du Masters Rolex de Paris grâce à un gain de 6-3 et 6-2 aux dépens de Cameron Norrie, 57e mondial.

Évoluant sur l’un des deux terrains où le plafond est bas à l’Accor Hotels Arena, Raonic n’a fait face à aucune balle de bris et a ravi le service du Britannique trois fois en six occasions.

Raonic a produit 14 aces et a réussi 69 pour cent de ses premières balles de service — en gagnant 28 sur 29 (97 %).

Il s’agissait de la première victoire de Raonic sur le circuit (sans compter la Coupe Laver) depuis le 5 août alors qu’il avait battu Lucas Pouille 6-4 et 6-4 au premier tour de la Coupe Rogers à Montréal.

Au deuxième tour, mercredi, il se mesurera au cinquième mondial Dominic Thiem, récent champion du tournoi de Vienne. Raonic possède une fiche de 2-1 face à l’Autrichien de 26 ans, ses deux gains étant survenus sur surface dure en 2016. Toutefois, c’est Thiem qui a eu le dessus 7-6(3), 6-7(3) et 6-4 lors de leur dernier affrontement en demi-finale de l’Open BNP Paribas d’Indian Wells.

LE CHALLENGER TEVLIN À TORONTO

Photo : Mauricio Paiz

Cette semaine, le Challenger Tevlin (60 000 $) célèbre sa 15e année d’existence au Centre Aviva, à Toronto.

La favorite est une joueuse du Top 100, mais à peine. La Belge Kirsten Flipkens, 33 ans, occupe le 99e rang de la WTA. En 2013, elle avait atteint le carré d’as de Wimbledon et s’était hissée au 13e échelon.

Il y a cinq ou six (selon les résultats des qualifications) Canadiennes au tableau principal avec en tête la jeune Leylah Annie Fernandez, 242e, et Françoise Abanda, 388e (ci-dessus).

Le tournoi se déroule jusqu’à dimanche au siège social de Tennis Canada à l’Université York et l’entrée est gratuite.

ET DE 10 POUR ROGER

Photo : TennisTV.com

Dimanche, Roger Federer a conquis les grands honneurs du tournoi de Bâle pour la 10e fois, battant en finale Alex de Minaur par 6-2 et 6-2.

Voici un aperçu des multiples victoires du Maître Suisse, de Rafael Nadal et de l’Argentin Guillermo Vilas (dans les années 1970/1980) :

Et voici une vidéo de Federer en train de se regarder quand il était un chasseur de balles au tournoi de Bâle et qu’il recevait une médaille de l’Allemand Michael Stich.

(Photos de l’article : WTA TV)