EN FR
Home   Nouvelles   Tebbutt : Début du Jour 3

Tebbutt : Début du Jour 3

28 Mai 2018
written by: Tennis Canada
written by: Tennis Canada

Il a fallu attendre le troisième jour de l’édition 2018 des Internationaux de France, nom officiel de Roland-Garros, pour que les Canadiens Denis Shapovalov, Vasek Pospisil et Peter Polansky fassent leur première apparition.

Sur la photo ci-dessus, Shapovalov et Polansky reviennent d’une séance d’entraînement, dimanche — l’entraîneur de Shapovalov, Martin Laurendeau, et le physio Stefano De Pirro sont aussi sur la photo.

Cette année, Roland-Garros complètera la première tournée des quatre épreuves du Grand Chelem de Shapovalov, 19 ans, bien qu’il ait atteint la demi-finale de l’épreuve junior du tournoi parisien en 2016.

Il y a eu beaucoup d’effervescence au sujet de Shapovalov, qui s’est hissé au 25e rang mondial, lundi. Un article intéressant à son sujet a été publié dans le The Telegraph de Londres, la semaine dernière, dans lequel il est mentionné que Shapovalov aime étudier d’anciennes vidéos de joueurs comme Pete Sampras et surtout celles de l’expert de la volée Patrick Rafter, champion des Internationaux des États-Unis en 1997 et 1998.

Il aime également une vidéo de son compatriote Daniel Nestor. « Une de mes préférées est celle de Danny (Nestor) qui bat (Stefan) Edberg lorsqu’il était âgé de 18 ans (en fait 19 ans à la Coupe Davis de 1992, à Vancouver) », confiait Shapovalov. « Lorsqu’il a gagné le match, c’était presque comme s’il était gêné. Il n’a pas réagi. Moi, je serais probablement devenu fou. C’est donc un peu différent, mais semblable à la fois en ce qui concerne les jeunes qui poussent dans le dos des joueurs établis. C’est un gaucher, comme moi, qui affrontait le numéro un mondial. Je connais cette sensation. »

Shapovalov s’amène à Roland-Garros fort d’une impressionnante séquence sur la terre battue — il a atteint la demi-finale du Masters 1000 de Madrid et le troisième tour de celui de Rome. Après avoir été éliminé au premier tour de ses deux premiers tournois sur l’argile européenne à Monte-Carlo et à Budapest, il a produit une fiche de 6-2 avec des gains aux dépens de cinq joueurs du Top 50 – Tomas Berdych (17e), Kyle Edmund (22e), Milos Raonic (24e), Robin Haase (44e) et Benoît Paire (50e). Au cours de cette période, ses deux seules défaites sont survenues aux mains des meilleurs de cette saison sur terre battue, soit Alexander Zverev et Rafael Nadal.

Mardi, il jouera son premier match sur le Court Suzanne Lenglen, à 11 h (5 h HE) contre John Millman (59e). L’Australien de 28 ans connaît une perce tardive, cette année, et vient de remporter le Challenger d’Aix-en-Provence, sur terre battue, il y a deux semaines après avoir

perdu en finale de l’Open de la Hongrie (Circuit 250 de l’ATP) face à l’Italien Marco Cecchinato. En quart de finale de ce tournoi, il avait éliminé Lucas Pouille, 14e.

Millman, un batailler de Brisbane, a amorcé la saison 2018 en infligeant un revers de 7-6(4) et 6-0 à Peter Polansky devants ses partisans avant de pousser Grigor Dimitrov (3) à une lutte de 4-6, 7-6(8) et 6-3, au deuxième tour.

Il s’agit d’un premier duel entre Shapovalov et Millman. Le vainqueur croisera ensuite le fer avec le gagnant du match opposant l’Américain Ryan Harrison à l’Allemand Maximilian Marterer.

Vasek Pospisil arrive à Paris sans avoir disputé un seul match à l’extérieur sur la terre battue européenne en 2018. Il était inscrit au tournoi ATP de Genève la semaine dernière, mais a participé à la finale du Challenger de Busan, en Corée du Sud (sur ciment), la semaine précédente, et il n’était pas logique de traverser sept fuseaux horaires pour se rendre en Suisse — et jouer sur une nouvelle surface, en plus.

Pospisil, 27 ans, prendra part à Roland-Garros pour la sixième fois. Il n’a jamais franchi le tour initial du tableau principal, mais a déjà remporté trois matchs de qualification en 2013.

Son premier adversaire est Marton Fucsovics (45e). Le Hongrois de 26 ans vient de gagner son premier titre de l’ATP, à Genève, en éliminant Albert Ramos-Vinolas (36e), Frances Tiafoe (61e), Stan Wawrinka (25e), Steve Johnson (47e) et Peter Gojowczyk (44e).

Fucsovics est tombé au tour initial de ses trois premiers tournois sur terre battue — Marrakech, Monte-Carlo et Budapest —, mais s’est bien repris pour accumuler une fiche de 8-3 à Madrid, Rome et Genève.

Pospisil a déjà fait preuve de talent sur l’argile et a joué sur cette surface, à l’intérieur, plus tôt cette année — s’inclinant 3-6, 6-2, 6-3 et 6-2 face à Borna Coric (47e) lors de la rencontre de la Coupe Davis à Osijek, en Croatie, en février.

En 2013, lorsqu’il s’est qualifié pour Roland-Garros, il avait subi une défaite crève-cœur de 7-6(9), 6-4, 6-7(4), 2-6 et 8-6 aux mains de l’Argentin Horacio Zeballos.

Ce sera le premier affrontement entre Pospisil et Fucsovics, et le gagnant se mesurera ensuite à Jérémy Chardy ou à Tomas Berdyc (17e). Ce match est le deuxième sur le Court 12, après 11 h (5 h HE).

Polansky a obtenu sa place au tableau principal à titre de joueur repêché après avoir perdu 7-6(1) et 7-6(3) au dernier tour des qualifications face à Josef Kovalik.

Quant à ce qu’il savait de la situation des joueurs repêchés avant son dernier match de qualification contre le Slovaque, Polansky a mentionné : « La veille, j’avais brièvement entendu dire qu’il y aurait pas mal de joueurs repêchés, mais on veut jamais prendre ce risque parce qu’au départ, il n’y avait que 66 pour cent des chances que j’obtienne une place parce que c’était (un tirage de) quatre sur six (des meilleurs perdants du dernier tour des qualifications).

(N. B. Il s’est avéré que huit joueurs ont été repêchés jusqu’à présent — plusieurs observateurs attribuent cela aux nouveaux règlements selon lesquels les joueurs qui se retirent après le début des qualifications ont droit à la moitié de l’argent des perdants du premier tour, soit 40 000 euros, ou 60 500 $ canadiens.)

Normalement, Polansky n’aurait reçu que 20 000 $ euros pour le premier tour, l’autre moitié allant au joueur qui s’est retiré. Cependant, il est assuré de recevoir 40 000 euros parce qu’il est entièrement crédité pour sa qualification et reçoit 20 000 euros supplémentaires.

Au premier tour, Polansky affronte Pierre-Hugues Herbert (87e). Mieux connu comme joueur de double, le Français de 27 ans possède une fiche de 1-3 à Roland-Garros et a perdu son dernier match sur terre battue il y a deux semaines, au Challenger de Bordeaux, pliant l’échine 6-2 et 7-6(5) face à l’Américain Stefan Kozlov (189e).

Polansky confiait, à propos de sa rencontre avec Herbert : « Je pense que c’est un bon premier tour pour moi. De toute évidence, c’est un excellent joueur de double et son classement de simple a suivi. Je comparerais cela à un match de niveau Challenger — en ce qui concerne le fait que je suis capable de rivaliser avec lui pour chaque point. Il n’est pas comme un Top 20 ou Top 30, quelqu’un comme Shapovalov qui a tellement de puissance. Contre lui (Herbert), je vais probablement être capable de le battre du fond de terrain et voir comment il sert. »

Polansky, 124e, et Herbert s’affronteront pour la première fois, mardi, sur le Court 18, troisième match après 11 h (5 h HE).

Retour sur les 40 000 euros que Polansky gagnera, au minimum, à Roland-Garros. Combien lui reste-t-il dans les poches ? « Le tournoi (alias le gouvernement français) prend 25 pour cent d’emblée et vous ne le récupérez jamais », a-t-il dit. « Donc, 60 000 $ canadiens, c’est vraiment 45 000 $ et ce sera mon revenu imposable pour être imposé de nouveau (par le gouvernement canadien). »

Le dernier Roland-Garros de Nestor

Daniel Nestor, quadruple champion du double des Internationaux de France — 2007, 2010, 2011 et 2012 — disputera son 23e et dernier Roland-Garros. Cette semaine, il fera équipe avec le Français Jérémy Chardy grâce à un laissez-passer que lui a octroyé la Fédération française de tennis. Nestor, 45 ans, qui occupe le 107e rang, se joint ainsi à Chardy, 154e, pour affronter les 11es têtes de série, Pablo Cuevas, de l’Uruguay, et Marcel Granollers, de l’Espagne. En 2008, Cuevas et le Péruvien Luis Horna avaient vaincu Nestor et Nenad Zimonjic en finale, à Paris.

Cuevas est le 27e meilleur joueur de double, tandis que Granollers est le 20e.

La créativité dans les titres

La semaine dernière, le quotidien français L’Equipe a publié un article sur Eugenie Bouchard sous le titre « Bouchard a perdu son génie », le double sens étant évident si l’on considère le prénom de Bouchard et sa piètre forme des dernières semaines.

Il y a 30 ans, lorsque la section réservée à la presse dans le Court Philippe Chatrier a été déplacée, passant de sièges en plein air derrière le court vers une section ombragée sous les gradins supérieurs, L’Équipe titrait « Pas de bronzing pour les journalistes ».

Carte postale de Paris

Les Français ont une façon de s’approprier les choses américaines d’une manière branchée. Ce café porte le nom du célèbre acteur américain Marlon Brando, décédé en 2004 à l’âge de 80 ans. Cela peut sembler un peu kitsch, mais il s’inscrit dans la prédilection que beaucoup de Français ont pour ce qui est américain.