fbpx
EN FR
Home   Nouvelles   Tebbutt: Que réserve l’avenir à Bianca?

Tebbutt: Que réserve l’avenir à Bianca?

01 Oct 2019
written by: Tom Tebbutt
written by: Tom Tebbutt

Tout porte à croire que Bianca Andreescu jouera bien pour le reste de l’année 2019, en 2020 et bien au-delà.

L’une des principales raisons pour lesquelles elle ne devrait pas être victime d’un creux de vague prématuré à la suite de ses succès est qu’elle n’a pas goûté à la victoire qu’une seule fois. Elle a montré que sa percée à Indian Wells n’était pas le fruit du hasard en remportant ensuite la Coupe Rogers. Puis, dès le tournoi suivant, elle s’est encore illustrée en mettant la main sur le titre des Internationaux des États-Unis.

Son triomphe à la Coupe Rogers de Toronto a peut-être été son exploit le plus impressionnant jusqu’à maintenant, car elle n’avait disputé qu’un seul match — une victoire de 5-7, 6-4 et 6-4 aux dépens de Marie Bouzkova à Roland-Garros, en mai — entre l’Open de Miami, en mars, et la Coupe Rogers, en août. Une blessure récurrente — une déchirure du muscle subscapularis de l’épaule droite — l’a forcée au repos durant 134 entre son duel contre Anett Kontaveit à Miami et son gain de 4-6, 6-1 et 6-4 face à Eugenie Bouchard à Toronto.

Logiquement, Andreescu aurait été contente de gagner un match ou deux à Toronto — elle prétendait d’ailleurs qu’elle n’avait « aucune attente ». Elle a toutefois signé six gains avant de conquérir le trophée. C’est doublement incroyable qu’elle ait remporté chacun de ses quatre premiers duels en trois manches, dont une victoire de 6-1, 6-7(7) et 6-4 face à la cinquième mondiale Kiki Bertens en huitième de finale et une de 6-0, 2-6 et 6-4 contre Karolina Pliskova (3e) en quart de finale.

Après cette bataille, Andreescu mentionnait : « Quand je saute sur le terrain, je suis intrépide. Je n’ai aucune pitié, peu importe l’adversaire. »

Photo: Mauricio Paiz

On a toutefois vu de récentes championnes de Grands Chelems qui n’ont pas réussi à poursuivre sur leur lancée initiale. Au premier rang se trouve la Lettonne Jelena Ostapenko, 22 ans, qui a été couronnée à Roland-Garros en 2017, s’est hissée au 5e rang mondial en 2018, mais occupe maintenant le 73e échelon.

Même la numéro un actuelle, Ashleigh Barty, qui a été largement applaudie pour son jeu complet après son triomphe à Paris en juin, déçoit un peu après ses défaites en huitième de finale à Wimbledon face à la 55e Alison Riske) et aux Internationaux des États-Unis (contre la 18e Wang Qiang).

D’autres, comme Sloane Stephens (12e) et Garbine Muguruza (28e), toutes deux des championnes de Grands Chelems, semblent avoir perdu le jeu qui leur avait permis de briller dans les grands rendez-vous.

Cette année, juste avant Flushing Meadows, le Canadien Denis Shapovalov avait exprimé son admiration pour Andreescu. « Je trouve que Bianca a un jeu très diversifié. Elle a une solution pour n’importe quelle adversaire. C’est pour cela qu’elle est si difficile à battre. Ce n’est pas comme si elle adoptait le même style pour tous ses matchs. Elle change – elle sait comment couper la balle, comment frappe rune balle lourde, comment monter au filet. Elle n’a peur de rien. Son esprit combatif est incroyable. Il ne faut jamais la compter comme battue. Vous avez vu combien de fois elle a comblé un déficit de 5-1. Elle continue simplement de se battre, elle est déterminée à gagner le match. Honnêtement, c’est quelque chose que je veux apprendre d’elle. Et je l’admire vraiment pour ça. Elle est très mature et, comme je l’ai dit, elle possède tous les outils et n’a pas peur de s’en servir. »

« C’est vraiment extraordinaire de la voir dans cette forme à cette étape de sa carrière. »

Cette forme sera de nouveau testée mercredi quand elle croisera le fer avec la Belge Elise Mertens (23e) au deuxième tour du tournoi de Pékin. Lundi, Andreescu était un peu hésitante à la deuxième manche de sa victoire de 6-2, 2-6 et 6-1 aux dépens de la Bélarusse Aliaksandra Sasnovich (60e), alors que Mertens a aisément indiqué la sortie à la Croate Petra Martic (17e) en des comptes de 6-2 et 6-3.

Mertens devrait être motivée pour son duel contre Andreescu — pas avant 14 h 30 (2 h 30 HE) — après avoir perdu 3-6, 6-2 et 6-3 aux mains de la Canadienne aux Internationaux des États-Unis.

Photo: WTA

Si la logique est respectée, les quarts de finale de Pékin devraient proposer un affrontement du tonnerre entre Andreescu et la championne des Internationaux d’Australie Naomi Osaka. Ce serait la première rencontre entre les deux championnes de Flushing Meadows.

Mercredi, contre Mertens, Andreescu tentera de prolonger sa séquence victorieuse à 16 matchs — depuis son gain contre Bouzkova au premier tour de Roland-Garros. Cela surviendrait durant la semaine où elle s’est officiellement qualifiée pour les Finales de la WTA à Shenzhen, une épreuve regroupant les huit meilleures joueuses, à la fin du mois.

BIANCA EN FRANÇAIS – EN QUELQUE SORTE

Le 22 septembre dernier, Bianca Andreescu était une des invités de la populaire émission Tout le monde en parle avec son entraîneur Sylvain Bruneau. Elle a fait un effort admirable pour parler en français au début, mais presque toute l’entrevue s’est déroulée en anglais, sauf durant les interventions de Bruneau. Grâce à Dany Turcotte, le bouffon de l’émission, il y a une brillante phrase clé à la toute fin.

FÉLIX ET DENIS

Félix Auger-Aliassime et Denis Shapovalov en sont à leur deuxième semaine de la tournée asiatique.

La semaine prochaine, Auger-Aliassime et Shapovalov seront tous les deux à Shanghai pour le Masters 1000, une épreuve à laquelle participera aussi Roger Federer.

Mardi, Auger-Aliassime a eu raison d’Albert Ramos-Vinolas, 44e, en deux manches de 6-3 et 6-4 à Pékin, mettant ainsi un terme à une séquence de quatre défaites.

Photo: TennisTV.com

Il y avait très peu de monde dans les estrades du Court 2 (le cinquième en importance à l’Open de la Chine) pour cet affrontement du premier tour, mais il y aura beaucoup plus de spectateurs pour son duel de deuxième tour, jeudi, contre la deuxième tête de série et sixième mondial Alexander Zverev.

Depuis le début de l’année, Auger-Aliassime (20e) a accumulé une fiche de 32 victoires et 20 défaites, mais est 1-5 contre des rivaux du Top 10. Sa seule victoire est survenue contre Stefanos Tsitsipas (6e) sur le gazon du Queen’s Club. Il s’est incliné face à John Isner (6e), à Miami, Zverev (3e) à Monte-Carlo, Kei Nishikori (7e), à Barcelone, Rafael Nadal (2e), à Madrid, et Karen Khachanov (8e) à la Coupe Rogers de Montréal.

Photo: TennisTV.com

Shapovalov a eu un bon parcours la semaine dernière à Chengdu – accédant au carré d’as avant de tomber 6-3 et 6-4 aux mains l’éventuel champion Pablo Carreno Busta. C’était un bon résultat étant donné qu’il revenait de la Coupe Laver à Genène et qu’il a dû gérer le décalage horaire. Il n’en demeure pas moins que cela doit être frustrant de disputer sept demi-finales — Coupe Rogers en 2017 (Montréal), Delray Beach, Madrid, Tokyo en 2018, Miami, Winston Salem et Chengdu en 2019 — sans parvenir à atteindre la finale. Et dans chaque cas, le joueur contre qui il a perdu est celui qui a mis la main sur le titre.

Il vient d’accéder au deuxième tour du tournoi de Tokyo grâce à un gain de 6-4 et 6-4 aux dépens de son rival chez les juniors, Miomir Kecmanovic (51e), de la Serbie.

Photo: TennisTV.com

Au deuxième tour, Shapovalov (en caricature sur le t-shirt de son physio Stefano Depirro) croisera le fer avec David Goffin (15e) ou Carreno Busta.

Ce ne sont pas tous les joueurs qui étaient heureux d’être en Asie la semaine dernière, surtout Tsitsipas. Après avoir vécu ce qu’il a décrit comme une expérience mémorable en évoluant dans la même équipe que Federer et Nadal à la Coupe Laver, le grec de 21 ans s’est envolé pour Chengdu. Cependant, le voyage ne lui a pas fait le plus grand bien, car il était malade, faible et éprouvait de la difficulté à respirer quand il a abandonné après la deuxième manche de son duel du premier tour contre Adrian Mannarino.

(Photo en vedette: Mauricio Paiz)