• EN
  • FR
EN FR
Home   Nouvelles   Pourquoi « Paris pleure et Rafa rit », le tennis n’a pas d’âge et plus encore…

Pourquoi « Paris pleure et Rafa rit », le tennis n’a pas d’âge et plus encore…

01 Nov 2017
written by: Mario Brisebois
written by: Mario Brisebois

Un match. Voilà tout ce dont Rafael Nadal a besoin cette semaine à Paris pour s’adjuger du titre de numéro un de l’année.

Roger Federer a très largement contribué au couronnement de Rafa. En se retirant du Masters de Bercy après son autre titre (son 8e) chez lui à Bâle dimanche, il assure à son ami un écart insurmontable pour ses plus proches rivaux.

Bien sûr que cela ne fait pas le bonheur des « cousins ».

« Paris pleure ; Rafa rit ! », a d’ailleurs titré L’Équipe.

Les médias s’inquiètent. Federer avait déjà fait l’impasse au début de l’été sur Roland-Garros. En ajoutant les blessures, sa dernière visite à l’Hexagone remonte à 2015 alors qu’il avait justement été sorti de Bercy en huitième de finale par John Isner.

« Reverra-t-on Roger un jour à Paris ? », demandaient très judicieusement L’Équipe et Eurosport.

Si la possibilité de redevenir numéro un — ce qui ne lui est pas arrivé depuis 2009 — ne suffit pas, il est permis de se demander ce qui le ferait revenir dans la Ville Lumière, à 36 ans.

PRIORITÉ À LA SANTÉ

Gagnant de sept tournois cette année, les Grands Chelems de Melbourne et de Wimbledon, Federer n’est pas blessé. Il fait juste « gérer » son calendrier pour s’assurer de ne pas trop user ses mollets.

Une de ses forces est de prévoir à long terme.

« Je dois rester “fit” (lire prêt) pour Londres et… pour la saison prochaine aussi », ont été ses mots exacts en point de presse au moment de se retirer de Paris

Pour les amateurs de statistiques, ce 8e titre à Bâle égale sa marque de Wimbledon.

Son record est de neuf championnats à Halle, en Allemagne.

HISTOIRE DE NUMÉROS UN 

Mercredi, Rafa se devait de vaincre le Coréen Hyeon Chung, 55e mondial, pour assurer sa place au sommet, ce qu’il a réussi en des comptes de 7-5 et 6-3.

Il faut remonter à 2013 pour le trouver au premier rang ; il était 9e en janvier dernier.

FRANCE 2 – CANADA 0 

Dans les résultats du premier tour à Paris, Denis Shapovalov a été battu en deux manches de 6-4 par Julien Benneteau. Un qualifié, Vasek Pospisil a tout donné dans une cause perdante de 7-5, 5-7 et 6-7(4) contre Nicolas Mahut.

La prochaine sortie de Shapo sera à Milan au nouveau tournoi « prochaine génération » chez les vedettes montantes de 21 ans et moins.

LA NUMÉRO UN EST… 

La semaine dernière, la WTA a auréolé Simona Halep, championne de Montréal en 2015 âgée de 26 ans, qui a bouclé le calendrier en tête malgré la récolte d’un seul titre pendant l’année.

Une preuve que tout change vite, surtout au tennis féminin, Angelique Kerber, première il y a un an, a dégringolé au 19e rang.

Détentrice d’une fiche de 23-21, Eugenie Bouchard reste 81e et pose en fille de « Baywatch » pour l’Halloween, ce qui est très efficace pour aider le classement, selon le blogueur André Rousseau. 

LA CHAMPIONNE DE SAGUENAY A DÉJÀ VAINCU DEUX EX-NUMÉROS UN 

Photo : Yves Henrichon

Qui a dit que les tournois du circuit Challenger représentaient un tremplin pour la relève ? Sûrement pas Greta Arn qui a enlevé la palme du tournoi Banque Nationale de Saguenay, le week-end dernier !

Elle a 38 ans. En finale, elle a vaincu la Néerlandaise Bibiane Schoofs, qui en a 29.

La grande Hongroise (elle fait 5’11 ») ne l’a toutefois pas volé en expédiant ses rivales en deux manches et en ne leur concédant que treize jeux. Elle a remporté la finale 6-1 et 6-2 en 1 h 2.

Vous avez absolument raison de penser que le nom de Greta Arn n’est pas tout à fait étranger.

Elle a déjà été 40e mondiale. Elle a aussi gagné deux tournois de la WTA au Portugal et en Nouvelle-Zélande, cela disposant de Maria Sharapova et de Victoria Azarenka en cours de route.

Il s’agit de retrouvailles pour Grera Arn. Elle s’était arrêtée quatre ans pour retourner à l’université en architecture, comme l’écrivait Johanne Saint-Pierre, dans Le Quotidien.

Voilà un bel exemple pour Rebecca Marino, qui entreprendra son retour en janvier. Et pour Aleksandra Wozniak, éliminée une deuxième semaine de suite en qualifications au Texas, lundi.

SAGUENAY SAIT FAIRE

Les améliorations au club Saguenay et l’hospitalité des gens ont valu des éloges à Jean Delisle, président du Challenger, et à son équipe de bénévoles.

Cette semaine, les joueuses sont à Toronto afin de participer au Challenger Tevlin. Françoise Abanda devait y être la deuxième tête de série, mais son nom a été retiré du tableau principal.

CHAPEAU À…

Philippe Bédard, de Bromont, qui a gagné le championnat canadien en fauteuil roulant, pour la 5e fois à Calgary. Il a aussi remporté le double.

Leylah-Annie Fernandez, une Lavalloise qui n’a que 15 ans, a fait les quarts de finale à Saguenay à l’instar de Charlotte Robillard-Millette, de Blainville.

LA TRÈS BELLE LEÇON DE MADAME ASCH

Le slogan « le tennis n’a pas d’âge » a été écrit spécifiquement pour Rosemarie Asch. Celle-ci rentre de Lake Nona, en Floride, avec rien de moins que la médaille d’or en double chez les 85 ans et plus.

Gros merci pour l’exemple, madame.