• EN
  • FR
EN FR
Home   Nouvelles   Shapo montre (vite) qui est le numéro un, Vasek a bien combattu… et plus

Shapo montre (vite) qui est le numéro un, Vasek a bien combattu… et plus

15 Jan 2018
written by: Mario Brisebois
written by: Mario Brisebois

Denis Shapovalov a clos le débat à savoir qui est le talent le plus prometteur chez les moins de 20 ans tandis que le brave Vasek Pospisil a vite donné tout son sens et son ton au premier Grand Chelem de la saison en nous faisant veiller jusqu’en début de nuit durant une très solide résistance en deuxième moitié de match.

Premier des cinq Canadiens au tableau principal, puisque (bonne nouvelle !) il faut ajouter Peter Polansky qui a été repêché des qualifications (« lucky loser »), Shapo, 50e à l’ATP à 18 ans, a laissé zéro place à la discussion lundi en disposant de Stefanos Tsitsipas, 82e à 19 ans, en des comptes de 6-1, 6-3 et 7-6 (5).

Une petite heure et 58 minutes ont suffi pour confirmer la présence du jeune homme vêtu tout en rose et noir pour atteindre le deuxième tour dans un défi des générations contre Jo-Wilfried Tsonga — une reprise des Internationaux des États-Unis de l’an dernier.

Il filait vers une fin plus expresse en menant 3-1 à la troisième manche avant que le Grec trouve ses repères (service et coup droit) et, disons-le, que Shapo joue un peu trop à l’artiste, un luxe qu’il pouvait s’offrir dans les circonstances.

Les chiffres ne mentent pas avec 83 % d’efficacité au premier service, 33 coups gagnants contre 11 de même que 100 points enregistrés au total comparativement à 72 concédés.

Il a montré une belle concentration malgré le vent pas commode qui faisait bouger la balle dans la motion au service.

Affirmer que Shapo possède le numéro de Tsitsipas devient davantage une réalité qu’un cliché, cette victoire étant sa troisième consécutive après les quarts de finale à Roland-Garros et au carré d’as de Wimbledon en 2016 chez les juniors.

À ne pas en douter, le double vainqueur des titres d’athlète par excellence au Canada et de joueur le plus amélioré à l’ATP n’est pas resté assis dans son salon à s’amuser sur son cellulaire. Oh que non !

Celui qui était 250e il y a un an continue de travailler en compagnie de son mentor Martin Laurendeau.

Si la longue tignasse blonde est toujours là et la casquette virée également, il a pris du coffre.

Ils ont dû passer beaucoup de temps au gymnase, Shapo affichant plus de tonus tout en conservant son style spectaculaire avec son bras-ressort, pour le plus grand plaisir des amateurs.

Cette victoire est sa première chez les professionnels à Melbourne — il en est d’ailleurs à sa première présence parmi les adultes à ce Grand Chelem.

À propos du prochain match contre Tsonga, ce sera vraisemblablement mardi soir (ou dans la nuit qui suivra) en raison du décalage.

Précisons que Shapo avait eu le dessus devant le vétéran à New York avant de poursuivre jusqu’au quatrième tour.

MATCH EN DEUX TEMPS POUR VASEK

Aux petites heures de la nuit, Vasek Pospisil n’avait certainement pas les allures d’un 108e mondial en deuxième moitié de rencontre devant Marin Cilic.

Limité à quatre petits jeux lors deux premières manches, Vasek a donné une vraie frousse à la sixième tête de série.

En déficit de 2-6 et 2-6 dans une démonstration absolument solo de Cilic jusque-là, dans le stade Hinsense, le vétéran de 27 ans a tout déballé afin de surprendre le Croate deux fois plutôt qu’une en enlevant le troisième acte 6-4 et avant de rendre tout possible comme le montre le jeu décisif échappé 7-6(5) avant de baisser pavillon.

Il y avait un réel danger, car Vasek avait déjà battu Andy Murray à Indian Wells, l’hiver dernier.

Oubliez la balle ratée sur un smash facile et souvenons-nous de sa force de caractère.

* Vasek a effacé quatre balles de match à 3-5 et 4-5 de la quatrième manche avant que Cilic en finisse à sa septième occasion de bris.

* Il jouait en dépit d’un problème à un genou, ce qui n’est pas évident lors d’un duel de 271 points, dont 96 coups gagnants, ce qui dit beaucoup du haut niveau offert.

* De plus, il sortait de deux marathons de trois manches lors des qualifications du week-end plus interminables encore avec les innombrables arrêts en raison de la pluie.

Dans les gradins, le nouveau capitaine canadien Frank Dancevic suivait le match avec grand intérêt. Il faut savoir que ce sera Canada-Croatie et donc une possible reprise Vasek-Cilic à la Coupe Davis une semaine après le tournoi de Melbourne.

QUI SERA AUX TABLEAUX DU DOUBLE ?

Si le genou le veut, Vasek Pospisil reste à Melbourne pour y disputer le double en compagnie de l’Américain Ryan Harrison.

Cinq talents canadiens joueront, mais aucun ensemble et voici les autres combinaisons :

* Eugenie Bouchard et Sloane Stephens

* Gabriela Dabrowski et Yifan Xu

* Daniel Nestor et Jonathan Erich

* Adil Shamasdin et Ken Skupski.

Gabriela et sa partenaire sont les sixièmes têtes d’affiche du double féminin. Le tableau du double mixte n’a pas encore été effectué.

SOIRÉE CANADIENNE AVEC MILOS, EUGENIE AVANT PETER… LA NUIT

Le court numéro deux du parc Melbourne devient beaucoup celui des raquettes du Canada.

Vingt-quatre heures ou presque après Shapo, ce sera lundi soir au tour de Milos Raonic et d’Eugenie Bouchard d’y être en action.

Milos (22e tête de série bien que toujours quart de finaliste ou mieux depuis 2015) effectue ses débuts à 19 h devant le 93e Lukas Lacko, puis Eugenie suivra contre la 85e Océane Dodin.

Cette semaine, Eugenie a chuté au 112e rang mondial, alors que la « cousine » n’a pas joué depuis la Coupe Banque Nationale de Québec, ce qui élargit les spéculations à l’infini.

Si vous vous couchez très tard ou vous levez très tôt, Peter Polansky, heureux rescapé des préliminaires classé 139e, affronte Karen Khachanov.

Malgré son prénom, ce 47e mondial est un très costaud garçon qui fait six pieds six pouces et 196 livres.

Dans les autres affrontements, le champion en titre Roger Federer, Novak Djokovic et Simona Halep font aussi leur entrée.

 

Photo en vedette : Getty Images

instagram takipçi satın al

Depresyon Nedir?

Ansiyete Bozukluğu