EN FR
Home   Nouvelles   Tebbutt : La nouvelle Coupe Davis

Tebbutt : La nouvelle Coupe Davis

18 Sep 2018
written by: Tom Tebbutt
written by: Tom Tebbutt

En 1980, les États-Unis ont disputé une rencontre de la Coupe Davis à Buenos Aires, en Argentine, et John McEnroe ainsi qu’un partenaire d’entraînement nommé Scott Davis faisaient partie de l’équipe. Tout le matériel publicitaire autour de la compétition était centré sur la « Copa Davis » — ce n’est donc pas surprenant que ses coéquipiers aient rapidement trouvé un surnom pour Davis… « Copa ».

La Copa Davis — cette simple syllabe supplémentaire rend la compétition plus amusante que la Coupe Davis — a beaucoup changé depuis 1980, notamment avec l’introduction du Groupe mondial de 16 pays en 1981. À compter de 2019, le Groupe mondial est chose du passé alors que 24 nations prendront part à des « qualifications » en février pour déterminer lesquelles participeront à la finale de la Coupe Davis, en novembre. Le tableau de la finale sera composé des quatre demi-finalistes — la Croatie, la France, l’Espagne et les États-Unis, de 12 gagnants des qualifications et de deux laissez-passer.

Les récipiendaires des laissez-passer seront annoncés avant le tirage des qualifications de la semaine prochaine.

Grâce à sa victoire de 3-1 contre les Pays-Bas le week-end dernier, le Canada fera partie des 12 pays têtes de série, au 11e rang. Les Pays-Bas, 22es, ne seront pas parmi les têtes d’affiche, mais participeront aux qualifications. Si par une quelconque ironie du sort — une chance sur 12 — ils étaient jumelés au Canada, ils seraient les hôtes de la rencontre.

Il y avait aussi quelques bizarreries dans le nouveau classement de la Coupe Davis de lundi. Malgré sa victoire contre les Pays-Bas, le Canada a perdu trois places, passant du 14e au 17e rang, tandis que la Suède est passée du 21e au 15e rang à la suite de son gain contre la Suisse. Les Suédois ont été exclus du Groupe mondial au cours des deux dernières années, tandis que le Canada y a conservé sa place pour une huitième année consécutive. La Suède a vaincu l’Ukraine et le Portugal dans le Groupe 1 de la zone Europe/Afrique plus tôt dans l’année avant de battre la Suisse 3-2 le week-end dernier.

Cette rencontre de barrage à Bienne, en Suisse, était quelque peu farfelue, car les meilleurs joueurs des deux équipes ont décidé de ne pas y participer — les frères Elias et Mikael Ymer pour la Suède, ainsi que Roger Federer et Stan Wawrinka pour la Suisse.

Alors que les deux nations — d’anciennes championnes de la Coupe Davis — étaient privées de leurs meilleurs éléments, il aura fallu un cinquième match décisif entre le Suisse Sandro Ehrat (1211e) et le Suédois Jonathan Mridha (1094e). Ehrat et Mridha occupent le 11e rang des classements de leur pays respectif, mais ont participé à ce duel crucial remporté 4-6, 6-3, 6-4 et 7-6(4) par Mridha.

Photo: Mauricio Paiz

Ce sont les absences de joueurs comme Federer et Wawrinka qui a vraiment motivé le changement de format de la Coupe Davis. La compétition a perdu de sa crédibilité — et de sa commerciabilité — alors que les plus grandes vedettes choisissent régulièrement de faire l’impasse.

La semaine dernière, durant la rencontre disputée à Toronto, Milos Raonic a donné son avis sur ces changements. Il a suggéré que deux semaines de moins au calendrier annuel pour les équipes qualifiées pour la finale seraient appréciées par les joueurs. Mais il a également dit qu’il y a toujours le problème d’un éventuel long voyage et d’un changement de surface pour le tour des qualifications la semaine après les Internationaux d’Australie. Il s’est également interrogé sur le fait que les joueurs terminent leur année — tous à l’exception des 10 premiers participant à la finale de l’ATP à Londres à la mi-novembre — après le tournoi en salle de Paris, au début du mois de novembre. Il a émis l’hypothèse que ce dernier groupe — au moins 40 joueurs — devrait ensuite se remettre en forme pour la Coupe Davis alors qu’ils étaient peut-être déjà dans leur phase d’entraînement hors-saison, en préparation pour les tournois de la nouvelle année qui précèdent les Internationaux d’Australie.

Après tout cela, il se demandait s’il existait une solution parfaite pour le nouveau format de la Coupe Davis. « Est-ce mieux ? Je ne sais pas. Un changement était-il nécessaire ? Oui. »

Il a ensuite ajouté ce que beaucoup de gens pensent — « seul le temps nous le dira. »

Photo: Mauricio Paiz

L’an prochain, les rencontres de la Coupe Davis seront disputées au meilleur de cinq matchs sur deux jours. Les quatre duels de simple et celui du double seront joués au meilleur de trois manches.

Les deux pays qui obtiendront un laissez-passer seront annoncés quelque temps avant le tirage du 26 septembre, à 15 h (10 h HE au Canada), au siège de la Fédération internationale de tennis (ITF) à Londres — et qui sera webdiffusé en direct sur le site Web de la Coupe Davis et dans la page Facebook de la Coupe Davis.

Le pays reconnu pour son chocolat, son fromage et ses belles montres pourrait-il être dans la course pour un de ces laissez-passer ? Même si elle occupe le 12e rang, la Suisse ne sera pas partie des têtes de série des qualifications à cause de sa défaite contre la Suède. Federer et Wawrinka joueraient-ils ? Federer, en particulier, qui aura alors 38 ans, s’il se qualifie pour les Finales 2019 de l’ATP pourrait ne pas être enthousiaste à l’idée de disputer une autre compétition importante à la toute fin de la saison.

Le Canada pourrait-il être admissible à un laissez-passer avec Raonic qui a fait ses preuves sur le circuit et Denis Shapovalov ainsi que Félix Auger-Aliassime, largement considérés comme le duo de jeunes étoiles montantes le plus dynamique du monde ?

Voici les conditions pour être admissible à un laissez-passer comme stipulé dans un communiqué de l’ITF, lundi : « Pour être admissibles à un laissez-passer, les pays doivent être classés dans le Top 50 du classement de la Coupe Davis du 17 septembre OU avoir au moins un joueur classé dans le Top 10 du classement de l’ATP. »

Voici les candidats évidents (noms de famille seulement et classements) pour ces deux laissez-passer : Suisse – Federer (2) et Wawrinka (88), Serbie – Djokovic (3) et Krajinovic (35), Argentine – del Potro (4) et Schwartzman (14), Grande-Bretagne – Edmund (16) et Murray (308), Allemagne – A. Zverev (5) et Kohlschreiber (36) et Russie – Khachanov (24) et Medvedev (33).

Avec Raonic (20e), Shapovalov (34e) et Auger-Aliassime (144e), il semble que le Canada aura plus de chance dans un an.

L’idée de décerner des laissez-passer pour une compétition qui aura lieu dans 14 mois — et avec des joueurs qui ne se sont même pas engagés à y participer — est problématique.

Et surtout, l’ITF devra bientôt trouver une meilleure date qu’à la fin de la saison, immédiatement après les Finales de l’ATP.

Photo: Mauricio Paiz

Pour résumer dans la veine de « Je n’aurais pas pu mieux dire », voici que le journaliste américain Steve Tignor a écrit sur l’avenir de la Coupe Davis après la défaite crève-cœur des États-Unis face à la Croatie, ce week-end, après un thriller de cinq manches entre Borna Coric et Frances Tiafoe :

« Ce qui compte le plus pour l’avenir de la Coupe, c’est que les joueurs ressentent la même chose à propos du nouveau format que de l’ancien. »

« Vont-ils considérer la Coupe Davis comme aussi importante et déterminante pour leur carrière qu’aujourd’hui ? Auront-ils le même lien émotionnel avec un événement d’une semaine qu’avec une compétition de quatre semaines ? Sera-t-elle une priorité pour eux ? C’est possible — les Jeux olympiques ont lieu une seule semaine tous les quatre ans et les joueurs les ont adoptés. »

« Si la passion des joueurs pour la nouvelle Coupe est là, les amateurs l’appuieront eux aussi. »

Une autre question demeure, comme cela pourrait bientôt être le cas pour les quatre tournois du Grand Chelem : comment l’abolition des cinq manches, et le fait de ne plus jamais avoir les épopées qui définissent la Coupe Davis dans sa forme la plus convaincante, affectera-t-elle la compétition ?

Peut-être que le fait d’avoir 18 nations sur un même site et sous les feux de la rampe compensera et créera un spectacle qui prendra vie et suscitera les passions.

CARTE POSTALE DE TORONTO

Toronto est la seule grande ville canadienne à posséder un vaste reseau de tramways. Ces dernières années, des véhicules plus grands et plus longs ont été introduits. Celui-ci longe l’avenue St. Clair.

GRACIAS MAURICIO

Nous devons remercier chaleureusement le photographe et vidéographe Mauricio Paiz qui nous a fourni d’excellentes photos pour ce blogue et qui a été une force créatrice derrière les vlogs que nous avons produits à Wimbledon, aux Internationaux des États-Unis et la semaine dernière à la Coupe Davis à Toronto.

Voici les neuf vlogs de la Coupe Davis de la semaine dernière :

Shapovalov et les surnoms :

Raonic et les Grands Chelems :

L’anglais d’Auger-Aliassime (en français) :

Les signes de Nestor/Pospisil en double :

Le festival du film de Toronto et le tennis :

Les partisans de l’équipe canadienne de la Coupe Davis :

Mary Pierce (en englais) :

Mary Pierce (en français) :

Le juge-arbitre Rémy Azémar (en français) :

(Photo: Mauricio Paiz)