• EN
  • FR
EN FR
Home   Nouvelles   Travail vite et bien fait de Milos et les cadeaux continuent au tableau !

Travail vite et bien fait de Milos et les cadeaux continuent au tableau !

09 Juil 2018
written by: Mario Brisebois
written by: Mario Brisebois

Vous ne pensiez quand même pas que Milos, aussi fin calculateur que terrifiant serveur, allait courir le risque d’échapper le tableau le plus favorable qu’il a eu en Grands Chelems et qu’il n’aura probablement plus jamais dans les grands rendez-vous avec le cadeau d’affronter des centièmes et plus.

De retour sur le court samedi pour terminer le match arrêté à 7-6 (5), 4-6 et 6-5 la veille en raison de l’obscurité, Milos a très vite pris les choses en mains pour achever son rival Dennis Novak 7-5 et 6-2.

Milos n’a pas eu le temps d’avoir chaud dans la canicule de 31 degrés au All England Tennis et Croquet Club. Il a brisé son adversaire dès la reprise pour prendre les devants deux manches à une.

Établi 13e tête de série malgré son 32e rang mondial, Milos n’a pas seulement gagné grâce à son service — 28 aces —, il a également excellé en retour.

Au quatrième acte, il a ravi le service de l’Autrichien aux 3e et 8e jeux pour en finir.

Est-ce le changement de terrain à la dernière minute, pour passer Court 2 au Court 12, en raison de la longueur des autres rencontres, mais Milos semblait plus satisfait de la vie (et de lui) samedi.

Milos a repris le jeu en se montrant plus proactif au lieu de simplement réagir. Comme on dit, la nuit porte conseil !

Photo : Mauricio Paiz

Toujours est-il que Milos accède aux huitièmes de finale en n’ayant concédé qu’une petite manche contre les très négligés Liam Broady (173e) et John Millman (56e), avant Novak.

Quel tableau, si on compare cela au duel entre Grigor Dimitrov (4e) et Stan Wawrinka (trois titres en Grands Chelems) dès le premier jour !

Une bonne étoile suit Milos, car son prochain rival sera l’Américain Mackenzie McDonald, lundi.

Sachez que McDonald occupe le 103e échelon et qu’il participe à Wimbledon pour la première fois alors que Milos en est à sa dixième présence, si on compte ses années chez les juniors.

Bref, les cadeaux ne cessent pas…

ALEXIS CONTINUE…

Alexis Galarneau, qui n’avait jamais remporté un match en simple dans un tableau principal du Circuit Futures avant sa finale à Kelowna dimanche dernier, compte maintenant six gains, car il a atteint les quarts de finale à Saskatoon cette semaine avant de s’incliner 6-1 à la troisième manche.

Le Lavallois de 19 ans et membre de l’équipe de l’Université de la Caroline du Nord est encore en lice en double. Lui et son partenaire Benjamin Sigouin, de Vancouver, ne sont plus qu’à un gain d’un deuxième titre après avoir été couronnés champions à Calgary il y a deux semaines.

EUGENIE HONORÉE DURANT LA COUPE ROGERS ?

Même si on conviendra tous qu’Eugenie a davantage besoin de points de la WTA que de trophées sportifs, c’est un bel hommage que lui décerne la Fédération internationale de tennis en lui remettant le Heart Award de la Fed Cup. À la suite d’un vote populaire, elle a été préférée à Jelena Ostapenko, Elise Mertens et Viktoria Kuzmova.

Eugenie a beaucoup aidé le Canada à réintégrer sa place au Groupe mondial II pour 2019 grâce à ses victoires aux dépens des Ukrainiennes Kateryna Bondarenko (79e) et Lesia Tsurenko (41e), en avril, au Stade IGA de Montréal.

On croyait bien Eugenie relancée avant sa blessure à l’abdomen à son retour en Europe.

Je ne connais pas les plans d’Eugène Lapierre et de son équipe, mais puisque c’est au tour des femmes à Montréal cet été, ne vous étonnez pas que le prix lui soit remis sur le Court central de la Coupe Rogers en présence de représentants de la Fondation de l’hôpital pour enfants qui recevra le chèque de 6 000 $ que la Fédération décerne à une organisation caritative choisie par la lauréate.

WIMBLEDON CONFIRME EUGÈNE… EN PASSANT PAR QUÉBEC

Lors de la conférence de la Coupe Rogers, avant Wimbledon, Eugène mentionnait que le tennis féminin était plus intense et imprévisible que jamais et les événements sur le gazon lui donnent raison sur toute la ligne.

Des dix premières têtes de série, neuf n’ont pas terminé la première semaine avec la multiplication des surprises. Karolina Pliskova (7e) est l’exception, toutes les autres étant tombées au combat !

Une des sensations est la Belge Alison Van Uytvanck, qui a sorti la tenante du titre Garbine Muguruza. Les amateurs de tennis de Québec connaissent quand même bien l’inattendue qualifiée aux huitièmes de finale. La Belge est la championne de la Coupe Banque Nationale qui reviendra au PEPS en septembre.

 

*Photo en vedette : Mauricio Paiz