fbpx
  • EN
  • FR
EN FR
Home   Nouvelles   A-t-on pensé à un court central à deux étages (avec toit) à Granby ?

A-t-on pensé à un court central à deux étages (avec toit) à Granby ?

30 Juil 2018
written by: Mario Brisebois
written by: Mario Brisebois

Connaissez-vous quelqu’un capable de fabriquer un court central à deux étages avec un toit pour éviter les caprices de Dame nature comme cette semaine ?

Si oui, téléphonez ou envoyez donc un courriel au président Alain Faucher pour son Challenger Banque Nationale de Granby.

Samedi, son « central » était comme le pont Champlain.

Sans surtout vouloir que le maire Pascal Bonin fasse une syncope avec les dépenses, quatre Canadiens au carré d’as avant la malchance de Bianca Andreescu (lire plus bas), cela fait beaucoup circulation.

Après tous les efforts, et que dire de la patience nécessaire avec le retard causé par la pluie, Katherine Sebov et Frank Dancevic méritaient également la grande scène et la visibilité de TVA Sports qui diffuse en direct de cet endroit.

Mais profitons aussi de ces moments rares. Les derniers succès canadiens remontent à 2012 alors qu’Eugenie Bouchard et Vasek Pospsil avaient signé le double.

DU TENNIS DE… NUIT

À propos de la toiture, Frank Dancevic et 200 spectateurs ont dû veiller tard dans la nuit de vendredi à samedi avec le délai de la journée avant qu’il remporte son quart de finale 6-4 à la troisième manche.

« Granby a des gens incroyables », a déclaré le triple champion à Michel Tassé, de La Voix de l’Est, à propos des mordus encore sur le site.

ET LES FINALISTES SONT…

Le titre féminin se décidera dimanche entre Arina Rodionova, favorite du tournoi et tombeuse de la Canadienne Sebov, et l’Israélienne Julia Glushko, 5e tête de série.

Seul survivant canadien à la suite de son gain de 7-6 (6) et 6-4 devant Dancevic, samedi, Peter Polansky, classé 3e chez les têtes d’affiche, affrontera le Français Ugo Humbert, 219e à l’ATP. Aussi finaliste à Granby l’an dernier, Polansky a ainsi remporté la bataille des trentenaires.

Un rappel : les finales sont présentées à compter de 13 h dimanche à Granby et dans les salons à TVA Sports.

BIANCA PRIVÉE DE SA DEMIE ET… DE WASHINGTON

Photo : Sarah-Jäde Champagne

Bianca Andreescu, troisième tête de série, a été contrainte de se retirer de sa demi-finale après un long entretien avec son entourage. Elle avait évoqué des douleurs au dos, vendredi soir.

« Bianca est incapable de frapper un revers et encore moins de tourner dans la balle. Dans ces circonstances, cela ne donne rien d’aller sur le terrain. Elle n’ira pas non plus à Washington la semaine prochaine où elle avait reçu un laissez-passer », a fait savoir Sylvain Bruneau, capitaine de la Fed Cup.

Bianca, 189e mondiale, est une sérieuse candidate pour une invitation à la Coupe Rogers de Montréal à compter du 3 août. Il faudra maintenant voir…

LAURENDEAU VA MIEUX…

Une question qui revient souvent chez les amateurs de tennis à Granby consiste à savoir comment va Martin Laurendeau, un favori ici qui a été président d’honneur du Challenger et qui est surtout un habitué du tournoi. Encore l’an dernier, il était sur place avec son protégé Denis Shapovalov.

La réponse est que Martin va… mieux.

Une blessure au dos (vertèbre) avant Wimbledon a rendu la douleur telle qu’il regardait les matchs sur des béquilles.

Heureusement, Eugène Lapierre était sur le même vol vers Montréal pour pousser le fauteuil roulant.

« J’ai moins de mal (gros merci aux médicaments, aux traitements de même qu’à ceux et celles qui les donnent). On exige l’inactivité. Ce n’est toujours pas vite vite mon affaire », me dit Martin, en parlant de sa canne.

Le problème n’est pas tant le « coaching » comme les déplacements, le tennis vivant littéralement entre deux aéroports et deux hôtels.

Toujours sur la route, Martin n’est pas habitué à sauter son tour. À Washington la semaine prochaine où Shapo entreprend sa saison sur ciment avant la Coupe Rogers qui suivra, c’est maman Tessa qui accompagnera le fiston.

On verra pour la suite…

LE CHALLENGER A DÉJÀ SES PREMIERS GAGNANTS

Président du Challenger, Alain Faucher et sa vaillante organisation ne perdent pas de temps. Avant les finales de dimanche, ils ont célébré leurs premiers gagnants vendredi.

Un chèque de 2 000 $ a été remis au développement du tennis à Granby dans l’espoir de former un autre Eugène Lapierre, qui a été une raquette de fort niveau avant de devenir un gestionnaire majeur à Montréal et au tennis international.

Déjà que Granby appuie toujours les Canadiens à 100 %, imaginez ce que ce serait avec une fille ou un garçon d’ici qui aurait sa place au tableau principal dans quatre ou cinq ans. Et tiens, pourquoi pas les deux !

 

*Photo en vedette : Sarah-Jäde Champagne