fbpx
  • EN
  • FR
EN FR
Home   Nouvelles   Félix se fait un nom partout

Félix se fait un nom partout

09 Juin 2016
written by: Mario Brisebois
written by: Mario Brisebois

Faute de remporter le titre chez les garçons à Roland-Garros, ce qu’il a amplement le temps de réussir avant la fin de ses années chez les juniors, Félix Auger-Aliassime a beaucoup gagné d’estime.

Sa notoriété était acquise ici depuis un an alors qu’il devenait, à 14 ans, le plus jeune joueur à se qualifier pour un tournoi Challenger de l’ATP et à atteindre les quarts. Elle s’installe maintenant sur la scène internationale et pas auprès de n’importe qui.

Yannick Noah a traversé le court pour aller féliciter le champion Geoffrey Blancaneaux en s’assurant d’aller aussi rejoindre Félix à qui il a pris le temps de jaser.

« Encourage-toi puisque la route devant toi va être longue, mais tu as déjà parcouru beaucoup de chemin », fut le message du capitaine de la Coupe Davis et dernier joueur français à remporter Roland-Garros en 1983.

DÉCEPTION, MAIS PAS DE SÉQUELLES  

Félix a échappé trois balles de match avant de s’incliner 6-1, 6-3 et 8-6 au bout d’une bataille de 2 h 5 qui mettait fin à une très longue disette du tennis français, le champion précédent chez les 18 ans et moins ayant été Gaël Monfils en 2004.

« J’étais dévasté d’être passé aussi proche », de dire Félix à propos de la fin où la foule a chanté La Marseillaise.

« Mais tout s’est replacé en discutant avec mes entraîneurs qui m’ont fait réaliser la très bonne expérience que je venais de vivre », de commenter celui qui avait entrepris son premier Grand Chelem sur terre battue en tant que 11e tête de série avant de se retrouver vice-champion, ce qui en révèle long de sa progression.

Précisons que Guillaume Marx, entraîneur chez les 16 ans, et Louis Borfiga étaient sur place.

Capitaine de l’équipe canadienne, Martin Laurendeau ne craint pas des séquelles de la si belle occasion loupée par Félix.

« Félix a de quoi être très fier, car il est le plus jeune finaliste (15 ans et 10 mois) en plus d’avoir participé à la finale d’un tournoi Futures sur terre battue en Espagne contre de vrais “terriens” », affirme Laurendeau, qui tente de relancer la carrière de Felipe Peliwo, champion junior de Wimbledon et de Flushing Meadows en 2013.

UNE BELLE MATURITÉ

Félix n’a pas lambiné à Paris et est déjà rentré à la maison. Il aura de nombreuses demandes d’entrevues.

Le jeune n’est pas seulement grand à 6 pieds 2 pouces, mais il a également une bonne tête sur les épaules.

Un autre choc est qu’il revient au même moment où commencent les examens de fin d’année, mais il ne s’en plaint surtout pas.

« Même si notre vie au tennis n’est pas toujours normale, je vais à l’école tous les jours lorsque je suis à Montréal », a-t-il spécifié, comme quoi les études ne sont pas un empêchement, mais davantage un encadrement pour s’assurer d’une solide base dans tout.

Né d’une mère québécoise et d’un père togolais pro de tennis au Club Avantage de Québec, Félix a aussi une sœur, Marika, qui est joueuse.

La pression risque dorénavant d’être au rendez-vous avec les attentes du public et des agents qui rodent beaucoup autour de lui.

« Les attentes des gens me serviront de motivation », indique-t-il.

Pour la suite, Félix Auger-Aliassime entend suivre son plan qui passe par l’effort.

« J’ai toujours cru que si je travaillais fort et passionné, de belles choses allaient arriver. Dans ma vie. De jour en jour, je sens que cela se rapproche », conclut le jeune homme.

Classé 2e mondial chez les juniors, il vivra sa prochaine expérience en Grand Chelem à Wimbledon.

À quoi s’attendre à compter de maintenant ?

« Félix se présentera encore plus affamé sur le gazon britannique et aussi à Flushhing Meadows grâce à l’immense confiance qu’il a acquise », d’ajouter Martin Laurendeau.

LOUIS BORFIGA TOUJOURS LÀ

Pas besoin de chercher très loin pour savoir qui entraînait Gaël Monfils lors de sa victoire à Roland-Garros, mais aussi à Melbourne et à Wimbledon en 2004.

Il s’agit de Louis Borfiga, à l’emploi de la Fédération française avant que Tennis Canada l’embauche pour bonifier l’image du pays sur la scène internationale et changer le système de développement.

Bon conteur en plus d’être un grand technicien des courts, Borfiga a de très belles histoires sur Monfils.

20111004-173818-g

LE TEMPS FILE…

Même les plus grands n’échappent pas à la règle du temps et Bjorn Borg en est la preuve ayant célébré ses 60 ans, cette semaine.

RETOUR DE ROGER

Absent à Roland-Garros en raison d’une blessure, Roger Federer reprend l’action sur le gazon allemand de Stuttgart.

Cette sortie est seulement la septième de notre bon Roger cette année.

LA PLUS RICHE EST…

Longtemps dominé par Maria Sharapova, le classement Forbes déterminant les plus riches sportives du monde est maintenant coiffé par Serena Williams.

Les gains de la plus jeune des deux sœurs Williams ont atteint 28,9 millions de dollars en 2015. Plus des deux tiers, soit 20 millions, ont été encaissés en publicité ou en promotion.

NOUVEAU NUMÉRO UN 

Pour poursuivre avec les chiffres, Nicholas Mahut est le nouveau numéro un mondial du double depuis cette semaine. Il avait fait bonne impression à Granby avec ses bonnes manières.