• EN
  • FR
EN FR
Home   Nouvelles   Le tennis canadien (4 en 4) ne dormait pas la nuit dernière!

Le tennis canadien (4 en 4) ne dormait pas la nuit dernière!

15 Jan 2019
written by: Mario Brisebois
written by: Mario Brisebois

Vous avez passé une bonne nuit ? La réponse est assurément oui pour les Canadiens en action mardi à Melbourne pour le premier Grand Chelem de l’année.

En raison du décalage de 16 heures, il était 5 h 54 au Québec lorsque Milos, 16e tête de série, a complété une journée parfaite pour le Canada avec une fiche de quatre victoires en autant de matchs et une seule manche échappée.

Dans un des affrontements de premier tour les plus serrés, Milos a eu raison de Nick Kyrgios, l’enfant terrible du tennis australien, en des comptes de 6-4, 7-6 (5) et 6-4 pour ainsi accéder au deuxième tour, mercredi.

Photo: Brendon Thorne / Getty Images

Raonic a remporté 90 % de ses premières balles de service, il a produit 30 aces, dont 15 en deuxième manche, et n’a fait face à aucune balle de bris dans cette bataille d’une heure et 56 minutes.

« Jouer contre Nick n’est jamais facile en raison de son style. Je suis heureux, car cette année, je vise la constance », commentait Milos.

Décidément, le début du tournoi n’est pas commode pour Milos. Le Suisse Stan Wawrinka, triple champion de Grands Chelems, notamment à Melbourne en 2014, sera son prochain adversaire.

Toute une différence, quand même, pour Milos qui avait été éliminé d’entrée l’an dernier par un trouble-fête de calibre Challenger du nom de Lukas Lacko après avoir été quart de finaliste ou mieux de 2015 à 2017 en Australie.

Eugenie Bouchard, Denis Shapovalov, qui renoue avec la victoire, et Bianca Andreescu qui ne dérougit pas, ont aussi goûté à la victoire.

MAINTENANT SERENA

Photo: Getty Images

Un gros merci à Eugenie Bouchard, 84e cette semaine, qui n’a mis que 59 minutes à se départir de Shuai Peng par 6-2 et 6-1, nous permettant ainsi de retourner au lit à une heure relativement civilisée.

C’est en 2014, à Melbourne, que tout avait commencé pour la Montréalaise alors qu’elle accédait à sa première demi-finale d’un Grand Chelem avant de répéter son exploit à Roland-Garros et de franchir une étape de plus à Wimbledon pour se hisser au cinquième rang mondial.

Maintenant âgée de 24 ans, Eugène a donné le ton dans chacune des manches contre l’ex-14e mondiale.

Toujours est-il qu’après avoir perdu son service alors qu’elle menait 3-0 au deuxième acte, Eugenie est tout de suite revenue pour briser à son tour pour confirmer le méga test à venir.

Sa prochaine rivale sera Serena Williams, détentrice de 24 titres majeurs, probablement dans le grand Stade Rod Laver.

SHAPO NE GAGNAIT PLUS BEAUCOUP

L’enceinte 1573 appartenait aux Canadiens, mardi, puisque Denis Shapovalov y disputait son match immédiatement après celui d’Eugenie.

La 25e tête d’affiche a bien fait les choses pour disposer de l’Espagnol et 85e mondial Pablo Andujar par 6-2, 6-3 et 7-6 (3) en une heure et 55 minutes.

Le gaucher de Richmond Hill, en Ontario, nous a donné une petite frayeur en perdant son service à 5-3 de la troisième manche, mais s’est rapidement ressaisi pour empocher le gain avec 51 coups gagnants, dont 15 aces.

Le résultat est rassurant. Depuis sa demi-finale à Tokyo la première semaine d’octobre, Shapo présentait une fiche d’une victoire et six défaites, ce qui comprend une élimination au tour initial à Auckland, la semaine dernière.

On le reverra aussi jeudi, cette fois contre le Japonais Taro Daniel (82e).

BIANCA AU BOUT DE PRESQUE TROIS HEURES                  

Photo: Andy Brownbill / AP

Le rêve de Bianca Andreescu se poursuit.

Après sa finale à Auckland en écartant de son parcours l’ex-numéro un Caroline Wozniacki et la légendaire Venus Williams, de même que sa qualification à Melbourne, la coqueluche de 18 ans a signé une dixième victoire dans un duel qu’on pourrait intituler le tennis de l’avenir.

Bianca a eu le dessus 7-6(1), 6-7(0) et 6-3 sur l’Américaine Whitney Osuigwe, ex-championne mondiale chez les juniors et déjà 199e à la WTA à 16 ans.

La joueuse de Mississauga a fait preuve d’endurance et de sang-froid.

La fatigue aurait très bien pu prendre le dessus après le jeu décisif perdu à zéro, mais non. Elle s’est accrochée après avoir fait appel à la thérapeute pour conclure après une lutte de deux heures et 46 minutes.

Bianca, 102e, est assurée de faire son entrée au sein du Top 100. Jeudi, elle sera opposée à la Lettone Anastasija Sevastova, 13e tête de série.

Sur ce, bonne journée ou bonne nuit !

 

Photo: Reuters