fbpx
EN FR
Home   Nouvelles   Le tennis canadien prêt pour des années fastes après un magnifique début de saison 2019

Le tennis canadien prêt pour des années fastes après un magnifique début de saison 2019

28 Fév 2019
written by: Oliver Wheeler
written by: Oliver Wheeler

Quel début d’année !

Les vedettes canadiennes du tennis ont déjà obtenu des succès monstres et nous ne sommes qu’à la fin du deuxième mois de 2019. Les amateurs sont-ils sur le point d’entrer dans l’âge d’or du tennis canadien ? Les récents résultats semblent le suggérer.

Les magnifiques prestations de Bianca Andreescu et d’Eugenie Bouchard à Auckland, le jeu sublime de Brayden Schnurà New York et le parcours audacieux de Félix Auger-Aliassimevers sa première finale de l’ATP Tour à Rio ont tous joué un rôle dans ce qui a été un formidable début de saison à savourer. Sans oublier les performances incroyables des équipes de la Coupe Davis et de la Fed Cup à Bratislava et à Bois-le-Duc, respectivement.

Tout a commencé avec le conte de fées d’Andreescu jusqu’en finale de la Classique ASB d’Auckland, en Nouvelle-Zélande. Après une année 2018 ponctuée de blessures, la jeune joueuse de 18 ans n’a pas tardé à poser un jalon dès son premier tournoi de la saison, surprenant la troisième mondiale et ancienne championne des Internationaux d’Australie Caroline Wozniacki en des comptes de 6-4 et 6-4 pour signer la plus importante victoire de sa carrière.

View this post on Instagram

Couple of my fave pics from this week 📸 @tim.marshall

A post shared by Bibi (@biancaandreescu_) on

Et elle n’avait pas l’intention de contenter de cela. À peine 24 heures plus tard, elle a répété son exploit en venant à bout de Venus Williams, détentrice de sept titres du Grand Chelem et ex-numéro un mondiale, en trois manches de 6-7(1), 6-1 et 6-3 en quart de finale. Au carré d’as, Andreescu a été parfaite dans un gain de 6-3 et 6-3 aux dépens de la troisième tête de série Hsieh Su-Wei pour mettre la table pour un duel avec la championne en titre Julia Goerges, en finale. Le rêve s’est malheureusement arrêté là. En effet, une défaite de 2-6, 7-5 et 6-1 et la Canadienne ratait sa chance de mettre la main sur son premier trophée de la WTA.

L’athlète de 18 ans n’a pas eu à attendre longtemps pour satisfaire sa soif de succès. Un revers au deuxième tour des Internationaux d’Australie a rapidement été suivi par un triomphe au Challenger Oracle de Newport Beach, en Californie, un tournoi offrant une bourse de 125 000 $. Andreescu a alors conquis le plus important titre de sa carrière en prenant la mesure de l’Américaine Jessica Pegula par 0-6, 6-4 et 6-2.

À Auckland, Bouchard, qui avait été éliminée du tableau du simple par Goerges, a connu une belle percée en double. La Canadienne et sa partenaire Sofia Kenin ont remporté leur premier titre de double en tant qu’équipe en battant Paige Mary Hourigan et Taylor Townsend 1-6, 6-1 et [10-7] en finale de la Classique ASB.

Passons maintenant aux Internationaux d’Australie, où les hommes ont aussi fait la une : Milos Raonic a pris la mesure de Stan Wawrinka dans un duel palpitant avant de dominer Alexander Zverev. Denis Shapovalov a également fait des vagues avant de subir la défaite aux mains du numéro un mondial Novak Djokovic au troisième tour.

View this post on Instagram

Thank you Melbourne 🙏❤️

A post shared by Denis Shapovalov (@denis.shapovalov) on

Shapovalov, Auger-Aliassime, Peter Polansky et le capitaine Frank Dancevic ont ensuite joué un rôle majeur dans la victoire éclatante du Canada face à la Slovaquie pour obtenir une place à la Finale de la Coupe Davis qui se déroulera en novembre prochain, à Madrid. Après avoir perdu le match de double, Shapovalov et Auger-Aliassime ont produit des victoires de simple pour sceller un triomphe crucial de 3-2 pour le Canada, pour le plus grand plaisir de leurs partisans présents au NTC Arena, à Bratislava. Une semaine plus tard, nos représentants apprenaient que le tirage au sort pour la finale les avait placés dans le même groupe que les États-Unis et l’Italie.

Pour ne pas être en reste, l’équipe canadienne de la Fed Cup était bien déterminée à reproduire les succès des hommes. Andreescu, Rebecca Marino, Françoise Abanda et Gabriela Dabrowski, qui affrontaient les Pays-Bas à Bois-le-Duc, n’ont pas été hésitantes et ont dominé leurs rivales 4-0 pour assurer une participation du Canada à une rencontre de barrage pour le Groupe mondial de la Fed Cup en avril. Nos représentantes seront opposées à la République tchèque, championne en titre et première au classement de cette compétition.

De retour sur le circuit de l’ATP, Schnur s’est illustré à l’Open de New York pour atteindre sa première finale. Au cours de sa semaine de rêve, le Canadien a remporté six duels, notamment deux au tableau des qualifications, et a éliminé deux joueurs du Top 50, soit Steve Johnson et Sam Querrey. Malheureusement, la finale contre le puissant serveur américain Reilly Opelka a été plus difficile alors que Schnur s’inclinait 6-1, 6-7(7) et 7-6(7). Son allocution émouvante devant le public après le match a extrêmement bien montré la signification de ce parcours pour le joueur de Pickering, en Ontario.

Une semaine plus tard, c’était au tour d’Auger-Aliassime de voler la vedette. Le joueur de 18 ans a produit de l’incroyable tennis pour accéder à la finale de l’Open de Rio. Ce faisant, il est devenu le plus jeune finaliste d’une épreuve du Circuit 500 de l’ATP. Sa prestation en demi-finale contre l’Urugayen Pablo Cuevas a été sublime alors qu’il dominait le vétéran de 33 ans grâce à la précision de ses services et à la puissance de ses coups. À l’instar de Schnur, Auger-Aliassime est toutefois tombé en finale, perdant 6-3 et 7-5 face au Serbe Laslo Djere. Son parcours lui a cependant permis de se hisser au sein du Top 60 de l’ATP.

(Photos : Photosport)