fbpx
  • EN
  • FR
EN FR
Home   Nouvelles   « Nous sommes des chefs de file pour le demeurer ! »

« Nous sommes des chefs de file pour le demeurer ! »

23 Juil 2018
written by: Mario Brisebois
written by: Mario Brisebois

– Eugène Lapierre et les changements Challenger dès 2019

Le Challenger Banque Nationale de Granby en cours cette semaine est le dernier sous la formule que l’on connaît depuis plus de 20 ans.

À compter de 2019, la présentation passera, entre autres, à un tableau principal de 48 joueurs au lieu de 32 et les qualifications seront réduites drastiquement de 32 à 4 participants, dont deux obtiendront leur place au grand tableau.

Voilà un des changements annoncés lundi par Chris Kermode, le grand patron de l’ATP, dans une opération de modernisation sans pareille, car elle modifie la manière de faire de 160 tournois, dont ceux de Gatineau la semaine passée et de Drummondville en salle au mois de mars en plus de Granby.

Comme tout le monde est payé au tableau principal, une nouvelle majoration estimée à un million de dollars en argent direct s’ajoutera à la hausse de 28 % depuis 2104.

« C’est bon et même très bien. Cela va indéniablement relever le calibre », mentionne Eugène Lapierre, qui fait la navette entre son Granby natal ces jours-ci et le Stade IGA en plein compte à rebours de la Coupe Rogers.

« Cela va rendre nos tournois encore plus professionnels pour tous les joueurs et le public », de poursuivre Monsieur tennis au Québec.

Photo : Sarah-Jäde Champagne

D’AUTRES CHANGEMENTS

Autre avantage pour les joueurs, les organisations devront payer les coûts d’hébergement, ce qui se faisait déjà partout dans les étapes québécoises, faut-il préciser. Un service de santé et de soins sera aménagé sur les sites.

Comme pour le grand circuit, les Challengers deviendraient répertoriés par catégories.

Doté d’une bourse de 100 000 $, Granby offre 90 points ATP au gagnant du simple, tandis que Gatineau et Drummondville, deux épreuves de 75 000 $, en accordent 80.

On sait qu’à compter de 2020, les rendez-vous Futures de la Fédération internationale, comme à Gatineau et Sherbrooke, ne donneront plus de points ATP.

« Oui, il existe une zone plus délicate entre les 300e et 500e du monde. Ce sera à l’ITF d’agir », continue Eugène, confiant que des actions nécessaires seront prises.

LA VOLONTÉ EST RÉELLE

Pour le moment, c’est le statu quo pour le Challenger féminin au Saguenay et la WTA, mais pour combien de temps, le tennis étant un exemple et même un modèle dans la parité femmes-hommes ?

La version 2.0 des Challengers ne surviendra pas non plus sans des coûts additionnels, mais pas de souci pour Granby, Gatineau et Drummondville dans l’immédiat et celui du Saguenay.

Tennis Canada affiche une volonté réelle même si les Challengers coûtent de l’argent en fin de compte.

« Nous sommes des chefs de file et comptons bien le demeurer », de terminer Eugène Lapierre.

Tant mieux !

REVOILÀ EUGENIE EN TÊTE !

Photo : Mauricio Paiz

La demi-finale d’Eugenie Bouchard en fin de semaine la place au 123e rang, un progrès de 23 échelons après avoir frôlé la barre des 200.

Eugenie reprend aussi sa place au premier rang canadien, devant Carol Zhao (136e) et Françoise Abanda (195e) qui l’avaient successivement et temporairement délogée.

 

*Photo en vedette : Patrice Lapointe