fbpx
EN FR
Home   Nouvelles   Tebbutt : Apprendre à maîtriser la terre battue

Tebbutt : Apprendre à maîtriser la terre battue

16 Avr 2019
written by: Tom Tebbutt
written by: Tom Tebbutt

À cette étape de l’évolution du tennis professionnel masculin, la terre battue est devenue la surface la plus étrangère.

Le ciment et le gazon permettent un tennis plus agressif et offensif, et, de nos jours, les joueurs qui réussissent bien sur ces deux surfaces éprouvent généralement plus de difficultés sur l’argile.

Il faut se souvenir de cela alors que nos deux jeunes loups canadiens – Félix Auger-Aliassime et Denis Shapovalov – amorcent leur saison européenne sur terre battue à Monte-Carlo, cette semaine.

Il n’est sans doute pas surprenant qu’Auger-Aliassime, qui a disputé 104 duels sur l’argile comparativement aux 45 de Shapovalov, soit celui qui a survécu au premier tour du Masters de Monte-Carlo. Le Montréalais, qui occupe le 33e rang mondial, a dû batailler durant près de deux heures pour venir à bout de l’Argentin Juan Ignacio Londero en des comptes de 7-5 et 7-6(5), mardi, après la défaite de Shapovalov aux mains de l’Allemand Jan-Lennard Struff, lundi.

Auger-Aliassime semblait avoir maîtrisé Londero, un qualifié occupant le 79e échelon, lorsqu’il servait pour la manche initiale à 5-3, 30-0, puis lorsqu’il a eu deux balles de match à 5-3 du deuxième acte avant que les choses se compliquent.

L’adolescent de 18 ans a toutefois conservé son sang-froid pour vaincre Londero. Auger-Aliassime a remporté les deux derniers points du jeu décisif en produisant un puissant retour du coup droit avant que Londero ne rate un retour en revers.

Il y a cependant eu un signe inquiétant pour Auger-Aliassime. Après ses problèmes de doubles fautes en demi-finale de l’Open de Miami contre John Isner le mois dernier, il en a commis deux à 5-3 de la deuxième manche, dont une sur sa première balle de match.

Mais dans l’ensemble, il est resté calme, surtout quand il est passé de 2-0 à 2-4 au jeu décisif.

La victoire d’Auger-Aliassime lui permet de mettre la table pour un match fascinant contre Alexander Zverev, 3e tête de série de l’épreuve. La semaine dernière, l’Allemand de 21 ans, qui célèbrera son 22e anniversaire de naissance dimanche, a été surpris 7-6(1), 2-6 et 6-3 par l’Espagnol Jaume Munar, 60e mondial, au deuxième tour du tournoi de Marrakech. Mercredi, il disputera son premier match à Monte-Carlo après une exemption au premier tour, contre un adversaire qui ne devrait pas ressentir de pression en évoluant sur le Court Rainer III.

Grâce à son gain de mardi, Auger-Aliassime, qui n’a que 38 points à défendre d’ici la fin de Roland-Garros, a récolté 45 points et son classement « en direct » est maintenant de 29e.

Shapovalov avait bien amorcé son match, lundi, mais a été incapable de maintenir le cap, s’inclinant 5-7, 6-3 et 6-1 face à Struff, 45e.

Après avoir comblé un écart de 2-0 au deuxième acte pour prendre les devants 3-2, Shapovalov n’a gagné qu’une seule autre partie. Malgré du jeu irrégulier, il a été le meilleur joueur à la manche initiale, mais a semblé graduellement perdre ses repères vers la fin de la deuxième. La troisième manche a été un festival de fautes directes pour Shapovalov, qui aurait probablement dû être un peu plus patient. Bien sûr, son jeu est d’y aller pour tous ses coups, mais 22 coups gagnants contre 51 fautes directes ne sont habituellement pas une formule gagnante.

L’an dernier, la fiche de Shapovalov était de 7-5 durant la saison de terre battue et il était tombé dès le premier tour de ses deux premiers tournois – face à Stefanos Tsitsipas à Monte-Carlo, et à Nikoloz Basilashvili, à Budapest.

Même si la défaite de lundi aux mains de Struff n’est pas la façon idéale de célébrer son 20e anniversaire de naissance, l’histoire récente suggère qu’il s’améliorera à mesure que la saison sur l’argile se poursuit.

LA FED CUP À PROSTEJOV

La capitaine Heidi El Tabakh est arrivée à Prostejov, en République tchèque, avec une équipe diminuée pour la rencontre de ce week-end, car la meilleure joueuse du pays, Bianca Andreescu, est blessée à l’épaule.

En février, la joueuse de 18 ans de Mississauga, en Ontario, avait remporté ses deux duels de simple pour mener son équipe vers un gain de 3-0 aux dépens des Pays-Bas, à Bois-le-Duc. L’autre victoire en simple avait été signée par Françoise Abanda, qui doit faire l’impasse sur la rencontre à cause d’un problème d’épaule, elle aussi.

L’équipe tchèque sera également différente de celle qui est tombée 3-2 aux mains de la Roumanie, en février.

En effet, la liste des absentes comprend Karolina Pliskova (4e) et Katerina Siniakova (41e) ainsi que Petra Kvitova (3e), qui n’avait pas participé au premier tour. Cette fois, l’équipe sera composée de Marketa Vondrousova (47e), Karolina Muchova (106e) et Marie Bouzkova (115e).

Ces trois-là sont assurément des candidates pour le simple de cette rencontre disputée sur la terre battue du Centre national de tennis de Prostejov.

Photo: Mauricio Paiz

Pour le simple, la capitaine canadienne El Tabakh choisira probablement entre Rebecca Marino (184e), la jeune Leylah Annie Fernandez, qui occupe le 376e rang chez les professionnelles et le 7e chez les juniors, et Gabriela Dabrowski (392e), meilleure joueuse de double du pays en vertu de son 15e rang mondial. La quatrième membre de l’équipe est Sharon Fichman, 28 ans, qui effectue un retour après des blessures et qui est 192e en double.

Les Tchèques ont conquis la Fed Cup six fois au cours des huit dernières années, y compris en 2018, et n’ont pas quitté le Groupe mondial depuis 2008.

Classées au premier rang de la Fed Cup, les Tchèques ont remporté leurs six affrontements contre le Canada, le dernier remontant à 2015, à Québec.

Que la République tchèque n’ait pas une équipe plus forte est surprenant, surtout qu’elle perdrait sa place au sein du Groupe mondial si elle ne bat pas le Canada.

À l’instar de la Coupe Davis de cette année, il est possible qu’il y ait un nouveau format pour la Fed Cup dès 2020. Il y aurait alors une grande finale avec plus de pays participants rassemblés dans un même endroit, comme ce sera le cas pour les hommes en novembre prochain, à Madrid.

Les Tchèques sont peut-être sûres qu’elles auraient leur place à la finale de 2020 en vertu de leur premier rang mondial si un nouveau format était adopté.

Selon son 11e rang, le Canada est également en bonne posture pour se qualifier pour les finales de 2002.

Ce week-end, les demi-finales du Groupe mondial mettront en vedette l’Belarus et l’Australie, à Brisbane, ainsi que la Roumanie et la France, à Rouen.

Les Australiennes, qui évolueront sur un terrain dur de l’Arena Pat Rafter, compteront sur la participation d’Ashleigh Barty et de Daria Gavrilova, tandis que les Ukrainiennes seront représentées par Aryna Sabalenka, Aliaksandra Sasnovich et Victoria Azarenka.

L’équipe roumaine, qui a eu raison des Tchèques 3-2 en février, sera composée de la deuxième mondiale Simona Halep, ainsi que de Mihaela Buzarnescu, Irina-Camelia Begu et Monica Niculescu, alors que Caroline Garcia, Pauline Parmentier, Alizé Cornet et Kristina Mladenovic défendront les couleurs de la France sous la gouverne du nouveau capitaine Julien Benneteau.

Les Australiennes ont conquis les grands honneurs de la Fed Cup à sept reprises, tandis que la France possède deux titres.

La Roumanie et l’Belarus n’ont jamais remporté la Fed Cup et même si elles sont les visiteuses ce week-end, elles sont très motivées dans leur quête d’une participation à la finale du 9 et 10 novembre.

HAWK-EYE SUR L’ARGILE

C’est un éternel débat : la technologie d’appel de ligne électronique Hawk-Eye devrait -elle être utilisée pour les épreuves sur terre battue ?

Andrey Rublev croit sûrement que oui après avoir été victime d’une mauvaise décision lors de son match de premier tour contre Fabio Fognini à Monte-Carlo, lundi.

Une balle de Fognini semblait vraiment à l’extérieur, mais l’arbitre de chaise Adel Nour, d’Égypte, est descendu sur le terrain et a pointé une marque qu’il a jugé être sur la ligne. Rublev aurait été à 3-4 et 15-30 sur le service de Fognini au dernier acte, mais le point a été rejoué et Fognini l’a gagné avant de remporter le jeu.

Alors que Fognini servait pour le match à 15-15, il a frappé une balle un peu longue, mais Rublev l’a retournée et a finalement perdu le point. Toutefois, une reprise de Hawk-Eye pour la télévision a bien montré que la balle de Fognini était longue.

Ç’a été une défaite difficile pour Rublev, qui s’est fait rouler sur les deux appels et qui menait 6-4 et 4-1 avant que l’Italien n’orchestre sa remontée.

Il est également ironique que cela se soit produit à Monte-Carlo après la grave erreur commise par l’arbitre Cédric Mourier lors de la demi-finale de 2017 entre Rafael Nadal et David Goffin. Un coup de Nadal clairement à l’extérieur aurait donné à Goffin une avance de 4-2 à la première manche. Au lieu de cela, Mourier a trouvé une marque qui était à l’intérieur du terrain. Goffin, habituellement de tempérament très doux, était hors de lui et n’a remporté qu’un seul jeu par la suite dans une défaite de 6-3 et 6-1.

MOMENT NOSTALGIQUE

L’édition 2019 du tournoi de Monte-Carlo marque le 65<sup>e</sup> anniversaire du triomphe de Lorne Main (ci-dessus avec Milos Raonic en 2012) en 1954.

En finale, Main, qui était âgé de 23 ans, avait battu l’Américain Tony Vincent 9-7, 3-6, 7-5 et 6-4.

Avant le titre de Bianca Andreescu à l’Open BNP Paribas d’Indian Wells le mois dernier, la victoire de Main était le plus impressionnant triomphe international par un Canadien.

Lorsqu’il a remporté le trophée de Monte-Carlo, Main frappait son coup droit et son revers à deux mains, mais environ 20 ans plus tard, alors qu’il commençait une carrière internationale chez les vétérans très fructueuse, il a plutôt opté pour un coup droit et un revers à une main.

Dans les tournois les plus importants du circuit masculin – les quatre étapes du Grand Chelem, les neuf épreuves du Circuit Masters 1000 et les Finales de l’ATP – Main demeure le seul joueur à avoir gagné l’un de ces tournois en jouant à deux mains à la fois sur le coup droit et le revers.

PAS BESOIN D’EXPLICATION

Voici comment le Français Pierre-Hugues Herbert a signé la lentille de la caméra après sa victoire de 6-4 et 6-4 aux dépens de Fernando Verdasco, mardi, à Monte-Carlo.

(Photo : SeeMonaco.com)