EN FR
Home   Nouvelles   Une récolte de 30 titres sur les circuits professionnels pour les Canadiens en 2018

Une récolte de 30 titres sur les circuits professionnels pour les Canadiens en 2018

28 Nov 2018
written by: Tennis Canada
written by: Tennis Canada

L’heure était au bilan mercredi chez Tennis Canada, alors que Louis Borfiga, vice-président du développement de l’élite, ainsi que Sylvain Bruneau, entraîneur national responsable du programme féminin, et Guillaume Marx, entraîneur national responsable du programme masculin, ont effectué un retour sur les moments marquants du tennis canadien au cours de la dernière année. Au total, 17 joueurs canadiens ont participé à une récolte de 30 titres sur les circuits professionnels, soit 13 en simple et 17 en double. C’est Rebecca Marino qui a été la joueuse la plus titrée en 2018 grâce à ses cinq couronnes.

En effet, 2018 aura été une année marquante pour Marino qui effectuait un retour à la compétition après une absence de plus de cinq ans. Si l’athlète de 28 ans n’avait pas de classement en début de saison, elle termine l’année à l’intérieur du Top 200 mondial, soit au 190e rang. Elle fait d’ailleurs partie du groupe des neuf joueurs qui finissent l’année 2018 au sein du Top 200 de la WTA et de l’ATP, dont quatre sont au Top 100 : Milos Raonic (18e), Denis Shapovalov (27e), Vasek Pospisil (70e) et Eugenie Bouchard (88e).

Parmi ces joueurs du Top 200, huit ont atteint des sommets personnels en 2018, en commençant par Gabriela Dabrowski qui s’est hissée au 7e échelon du classement du double. La joueuse originaire d’Ottawa a ajouté un deuxième titre du Grand Chelem à son tableau de chasse en s’adjugeant l’épreuve du double mixte des Internationaux d’Australie en plus de participer pour une deuxième fois aux Finales de la WTA.

Les vétérans

Chez les vétérans, les blessures sont encore venues ralentir Raonic en début de saison, mais il a pu retrouver son erre d’aller à Indian Wells en atteignant la demi-finale. L’ex 3e raquette mondiale a également participé aux quarts de finale de Wimbledon pour une troisième année consécutive, en plus d’être le finaliste du tournoi de Stuttgart. Il demeure le Canadien le mieux classé avec son 18e rang. Pospisil, quant à lui, a remporté deux tournois du Circuit Challenger en début de saison en plus de participer à deux autres finales. Finalement, c’est une progression de presque 40 rangs qui lui permet de finir sa saison au 70e échelon. Du côté féminin, Eugenie Bouchard a terminé sur une bonne note en se faufilant jusqu’au carré d’as du tournoi du Luxembourg après avoir franchi avec succès les épreuves de qualification. La Québécoise, qui avait glissé jusqu’au 194e rang en juin, s’est ainsi assurée de retrouver sa place dans le Top 100 et surtout de pouvoir faire partie du tableau principal des Internationaux d’Australie.

Les jeunes loups

2018 a été une année importante pour Shapovalov qui devait gérer plus de pression après ses succès de 2017. L’Ontarien de 19 ans a réussi à conserver son classement parmi l’élite de l’ATP en atteignant notamment le carré d’as à Madrid et en enregistrant 15 victoires contre des membres du Top 50. Félix Auger-Aliassime, quant à lui, est plus près que jamais de percer le Top 100 grâce à ses deux titres sur le Circuit Challenger. Il a également profité de 2018 pour enregistrer sa première victoire sur le grand circuit de l’ATP en battant Vasek Pospisil à Indian Wells, son premier gain contre un membre du Top 30 alors qu’il prenait la mesure de Lucas Pouille à la Coupe Rogers présentée par Banque Nationale et il a participé à son premier tableau principal d’un tournoi du Grand Chelem à New York avant d’être éliminé par Shapovalov. Bianca Andreescu, pour sa part, a terminé sa saison en beauté en étant couronnée championne du Challenger de Norman, aux États-Unis, son deuxième titre en 2018 et le cinquième de sa carrière. Elle conclut ainsi son année au 156e rang mondial après l’avoir commencée au 182e.

« Après avoir réussi plusieurs exploits en 2017, les yeux de toute la planète tennis étaient tournés vers notre nouvelle génération de joueurs. Malgré la pression qui pesait sur eux, ils ont réussi à poursuivre leur progression, » a mentionné Borfiga. « Ainsi, le Canada peut présentement se vanter d’avoir le joueur de moins de 19 ans le mieux classé du monde, le joueur de moins de 20 ans le mieux classé du monde et la 4e meilleure joueuse chez les 18 ans et moins. Il leur reste encore beaucoup de travail devant eux et ils le savent. Ils sont ambitieux et perfectionnistes et c’est en continuant de travailler comme ils le font qu’ils garderont le cap sur leurs objectifs. »

Plusieurs jeunes joueurs canadiens ont également obtenu leurs premiers points sur les circuits professionnels cette année. En effet, c’est une étape qu’ont franchie quatre garçons (Justin Boulais, Chih Chi Huang, Liam Draxl et Sam Philp) et quatre filles (Jada Bui, Ariana Arsenault, Alexandra Mikhailuk et Raphaëlle Lacasse).

Les adieux de Nestor

La saison 2018 aura aussi été la dernière de la légende Daniel Nestor, qui a accroché sa raquette après avoir participé à sa 52e et dernière rencontre de la Coupe Davis, en septembre. Au cours de sa carrière de 29 ans sur le circuit de l’ATP, Nestor a remporté 91 tournois, notamment huit du Grand Chelem. Il a également récolté une médaille d’or aux Jeux olympiques de Sydney et est l’un des six joueurs à avoir enregistré plus de 1000 victoires sur le circuit de l’ATP. À 46 ans, c’est un repos plus que mérité !

Pour plus de statistiques, veuillez consulter l’infographie sur l’année 2018 du tennis canadien en chiffres.

 

Photo: David Mahussier