• EN
  • FR
EN FR
Home   Nouvelles   Une situation qui fait penser à Québec et plain de nouvelles canadiennes

Une situation qui fait penser à Québec et plain de nouvelles canadiennes

09 Jan 2018
written by: Mario Brisebois
written by: Mario Brisebois

Vous avez hâte que les vraies affaires commencent avec les Internationaux d’Australie à partir du 15 janvier ? Vous ne pouvez l’être davantage que Craig Tiley.

Après les retraits successifs à Melbourne des grandes pointures Serena Williams, Andy Murray, cinq fois finaliste, et Kei Nishikori dans l’intervalle de quelques heures cette semaine.

« What’s next? », doit se demander le directeur du premier Grand Chelem de 2018 d’autant plus que Rafa, Stanislas Wawrinka et surtout Djoko ne sont pas parfaits sur le plan de la forme.

Ce courant de désistements me ramène à Québec l’automne dernier, où les étoiles étaient absolument alignées à la Coupe Banque Nationale afin de célébrer avec panache les 25 ans du tennis de la WTA à Québec, qui a couronné Maria Sharapova, Jennifer Capriati et Lindsay Davenport, lesquelles ont toutes été numéro un.

C’est Eugène Lapierre, qui a vraiment tout fait pour appuyer Jack Hérisset à la direction de la Coupe, qui m’apprenait avant les Fêtes les tractations en coulisse. Je le laisse raconter un récit méconnu.

« Nous avions rassemblé les éléments pour les amateurs de tennis de Québec. Eugenie Bouchard était inscrite et même Victoria Azarenka (une autre ex-numéro un) et Sloane Stephens ou leurs agents avaient communiqué avec nous pour jouer », mentionne Eugène.

Une semaine a tout fait bousculer la programmation qui avait tout pour faire l’envie des autres tournois WTA de la planète de la catégorie 250 000 $.

Eugenie s’est retirée prétextant la fatigue, comme on sait, et tout a continué de débouler.

Parler de contextes exceptionnels pour les deux autres joueuses est tout à fait juste.

« Victoria a été forcée de changer ses plans ne pouvant plus quitter les États-Unis sans risque avec son enfant », raconte Eugène.

Celle-ci était à ce comment aux prises dans une histoire de divorce très compliquée avec le père de leur petit.

Et il y a aussi eu la « malchance » qui est entrée en jeu.

« Sloane insistait pour jouer à Québec afin de multiplier les matchs après des blessures », souligne aussi Eugène.

Elle en a joué des matchs à… New York. Elle en a disputé beaucoup passant deux semaines à Flushing Meadows, mais elle a remporté l’Open américain juste avant Québec contre toutes attentes.

Jamais avant Sloane Stevens, une raquette avec un classement aussi lointain que 934e un mois auparavant à la Coupe Rogers n’avait auparavant gagné un Grand Chelem !

Vérifications faites, la Coupe Banque Nationale reviendra à Québec du 8 au 16 septembre 2018.

EUGENIE RASSURANTE SUR SA BLESSURE

Toujours dans la catégorie « je me retire », Eugenie Bouchard n’a pas disputé le double à la Coupe Hopman contre la Belgique, vendredi. Elle est blessée aux muscles fessiers.

 

La bonne nouvelle est qu’Eugenie ne pense pas que ce soit « grave » à dix jours de Melbourne.

PAS UNE GRANDE PREMIÈRE SEMAINE, MAIS BON…

Bien sûr qu’on aurait souhaité davantage dans les pointages au tennis canadien.

La fiche de 0-5 en simple au tournoi de Brisbane (Denis Shapovalov et Milos Raonic) et à la Coupe Hopman de Perth (Eugenie Bouchard et Vasek Pospisil) se situe en deçà des attentes.

Le décalage n’aide pas et la température non plus.

« Il fait 41 degrés ici », déclarait Martin Laurendeau le 1er de l’an.

Pour votre info, c’était à ce moment très exactement 66 degrés d’écart au thermomètre avec la météo de Montréal.

SHAPO ET MILOS RÉUNIENT EN DOUBLE

Dans les autres résultats, Milos Raonic et Denis Shapovalov ont joué ensemble en double, à Brisbane.

Même s’ils se sont montrés compétitifs avant de s’incliner 6-7 et 4-6 devant les favoris, n’allez pas y voir là trop vite une stratégie du nouveau capitaine Frank Dancevic en prévision de la Coupe Davis.

Les deux ne jouent pas ou si peu en paire et l’idée des deux était d’abord de maximiser le temps sur les courts.

LE CAPITAINE JOUERA-T-IL ?

Frank Dancevic est en Australie.

En plus de faire sa préparation pour la rencontre du premier tour de la Coupe Davis en Croatie immédiatement après Melbourne la première fin de semaine de février, il comptait participer aux qualifications.

Il souhaitait y obtenir sa sixième participation au tableau principal et pourquoi pas ?

Les occasions commencent à être comptées à 33 ans, mais avant, il faudra voir si le 363e rang lui suffira pour obtenir sa place… ou une invitation spéciale.

EUGENIE (LA SUITE)

Les changements ne manquent pas chez Eugenie Bouchard en janvier.

L’ancien joueur Harold Salomon est son nouvel entraîneur, écrit Stephanie Myles via tennislife.com.

Un ancien de l’entourage de Serena, Robbie Poole joint l’équipe dans les rôles de partenaires d’entraînement et parfois aussi de mentor.

Du côté de l’équipement, Stephanie nous apprend qu’Eugenie se retrouve sans commanditaires de raquettes. Son entente avec Babolat a pris fin le 31 décembre. Elle aurait fait des entraînements avec des modèles Head, mais demeurer avec l’ancien manufacturier ne serait pas exclu non plus.

LA RELÈVE CANADIENNE VA BIEN, MERCI

Photo credit: Sarah-Jade Champagne

Là où le tennis canadien fait bien en Australie, c’est au tournoi Futures ITF (femmes) et Challenger (ATP) à Playford.

En préparation pour Melbourne, Bianca Andreescu a atteint les quarts avant de se retirer à la fin de la deuxième manche en espérant que ce n’est que par prévention plutôt qu’en raison de la douleur.

Brayden Schnur, qui s’est installé à Montréal pour s’y entrainer en compagnie de Fred Niemeyer au Centre national, a, lui, atteint la finale, éliminant en cours de route l’ex-39e mondial Marino Matosevic.

Félix Auger-Aliassime devait aussi aller en Australie, mais il a été jugé préférable de rester ici pour bien soigner des petits bobos.

ENTREFILET

Rafa est arrivé à Melbourne, ce qui est un bon signe… La popularité de Roger Federer ne cesse de croitre. Toute la semaine, il a éclipsé des records de foule lors de ses matchs à la Coupe Hopman en dépassant 14 000 spectateurs. Il faut le faire quand même dans un tournoi de démonstration… Andy Murray n’écarte pas la possibilité de devoir passer au bistouri pour sa hanche.

 

 

 

.