EN FR
Home   Nouvelles   Tebbutt : Place à la terre battue

Tebbutt : Place à la terre battue

09 Avr 2019
written by: Tom Tebbutt
written by: Tom Tebbutt

La saison sur terre battue dure essentiellement dix semaines (pour les femmes) ou neuf semaines (pour les hommes) chaque printemps, alors que les meilleurs joueurs du monde évoluent sur la meilleure surface possible pour le tennis.

Contrairement au ciment, la terre battue pardonne et permet une glisse naturelle lorsque les joueurs se déplacent vers la balle. Et contrairement au gazon, qui est aussi plus tendre sur le corps, la terre battue ne s’abîme pas et le terrain peut être remis en condition avec un balayage et un arrosage rapides.

Alors que la saison sur l’argile commencera sérieusement avec le Masters 1000 de Monte-Carlo la semaine prochaine et le tournoi Premier de la WTA à Stuttgart dans deux semaines, il semble que l’attention des Canadiens sera principalement tournée vers les jeunes prodiges Denis Shapovalov, qui aura 20 ans lundi prochain, ainsi que Bianca Andreescu et Félix Auger-Aliassime, tous les deux âgés de 18 ans.

Eugenie Bouchard s’éloigne momentanément du tennis pour se refaire une santé et il est peu probablement qu’elle joue à nouveau avant Roland-Garros, au plus tôt.

Milos Raonic n’est pas inscrit à Monte-Carlo ni à aucun autre tournoi avant l’épreuve de Madrid, au début du mois de mai, après sa défaite au troisième tour face à l’Open de Miami face à Kyle Edmund alors qu’il souffrait d’un problème au dos. Son retour pour la saison sur terre battue est incertain. L’an dernier, il avait fait l’impasse sur Roland-Garros.

Quant à Vasek Pospisil, qui se remet d’une opération au dos en janvier, il ne reviendra probablement pas avant les épreuves sur gazon où il pourra utiliser un classement protégé pour participer aux tournois après plus de six mois d’absence.

Photo: Mauricio Paiz

Après son triomphe à l’Open BNP Paribas d’Indian Wells, Andreescu sera probablement la plus fascinante de la nouvelle génération canadienne à suivre sur la terre battue rouge européenne.

Elle amorcera sa saison printanière avec l’équipe canadienne de la Fed Cup lorsqu’elle croisera le fer avec la République tchèque sur un terrain intérieur de terre battue à Prostejov dans une rencontre de qualification pour le Groupe mondial les 20 et avril.

Après cela, son calendrier est flou jusqu’aux épreuves Premier de la WTA de Madrid et de Rome à compter du 5 mai.

Cette année, Andreescu n’a disputé que deux matchs sur l’argile — en salle à Bois-le-Duc, aux Pays-Bas, à la Fed Cup, en février. Elle a dominé ses deux affrontements, battant la 150e mondiale Richel Hogenkamp par 6-4 et 6-1, ainsi que Arantxa Rus, 129e, en deux manches de 6-4 et 6-2. À ce moment-là, la Canadienne occupait le 70e échelon.
21
Au cours de sa jeune carrière, Andreescu n’a pris part qu’à sept tournois sur terre battue et possède une fiche de 13 victoires et 5 défaites. Toutefois, tout dans son jeu suggère qu’elle sera capable de faire bonne figure sur cette surface d’abord et avant tout parce qu’elle se déplace très bien.

« La terre battue est l’une de mes surfaces préférées », confiait-elle après son dernier match à l’Open de Miami. « Je crois que mon jeu convient très bien à l’argile. J’adore glisser sur le terrain. Je glisse sur tous les terrains (rires), mais c’est plus facile sur la terre battue. C’est aussi moins dur sur le corps. J’ai hâte d’y être. »

S’il y avait des inquiétudes concernant l’état de son épaule droite qui l’a forcée à se retirer à Miami contre Anett Kontaveit au quatrième tour, elles ont été dissipées par son lancer à un match des Blue Jays de Toronto la semaine dernière — voyez par vous-mêmes :

Andreescu a environ 100 de ses 2 003 points à défendre au cours de la saison sur l’argile, ce qui lui donnera l’occasion d’améliorer son 23e rang actuel.

Pour un joueur qui en est à sa quatrième saison sur le circuit professionnel, Shapovalov ne possède pas beaucoup d’expérience sur la terre battue, n’ayant disputé que 45 matchs en tournois de l’ATP, du Circuit Challenger et du Circuit Futures et affichant un dossier de 29 gains et 16 revers. En comparaison, Auger-Aliassime a joué 104 matchs sur l’argile.

Il y a un an, Shapovalov avait connu un lent départ par la terre battue rouge — perdant au premier tour à Monte-Carlo (Tsitsipas) et à Budapest (Basilashvili) avant d’atteindre la demi-finale à Madrid, les huitièmes de finale à Rome et le deuxième tour à Roland-Garros.

Cette année, il a 495 de ses 1 820 points à défendre durant la saison européenne de terre battue.

Son parcours commence la semaine prochaine à Monte-Carlo, puis il a prévu évoluer à Barcelone, Madrid et Rome avant Roland-Garros. L’an dernier, il a acquis une précieuse expérience sur l’argile et il a fallu le 3e mondial Alexander Zverev (Madrid) et le numéro deux Rafael Nadal (Rome) pour l’arrêter lors des deux épreuves du Circuit Masters 1000.

À la porte d’Auteuil, il avait subi une défaite crève-cœur de 5-7, 7-6(4), 7-5 et 6-4 aux mains du 70e Maximilian Marterer, un Allemand gaucher qui avait bien joué.

Alors qu’il célèbrera son 20e anniversaire de naissance à Monte-Carlo, Shapovalov possède le coup droit et le service brossés qui permettront à son jeu agressif d’être efficace sur l’argile.

Même s’il a 16 mois de moins que Shapovalov, Auger-Aliassime, comme mentionné plus haut, a joué plus de deux fois plus de matchs — 104 comparativement à 45 — sur la terre battue. Louis Borfiga et le groupe d’experts de Tennis Canada à Montréal ont cru que la terre battue sera la meilleure façon de développer son jeu. Il y a un an, il a fait l’impasse sur la saison sur gazon, en juin et en juillet, pour participer à des tournois sur l’ocre en France, en Italie, en Allemagne, en Suède, en Croatie et en Suisse avant de revenir au Canada pour prendre part à la Coupe Rogers à Toronto.

Son plan pour cette année est de jouer à Monte-Carlo, Barcelone et Madrid — où il a obtenu un laissez-passer —, et Rome, où il est inscrit d’office au tableau principal. Il a également reçu un laissez-passer pour le tournoi de Lyon — pas surprenant, car il a gagné deux de ses quatre titres du Circuit Challenger dans la deuxième plus grande agglomération française — la semaine avant Roland-Garros.

Au cours des deux prochains mois, Auger-Aliassime est dans une bonne posture pour les classements. En effet, il n’a que 38 de ses 1 245 points à défendre d’ici la fin de Roland-Garros ; de bonnes prestations lui permettraient donc de franchir plusieurs autres échelons.

Andreescu (famille roumaine), Shapovalov (famille russe) et Auger-Aliassime (beaucoup d’expérience sur le vieux continent) devraient tous être à l’aise en Europe pour les quatre prochains mois. Et tous les trois parlent plus d’une langue, ce qui devrait aussi les mettre un peu plus à l’aise loin de la maison.

Le cœur de la saison de tennis est sur le point de commencer et il dure jusqu’à la fin des Internationaux des États-Unis, le 8 septembre. Les Canadienes espèrent que les classements d’Andreescu, de Shapovalov et d’Auger-Aliassime s’amélioreront beaucoup d’ici la fin de l’été.

CLASSEMENTS CANADIENS HISTORIQUES

Photo: Mauricio Paiz

Canada : Top 40 masculin depuis 1973

Canada : Top 40 féminin depuis 1975

Milos Raonic : 3e (2016)

Eugenie Bouchard : 5e (2014)

Denis Shapovalov : 20e (2019)

Carling Bassett-Seguso : 8e (1985)

Vasek Pospisil : 25e (2014)

Helen Kelesi : 13e (1989)

Félix Auger-Aliassime : 33e (2019)

Aleksandra Wozniak : 21e (2009)

Patricia Hy-Boulais : 28e (1993)

Rebecca Marino : 38e (2011)

Classements informatisés de l’ATP

instaurés le 23 août 1973

Classements informatisés de la WTA

instaurés le 3 novembre 1975

DUSTIN, À SA FAÇON

Dimanche, l’Allemand Dustin Brown, 34 ans, a remporté le Challenger de Sofia Antipolis, en France. Il a raté une grande partie de 2018 en raison d’une blessure au dos, mais il assurément en forme comme le démontre cette compilation de ses coups flamboyants de la semaine dernière.

METTEZ VOS ÉCOUTEURS !

Connaissez-vous vos grognements ? Vous pouvez essayer de passer le test, astucieusement mis au point par le personnel de l’ATP Tour, en jouant avec cinq vedettes de l’ATP — Alexander Zverev, Jérémy Chardy, Kyle Edmund, Andrey Rublev et Steve Johnson. Toutefois, il faudra écouter très attentivement!