fbpx
  • EN
  • FR
EN FR
Home   Nouvelles   En plus du joueur, connaissez-vous Rafa… le politicien ?

En plus du joueur, connaissez-vous Rafa… le politicien ?

10 Août 2019
written by: Mario Brisebois
written by: Mario Brisebois

Si vous vous demandez ce que font les joueurs à part disputer des matchs et s’entraîner à la Coupe Rogers, sachez que Rafael Nadal s’occupe aussi autrement à Montréal. Cette semaine, il fait de la politique.

La nouvelle est encore fumante. Rafa est de retour au conseil des joueurs en… double et pas avec n’importe qui. Roger Federer revient aussi, l’ATP ayant annoncé jeudi leur élection.

« Nous avons été là dans le passé et nous revenons ensemble », de mentionner Rafa, confirmant ce très costaud rapatriement.

En point de presse jeudi au Stade IGA, Rafa été questionné sur cette réintégration. Comme on connaît sa personnalité après toutes ces années, il ne fallait pas s’attendre à une sortie en règle contre l’actuelle direction avec Novak Djokovic à la présidence, même si une réunion avant Wimbledon a duré sept heures, comme quoi il existe de grands fossés dans les opinions.

« Il y a eu des moments difficiles… », a reconnu Rafa au sujet de son sport.

« Je reviens pour comprendre la situation et essayer de donner mon opinion après quinze ans ».

En bref, Rafa veut savoir…

Il ne cache pas que lui et Federer sont « préoccupés ».

Sans le révéler comme tel, ils ne veulent pas que Djokovic fasse juste à sa guise. Oh que non !

Quel est l’enjeu ?

Djokovic et son groupe (y compris le Canadien Vasek Posisil) désirent accroître le pouvoir et les $$$ accordés aux joueurs. Nadal et Federer sont moins catégoriques alors que le tennis fonctionne rondement.

« Roger et moi sommes “préoccupés par notre sport”, admet Rafa au sujet de leurs inquiétudes communes.

« Il s’est passé beaucoup de choses. D’autres sont à venir. Nous voulons en faire partie », affirme Rafael Nadal.

Que faut-il en penser ?

Le chroniqueur se pose cette question : que se passerait-il au hockey si Sidney Crosby et Alek Ovechkin décidaient de s’amener au front pour mieux faire passer leur message aux membres de l’Association des joueurs de la LNH ?

Voilà !

Bonne chance pour la suite, monsieur Djoko.

À deux, Rafael Nadal et Roger Federer détiennent 38 titres de Grands Chelems.

L’Équipe a titré son article sur le retour : « Ils ne veulent pas laisser faire Djokovic », ce qui donne une idée de la suite et des divergences.

La prochaine réunion (avec le joueur de double autrichien Jurgen Meltzer aussi nouvellement élu) aura lieu à New York avant les Internationaux des États-Unis.

RAFA TIENT BON

Pas de souci avec Rafa puisqu’il est surtout ici pour jouer au tennis.

Vendredi soir, après avoir donné une frayeur aux 11 000 spectateurs et plus en concédant la première manche 2-6 à Fabio Fognini, le favori a atteint le carré d’as en enlevant aisément les deux suivantes 6-1 et 6-2.

Pour les amateurs de statistiques, cette victoire est sa 380e sur le Circuit masters 1000 pour améliorer le record qu’il détenait déjà.

Rafa, qui doit remporter la finale dimanche pour conserver son 2e rang ATP devant Roger Federer avant New York, affrontera samedi soir à 20 h le vainqueur entre Gaël Monfils (16e) et Roberto Bautista-Agut (10e).

Les deuxième et troisième têtes de série, Dominic Thiem et Alexander Zverev, champion à Montréal en 2017, ont été éliminés vendredi après-midi par Karen Khachanov (6-3 et 6-3) et Daniil Medvedev (6-3 et 6-1).

Classés six et huit, les deux Russes vont donc disputer la première demie à 15 h.

INCROYABLE BIANCA !

Photo : Peter Power / Tennis Canada

Après avoir eu raison la veille de la 5e tête d’affiche Kiki Bertens, Bianca Andreescu en a rajouté vendredi en éliminant Karolina Pliskova (3e) par 6-0, 2-6 et 6-4.

Chapeau à la fille qui n’avait disputé aucun match depuis son forfait à Roland-Garros à la fin mai.

Bianca, qui a surmonté la douleur, devient la première Canadienne à se rendre en demi-finale depuis Faye Urban. Sa prochaine rivale sera la 29e mondiale Sofia Kenin, à 13 h, samedi.

MILOS SE RETIRE DE CINCINNATI AUSSI 

Pour les amateurs qui doutaient, sachez que Milos Raonic était vraiment blessé mercredi lorsqu’il a abandonné au deuxième tour devant Félix Auger-Aliassime.

Une autre preuve est que le fragile Milos a également déclaré forfait pour le Masters de Cincinnati.

Par ailleurs, Andy Murray a confirmé son retour en simple au tournoi de l’Ohio après deux tours en double à Montréal.

TICKET GRATUIT AU CARRÉ D’AS POUR SHAPO

Jamais Denis Shapovalov, associé à Rohan Bopanna, n’aura accédé aussi aisément à une demi-finale. Il n’a même pas frappé une balle ni même sorti sa raquette, Stan Wawrinka et Benoît Paire ayant déclaré forfait pour les quarts de finale.

LE TENNIS REMERCIE SES GENS…

Dans les choses qu’Eugène Lapierre et son monde font très bien, en plus d’organiser la Coupe, est justement de profiter de la tribune des dix jours du tournoi pour honorer des gens qui contribuent à faire fonctionner et rayonner le sport le reste de l’année.

C’est ainsi qu’Alain Faucher et Jean Delisle, Messiers Tennis aux Challengers Banque Nationale de Granby et de Saguenay, ont été présentés sur le Court central avant le quart de finale Rafal Nadal-Fabio Fognini pour souligner leur contribution au fil des ans.

Photo : Pascal Ratthé / Tennis Canada

Après avoir fait tant applaudir joueuses et joueurs, de Milos Raonic à Eugenie Bouchard jusqu’à Bianca Andreescu et Félix Auger-Aliassime, il était justifié qu’ils le soient à leur tour pour leur contribution.

Aussi dans les hommages, mentionnons Monsieur Jean-Paul Blais, longtemps chez Imperial qui a ramené le tennis à Montréal en 1980, donc il y a 40 ans cette semaine,   en plus de soutenir financièrement le tournoi pendant plus de vingt ans (21), de même que Jean-Guy Bouffard, monsieur Stade IGA, qui connaît les moindres racoins de l’endroit qu’il a vu rebâtir, moderniser et agrandir toutes ces années comme employé très apprécié et dévoué de Tennis Canada.

À 86 ans et bien que confiné à un fauteuil roulant, Jean-Guy est encore un assidu du Stade.

SOUVENIR 40e ANNIVERSAIRE

« En 1981, une panne électrique (une autre) survient et John Beddington cherche un volontaire pour aller expliquer à la foule déjà impatiente qu’il n’y aura pas de matchs en soirée, la séance étant annulée. Le brave Maurice Leclerc lève la main.

« Mais devinez quoi ? Dès que notre brave Maurice commence à prendre la parole sur le Court central, l’éclairage revient pour de bon. Oh la-la-la… Le monde veut du tennis. Le hic est que les joueurs étaient tous retournés à leur hôtel ! »

– Michel Lacroix, la première voix du tennis à Montréal.

 

Photo en vedette : Pascal Ratthé / Tennis Canada