fbpx
EN FR
Home   Nouvelles   Les experts appuient le Canada pour la première édition des finales de la Coupe Davis

Les experts appuient le Canada pour la première édition des finales de la Coupe Davis

17 Nov 2019
written by: Tennis Canada
written by: Tennis Canada

Les experts se sont prononcés !

Alors que nous nous préparons pour la première édition des finales de la Coupe Davis par Rakuten, nous avons demandé les prédictions de six experts du tennis :

  • Frédéric Nieyemer
  • Simon Larose
  • Caroline Cameron
  • Robert Bettauer
  • Damien Cox
  • Marie-Ève Pelletier

Bien que le Canada fasse partie d’un groupe coriace, nos experts croient que l’équipe peut se rendre loin dans la compétition.

« Si le Canada peut compter sur tous ses joueurs en santé, je crois qu’il a la profondeur, les divers styles de jeu, les habiletés et la variété pour remporter la compétition. C’est la première fois que le Canada peut être considéré comme un véritable prétendant au titre de la Coupe Davis en raison de la qualité de son équipe et de la surface », commentait Robert Bettauer.

Photo : Mauricio Paiz

Les six experts ont choisi à l’unanimité le Canada pour terminer premier du Groupe F, qui comprend également l’Italie et les États-Unis, deux puissances du tennis. L’Italie compte deux joueurs dans le Top 15, soit Matteo Berrettini (8e) et Fabio Fognini (12e) qui ont tous les deux connu une très bonne saison 2018. Et même si les États-Unis n’ont pas fait les manchettes cette année, il ne faut pas les prendre à la légère. Les Américains disposent d’un important basin de talents et même lorsqu’ils assemblent une équipe que certains considéreraient comme une « Équipe B », ils ont délégué quatre joueurs du Top 50 et un ancien du Top 10.

Malgré l’absence de Milos Raonic, le Canada a de bonnes chances de remporter ses rencontres du tournoi à la ronde et de se rendre loin dans le tournoi. Cependant, il devra compter sur certains de ses plus jeunes joueurs pour relever le défi.

Les experts ont maintes fois parlé de Denis Shapovalov. Malgré quelques difficultés en début d’année, le joueur de 20 ans a récemment signé de solides prestations, récoltant son premier titre de l’ATP à Stockholm avant de participer à la finale du Masters de Paris. Il sera sans aucun doute l’une des forces motrices de l’équipe canadienne et pourrait très bien être le joueur le plus utile de la compétition.

Comme le tournoi se déroule à Madrid et que le numéro un mondial Rafael Nadal sera de la partie, plusieurs croient que l’Espagne est la favorite. Évoluer devant ses partisans a assurément ses avantages, mais les autres pays ne doivent pas être ignorés. La France, qui a été dominante dans le format précédent de la Coupe Davis, est une sérieuse rivale même si elle doit d’abord s’illustrer dans son groupe qui comprend aussi le Japon et la Serbie.

« La France semble avoir tous ses éléments en place. Grâce à Gaël Monfils, Jo-Wifried Tsonga et Benoit Paire, les Français ont le savoir-faire en simple et leur équipe de double composée de Nicolas Mahut et de Pierre Hugues-Herbert a été couronnée championne à Paris et sera l’un des rares tandems intacts à la Coupe Davis », expliquait Damien Cox.


Dans toutes les compétitions, les surprises peuvent toujours survenir. Outre le Canada, d’autres pays pourraient aussi surprendre.

Parmi les nations négligées, la Russie pourrait s’illustrer dans le Groupe B (Espagne et Croatie) que de nombreux experts considèrent être le Groupe de la mort. Les joueurs russes ont connu une bonne saison 2019, en particulier Daniil Medvedev qui s’est démarqué en mettant la main sur deux trophées du Circuit Masters 1000, deux du Circuit 250 et qui a atteint cinq autres finales, notamment celle des Internationaux des États-Unis.

« Attention à la Russie », s’est exclamé Cox. « Daniil Medvedev est un joueur dangereux en ce moment. Comme Tomas Berdych en 2012 et en 2013, il a l’air d’un homme-orchestre qui pourrait tout gagner pour son pays. »

Nos experts ont également identifié l’Italie, la Croatie, l’Australie et le Canada comme autres nations pouvant causer quelques surprises.

La semaine prochaine, nous saurons si ces prédictions tiennent la route.

Êtes-vous d’accord avec nos experts ?

Selon vous, jusqu’où le Canada peut-il se rendre dans cette compétition ?

 

*Photo en vedette : Mauricio Paiz