fbpx
  • EN
  • FR
EN FR
Home   Nouvelles   Bianca s’en tire in extremis, mais pas Eugenie

Bianca s’en tire in extremis, mais pas Eugenie

29 Mai 2019
written by: Mario Brisebois
written by: Mario Brisebois

Déjà qu’il n’est jamais facile de revenir au jeu après un long arrêt causé par une blessure, cela se complique davantage quand il s’agit d’un Grand Chelem. Bianca Andreescu et Eugenie Bouchard peuvent très bien en témoigner à la suite de leur premier tour à Roland-Garros.

Surprenante titulaire à Indian Wells avant ses problèmes à l’épaule droite, Bianca a eu besoin de trois longues et souvent très stressantes heures (3 h 4) échelonnées sur deux jours afin de réussir sa rentrée à Roland-Garros alors que tout était terminé en à peine une petite heure (1 h 6) pour Eugenie.

Les deux joueuses n’avaient pas participé à aucun tournoi depuis l’Open de Miami à la fin mars.

Bianca a écopé. Ne l’oublions pas, la jeune femme de Thornhill, en Ontario, qui aura bientôt 19 ans (le 16 juin) se situait au 152e rang mondial en début d’année.

Plus jeune favorite à Paris (22e), Bianca a dû terminer mardi son affrontement interrompu la veille en raison de la noirceur après avoir enlevé la deuxième manche 6-4 dans une situation de survie. Elle avait échappé la première 5-7 devant la Tchèque Marie Bouzkova, 118e et repêchée des qualifications.

Heureusement, elle a sauvé la mise en arrachant le dernier acte 6-4 pour donner un peu de soulagement au tennis canadien après une semaine pénible à la suite de l’élimination hâtive lundi de Denis Shapovalov, précédée des forfaits de Félix Auger-Aliassime et de Milos Raonic.

Deux comptes expéditifs de 6-2 et c’était terminé pour Eugenie, 77e, contre la 27e Lesia Tsurenko.

FESTIVAL DE BRIS DE SERVICE

Si l’entraîneur Sylvain Bruneau décide d’envoyer la cassette aux espoirs du Centre national de tennis de Montréal, ce sera pour montrer la force de caractère de Bianca bien davantage que son niveau de jeu.

Photo : Mauricio Paiz

Les spectateurs ont assisté à 17 bris — neuf en deuxième et cinq en troisième manche —, ce qui est énorme.

Avec 58 coups gagnants contre 60 erreurs directes, dont six doubles fautes, il reste encore du travail à faire au sein du clan Andreescu pour continuer de dérouiller.

En février, au tournoi de Newport, Bianca avait « expédié » Buzkova 6-1 et 6-2.

Les deux bonnes nouvelles sont que Bianca n’a jamais craint le travail et que son deuxième tour contre la 34e Sofia Kenin ne sera pas disputé avant jeudi, ce qui laisse du temps pour corriger ceci et cela comme il se doit.

EUGENIE SERA À WIMBLEDON          

Avec six bris de service en sa défaveur, cinq doubles fautes et 52 % d’efficacité sur sa première balle comparativement à 73 % pour sa rivale, Eugenie Bouchard admet avoir encore du travail à faire sur son service.

Photo : Mauricio Paiz

Celle qui occupait le cinquième échelon en 2014 raconte ne plus ressentir de douleur à l’abdomen, mais qu’elle a encore des raideurs, ce qui n’aide pas.

Eugenie compte être du prochain Grand Chelem à Wimbledon, où elle été finaliste en 2014.

REGAIN DE LA POPULARITÉ DU DOUBLE POUR NOS AS DU SIMPLE 

Il faudra attendre avant de vraiment voir si le double chez la nouvelle génération du tennis canadien n’est qu’un passage ou existe pour rester, mais chose certaine, il y a un intérêt à Roland-Garros actuellement.

Malgré son élimination au premier tour du simple, Denis Shapovalov a gardé sa chambre d’hôtel à Paris pour jouer en double. Il formera équipe avec l’Espagnol Fernando Verdasco.

Ils pourraient surprendre, leur tandem étant formé de deux gauchers, un cas inhabituel sur le circuit.

Parce qu’elle a besoin de disputer le plus grand nombre de matchs après deux mois et plus d’arrêt, Bianca Andreescu, est aussi inscrite en duo avec la Hongroise Fanny Stollar.

Un grand absent à Roland-Garros pour la première fois depuis plus de 25 ans est Daniel Nestor, nouveau retraité à 46 ans. Aux dernières nouvelles, Vasek Pospisil n’a pas repris la compétition depuis son opération, mais il s’entraîne.

Chez les spécialistes du double, Gabriela Dabrowski est toujours active. À Roland-Garros, elle forme la quatrième meilleure équipe avec la Chinoise Yifu Xu en double féminin, et la deuxième en double mixte en compagnie de Mate Pavic avec qui elle a fait la finale en 2018 après avoir enlevé la palme avec l’Indien Rohan Bopanna.

Bianca et Shapo sont les deux en action en double, mercredi.