fbpx
  • EN
  • FR
EN FR
Home   Nouvelles   Félix : 18 ans et déjà la maturité d’un grand !

Félix : 18 ans et déjà la maturité d’un grand !

03 Avr 2019
written by: Mario Brisebois
written by: Mario Brisebois

Conférence de presse dans une salle bondée retransmise en direct à RDI, invité en studio des émissions les plus populaires, dont celles de Paul Arcand et de Catherine Perrin, en plus de toutes celles du sport à la radio et à la télévision.

C’est un traitement de véritable chef d’État auquel Félix Auger-Aliassime a eu droit mardi à son retour éclair à Montréal — il repart pour l’Europe la semaine prochaine.

« On s’en parlait et on ne se souvient de rien d’aussi gros », me disaient Valérie Tétreault et Victoria Jaklin, nos deux as des communications à Tennis Canada.

En plus d’exceller sur le terrain — il est 33e à 18 ans —, il est aussi intéressant en entrevue. Voici ses réponses prises à la volée.

À PROPOS DE SA FAMILLE…

« Je ne me souviens pas de ne pas avoir joué au tennis. J’étais sur le terrain dès la poussette, accroché à la jambe de mon père pendant qu’il donnait ses cours. »

« Je dois à mon père l’éthique de travail et à ma mère l’équilibre, car il y avait des règles comme celle de ne pas parler de tennis à la maison. On m’a inculqué les bonnes valeurs, dont la discipline. »

… LE SUCCÈS DU CENTRE NATIONAL DE MONTRÉAL

Photo : Mauricio Paiz

« C’est familial (comme ambiance). Les entraîneurs sont aussi investis dans le processus que les athlètes. Il ne se fait rien de mieux. »

… LA DIFFÉRENCE DANS LA NOUVELLE PERCEPTION DES RIVAUX

« On (en incluant Denis Shapovalov et Bianca Andreescu) ne nous prend plus comme des négligés, mais plutôt comme une menace. »

… LES ÉLOGES DE ROGER FEDERER

« Flatteur ! En 2017, il m’avait invité à m’entraîner avec lui pendant deux semaines. J’avais beaucoup aimé. Ce que je comprends des gentils mots de Roger, c’est aussi que je réalise les bonnes choses. »

… LE SUJET DÉLICAT DE MONACO

« La dernière fois que j’étais à Montréal, c’était en novembre. Il faut tenir compte de la situation. Monaco est très central. C’est aussi là que demeurent les bons joueurs. Je peux comprendre la réaction des gens. Nous sommes imposés sur les bourses dans les pays où nous jouons. Or… Je ne cherche pas la publicité, mais j’aide des jeunes et l’Académie (de son père à Québec). Je reviendrai toujours ici pour la famille. »

… LA PRESSION DES ATTENTES À COMPTER DE MAINTENANT

« J’aime jouer devant les foules. Pour moi, il n’y a rien de plus motivant que le soutien des amateurs. »

… LE CANADIEN


« Bien sûr que je suis ça ! »

ET LA SUITE…

« La barre est haute (au jeu). Un autre objectif est de ne pas changer (sur le plan de l’attitude). Je n’ai pas de raisons. Je ne me donne pas le droit de ne pas me comporter comme il le faut. »

C’EST REPARTI !

Oui, le tennis a un champion de la… vie en Félix Auger-Aliassime.

Au stade IGA, où il a repris l’entraînement mardi, il a multiplié les poignées de main et avant de quitter Paul Arcand, il a dit « merci de me suivre », à l’animateur et son auditoire.

Merci à Félix pour les bons moments actuels et à venir.

SAVIEZ-VOUS QUE ?

Lorsque Félix repartira en Europe, ce sera jusqu’à Wimbledon en juillet. Bien sûr qu’il sera de la Coupe Rogers du 3 au 11 août. On y reviendra, mais sachez que les succès ont un effet heureux sur la billetterie.

Louis Borfiga, le concepteur du Centre national de Montréal, sera au tournoi de Monte-Carlo (avec Félix, Shapo et Milos Raonic) dans deux semaines avant de se rendre en République tchèque pour accompagner le Canada à la Fed Cup.

CITATION

« Il y a toujours un moment où il faut savoir éteindre le volume de son appareil ! »

Guillaume Marx, co-entraîneur de Félix en compagnie de Frédéric Fontang, au sujet de Brad Gilbert, analyste à ESPN, qui reprochait à Félix un lancer de balle déficient pour expliquer ses doubles fautes en demi-finale face à John Isner.