fbpx
  • EN
  • FR
EN FR
Home   Nouvelles   Frédéric complète son tour du chapeau sherbrookois au… Panthéon, 50 250 fois merci, Félix et Bianca chez Guy A.

Frédéric complète son tour du chapeau sherbrookois au… Panthéon, 50 250 fois merci, Félix et Bianca chez Guy A.

19 Sep 2019
written by: Mario Brisebois
written by: Mario Brisebois

Qui a dit qu’on n’est jamais prophète dans son pays ? Ce n’est certainement pas le cas pour Frédéric Niemeyer, ancien joueur professionnel devenu entraîneur de Tennis Canada.

Double champion du Futures de Sherbrooke en 2007 et 2009, notamment devant un jeune du nom de Milos Raonic, Fred a complété de formidable façon son tour du chapeau mercredi soir en étant intronisé au Panthéon des sports sherbrookois.

Il a vécu des moments forts en 2009, perdant 7-6(3) et 6-4 face à Roger Federer, un ami des circuits mineurs, au deuxième tour de la Coupe Rogers de Montréal, mais d’autres se sont ajoutés lors de ce retour dans son patelin.

Déjà membre du Temple de la renommée de la Coupe Rogers, Fred avait battu la 8e tête de série Felix Mantilla dès le premier tour en 2003.

Son palmarès compte 14 titres, dont sept Challengers au Canada ainsi qu’aux États-Unis, en Europe et en Amérique du Sud. Son meilleur classement a été un 134e rang à l’ATP.

Il a été un contributeur vaillant et fiable pour le Canada dans les grands rendez-vous internationaux.

Il a participé aux Jeux olympiques de 2004 à Athènes et de 2008 à Pékin, a pris part à 16 rencontres de la Coupe Davis en accumulant une fiche de 20 victoires et 10 défaites, dont 9 gains et un revers en double avec Daniel Nestor.

Aujourd’hui âgé de 43 ans, il est le mentor de Brayden Schnur, lequel a percé le Top 100 cette année.

ENTRE LES SOUVENIRS ET LA RECONNAISSANCE…

Cette adhésion au club sélect des légendes lui a rappelé moult souvenirs.

« C’est ici, notamment au centre intérieur de Rock Forest (avec François Lefebvre comme mentor) que j’ai commencé à prendre le tennis plus sérieusement vers l’âge de 10 ou 11 ans », mentionne-t-il. »

La reconnaissance était aussi au rendez-vous.

« Même lorsque je suis parti pour la NCAA, à Middle Tennessee University, Sherbrooke a continué de me suivre », mentionne-t-il.

Des exemples ?

« La ville et son maire de l’époque, Monsieur Jean Perrault (depuis devenu président fondateur du comité du Panthéon), m’ont soutenu en me donnant parfois des bourses. On ne parle de fortune, mais c’était néanmoins très apprécié lorsqu’on pense que Montréal ne donne rien », ajoute-t-il avant de terminer avec un souhait.

« La carrière ne me donne pas le temps de revenir assez souvent à Sherbrooke. Cela dit, je compte redonner ce que j’ai reçu », garantit-il.

FÉLIX : UN SUCCÈS POPULAIRE ET FINANCIER À QUÉBEC

Parler d’un total succès au pro-am de Félix Auger-Aliassime au Club Avantage, à Québec la fin de semaine dernière, est tout à fait juste.

Précédé d’un atelier pour une centaine de juniors, l’activité organisée par Jacques Hérisset avec la participation de personnalités du tennis, a permis d’amasser 50 250 $ auprès des gens d’affaires pour l’Académie Hérisset-Bordeleau appartenant maintenant à Sam Aliassime, le père de Félix.

Un tableau de Félix signé Michel Bell, un courtier, artiste-peintre et grand amateur de tennis à Québec, a permis d’amasser 5 000 $. Des reproductions à 750 $ ont été très populaires.

« La journée a été magique. Il a fallu modérer Félix tellement il voulait être avec les gens », mentionne Jacques Hérisset.

Photo : Pascal Ratthé

Le temps se fera de plus en plus rare pour Félix, mais attendez-vous à une suite sous cette forme ou une autre.

UN ENDROIT QUI BOUGE AVEC BIANCA ET LE TOURNOI JUNIOR

Le Centre national de tennis de Montréal grouille d’activité cette semaine alors que Bianca Andreescu s’y prépare pour sa tournée en Asie à la fin du mois.

À bref avis, il y avait entre 350 et 400 personnes pour assister à son entraînement public, lundi. Bianca est restée pour signer des autographes et prendre des photos avec les amateurs.

Mais il y a plus encore sur le site avec la tenue d’un tournoi junior sanctionné par la Fédération internationale.

Malgré les succès de Bianca, en n’oubliant pas ceux de Félix, Tennis Canada poursuit sa mission de développement avec Louis Borfiga, Martin Laurendeau, Guillaume Marx et Simon Larose sur place pour observer ce tournoi qui regroupe essentiellement des joueurs canadiens et américains.

Ils arboraient tous le sourire lors de notre passage, lundi. Deux jeunes Canadiennes de leur programme, soit Marina Stakusic et Annabelle Xu, se sont distinguées en montrant la sortie dès le premier tour à la favorite et à la quatrième tête de série.

Le tournoi se termine vendredi et mérite franchement un détour.

BIANCA CHEZ… GUY A.

Dans la foulée du triomphe de Bianca, vous pourrez la voir et l’entendre dimanche à « Tout le monde en parle », qui entreprend une nouvelle saison. Elle sera accompagnée de son entraîneur Sylvain Bruneau.