fbpx
  • EN
  • FR
EN FR
Home   Nouvelles   À la prochaine Félix, ce qui ne saurait tarder !

À la prochaine Félix, ce qui ne saurait tarder !

05 Juil 2019
written by: Mario Brisebois
written by: Mario Brisebois

Quoiqu’on aurait souhaité que cela survienne autrement, et surtout contre un joueur autre que Félix Auger-Aliassime, la victoire du Français Ugo Humbert à Wimbledon, vendredi, vaut une publicité qui n’a pas de prix pour les Challengers Banque Nationale de Gatineau et de Granby.

Tombeur de Félix, 19e tête de série, Humbert a été finaliste aux deux endroits l’été dernier. On connaît la suite.

Alors qu’il tentait de se joindre à Milos Raonic pour un doublé canadien en huitièmes de finale à Wimbledon, ce qui aurait représenté du jamais vu au Canada, Félix s’est incliné 6-4, 7-5 et 6-3 devant le « cousin » maintenant 66e mondial après être arrivé ici l’an dernier comme obscur 333e.

L’enjeu était majeur pour Félix, soit d’avoir l’honneur d’affronter le numéro un et champion en titre Novak Djokovic.

Si on revoit le film du match, Félix n’a pas aidé sa cause avec cinq doubles fautes et 19 fautes directes à la première manche.

Photo : Mauricio Paiz

Il est revenu pour faire 5-2 en deuxième manche, mais c’est alors que tout s’est mis à basculer.

Disons-le, Félix a connu des journées plus productives tant techniquement que tactiquement.

Toujours qu’à 5-2, il a perdu sept jeux de suite pour concéder la manche 7-5 et se retrouver en déficit de deux manches à zéro.

Félix possède le mérite d’avoir lutté jusqu’à la fin, mais toute la bonne volonté n’a pas suffi à compenser les neuf doubles fautes et les 31 fautes directes contre un rival plus régulier avec un ratio de 22-22 dans les coups gagnants et les bêtises.

Étant donné qu’il n’avait jamais disputé un match professionnel sur le gazon, Félix aura connu une superbe séquence sur la surface, ce troisième tour s’ajoutant à la finale de Stuttgart et au carré d’as au Queen’s Club.

Félix est en avance et n’oublions pas que Roger Federer, le plus illustre d’entre tous, a mis deux ans avant de signer une victoire à Wimbledon, un tournoi qu’il a gagné plus souvent que tout le monde.

Au sujet de Djoko et de Wimbledon, on peut juste dire à la prochaine, ce qui ne tardera pas, les amis.

JOURNÉE PARFAITE SUR TOUTE LA LIGNE POUR MILOS

Bien sûr que cela n’a pas donné le plus excitant des spectacles, Milos Raonic a quand même donné une démonstration de travail bien accompli pour atteindre le quatrième tour pour une quatrième année de suite à Wimbledon.

Dans un match entre deux gros serveurs où il ne fallait pas s’attendre à des échanges interminables, Milos a littéralement taillé en petits morceaux Reilly Opelka, un géant américain de 6’11 ». Trois manches de 7-6(1), 6-2 et 6-1 ont suffi.

Au-delà des classements, la prudence était néanmoins de mise pour Milos,15e tête de série, d’autant plus que son vis-à-vis, 63e mondial à 21 ans, était gonflé de confiance après avoir éliminé Stan Wawrinka, triple champion de Grands Chelems.

Photo : Mauricio Paiz

Faute d’être spectaculaire, ce qui n’est pas et ne sera jamais sa marque de commerce de toute façon, Milos a été irréprochable dans un duel qui, étonnamment, n’a donné que 13 aces de chaque côté.

Avec les deux joueurs à trois quarts de distance entre la ligne de fond et le mur arrière afin d’avoir l’espace nécessaire pour retourner les boulets de l’un et de l’autre, Milos a complètement dominé, remportant 101 points contre 60 pour son rival, ce qui n’est pas la statistique intéressante pour la suite.

Après une petite heure et 42 minutes, le Canadien retournait au vestiaire. Rien de mieux pour Milos, qui éprouve des douleurs au haut du dos et des raideurs au mollet, d’autant plus qu’il ne rejouera pas avant lundi.

La journée a été idéale sur toute la ligne pour Milos, finaliste à Wimbledon en 2016. Son prochain opposant sera Guido Pella (29e), qui a surpris Kevin Anderson (4e), finaliste de l’an dernier.

GABRIELA PASSE, MAIS VASEK S’ARRÊTE 

Vasek Pospisil a maintenant tout le temps de se préparer pour la saison sur le ciment et pour le Challenger Banque Nationale de Gatineau à compter du 15 juillet.

Après son élimination au premier tour du simple, lundi, l’ex- 27e mondial de la Colombie-Britannique, maintenant 187e en raison d’une blessure lui ayant fait rater les six premiers mois, s’est incliné vendredi au deuxième tour du double, avec Matthew Ebden, perdant 7-5, 6-4 et 7-6(3) aux mains de Rajeev Ram et de Joe Saliehay.

Photo : Mauricio Paiz

De leur côté, Gabriela Dabrowksi et Yifan Xu l’ont emporté 6-1 et 6-2 face à Kateryna Kozlova et Arina Rodiovova pour accéder au troisième tour.